Macron, terrassé par Macron

Imprimer

 

Sur le vif - Lundi 27.05.19 - 12.51h

 

Strictement personne ne demandait à Macron de transformer cette élection européenne en plébiscite pour ou contre sa personne. C'est lui qui a défié Marine Le Pen, en faisant savoir que sa liste à lui devait arriver en tête.

Sa liste à lui, celle de Mme Loiseau, n'est pas arrivée en tête. Malgré un tintamarre de propagande rarement atteint. Dont acte. Macron a perdu.

Il n'a pas perdu, face à l'Histoire. Les élections européennes désavouent presque toujours les pouvoirs en place. Mais il a perdu, face au pari qu'il s'était lui-même lancé, sans doute par orgueil. Cécité du prince, dans l'éblouissement solaire de sa Galerie des Glaces.

Macron n'a pas perdu son quinquennat, il peut bien rester jusqu'en 2022, jusqu'à la belle. Il a juste perdu face à lui-même. Tel Icare, il s'est trop approché du soleil. Il s'est brûlé les ailes.

Il pourra se consoler en invitant BHL et Cohn-Bendit psalmodier ses louanges. Dans la Galerie des Glaces.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires

Commentaires

  • Echec leçon à Macron concernant son arrogance, son indifférence… sa suffisance.

    La meilleure chose qui pourrait arriver aux Français ne serait-elle pas l'arrivée au pouvoir présidentiel de Marine Le Pen qui permettrait enfin de savoir qui elle est nous autre public lassé par les bourrages de crâne la concernant.

    Jacques Chirac avait annoncé qu'il renforcerait les dispositifs permettant de congédier une présidence pas à la hauteur.

    Que ce nous plaise ou non ces derniers jours Marine Le Pen nous a remis en mémoire qu'un "président préside"

    ce qui ne singularise pas Emmanuel Macron.

  • Le Rassemblement National est en tête avec à peu près autant de suffrages que précédemment. La République en Marche, une nouveauté "marketing" dans le paysage politique français, arrive en seconde place. Ce qu'il est peut-être intéressant de noter est que cette seconde place a largement été acquise au détriment des Républicains (droite traditionnelle) et des Socialistes, le binôme, dit "de gouvernement", de la cinquième république française depuis ses débuts. Si on peut déplorer les mauvais résultatds des Républicains, on peut se rejouir du laminages des Socialitstes. Un dernier pont: les Verst français, selon leur habitude, ne devraient pas tarder à s'entredéchirer.

  • Je dirais que, paradoxalement, Macron a peut-être perdu son pari, mais il a gagné sa future réélection.

    Avec le délitement de LR et de FI (on ne parlera pas de B. Hamon), la prochaine élection présidentielle se jouera à nouveau entre LREM et RN. Et comme à chaque fois, la majorité des français aura peur "de la bête immonde et des heures les plus sombres de l'Histoire" et, sans voter pour Macron, votera contre Le Pen. Eternel recommencement.

  • Personnellement, je pense (et croyez bien que ça m'ennuie de l'écrire) que c'est une victoire pour Macron. Cet homme est un cynique, doté d'une remarquable intelligence. En faisant de cette élection européenne un duel entre son parti et le Rassemblement national (RN), il a réussi à écrabouiller tous ses autres concurrents (cf. les scores des Républicains ou de Mélenchon par exemple), tout en se profilant déjà vers les prochaines échéances électorales comme le seul vrai rempart contre "la Bête immonde". Il a très bien compris qu'au 2ème tour, il sera toujours devant Marine Le Pen car droite et gauche voteront, non pas pour lui, mais contre elle. Stratégiquement, c'est finement joué et je le dis sans aucun plaisir...

  • @ Pa Do/HS

    Votre bis ne fait que reproduire la même stratégie: Éliminer le vrai concurrent pour qu’il se trouve face à Lepen avec la seule différence c’est que y Macron était déjà élu! Cette fois la donne est et sera différente. J’espère qu’une lumière jaillira sur un homme pour sauver l’identité française et la France!

Les commentaires sont fermés.