Martin Luther, revenez !

Imprimer

 

Sur le vif - Lundi 03.08.19 . 11.14h

 

Certaines traductions de la Bible en français sont insupportables d'approximation. Certaines phrases, telles qu'elles sont proposées en français, ne veulent carrément rien dire. De quoi détourner le lecteur profane.

La langue française a puissamment besoin du souffle, de l'inspiration et du génie d'un Martin Luther, pour reprendre tout le chantier de traduction, avec au final un texte accessible et clair, dans la langue d'aujourd'hui. Ce chantier, l'immense Réformateur allemand l'avait accompli, en 1522. Ce fut, par la puissance de la langue, l'acte fondateur de l'Allemagne moderne.

Et, en regard du texte traduit , il nous faut la précision documentée d'un apparat critique sur le choix des variantes, l'Histoire de ce qui a été retenu et écarté, les indications d'origine en hébreu et en grec. Ce livre immense - indépendamment des options spirituelles de chaque lecteur - vaut mieux que certains brouets actuels.

Les nouveaux outils de communication, comme évidemment la numérisation, permettent de proposer un texte et ses variantes, l'Histoire des choix d'édition, les correspondances en grec ou en hébreu, le jeu étincelant de renvois du Nouveau à l'Ancien Testament, tout cela accessible sur l'écran. Il faut faire travailler le lecteur, miser sur les lumières de son intelligence, son appétit d'apprendre. Il faut tout lui dire sur ce texte, de la Genèse à l'Apocalypse, tout ce qu'il a d'historique, de politique, de rapports aux pouvoirs d'un moment.

Et puis, surtout, il faut cesser de se le représenter sous la forme exclusive d'un Codex, ou livre relié. Nous sommes en 2019, d'autres moyens d'édition sont nés ! Martin Luther, revenez !

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Si le but d'une traduction de la Bible est de devenir l'acte fondateur d'une nation, telle que l'Allemagne moderne, alors autant, dirais-je, que les traductions demeurent aussi floues que possible... Car il est vrai que de nombreux historiens voient dans Luther un prophète du nationalisme allemand. Lire notamment, sur le sujet, la très belle biographie d'Erasme sous la plume de Stephan Zweig.

    Cela étant dit, je ne partage pas votre sentiment sur la qualité des traductions bibliques, ou sur l'absence de disponibilité des sources. Je pense au contraire que la mauvaise passe du déconstructivisme et du déstructuralisme est terminée, et que les "chercheurs" sont à nouveau sur la voie d'une compréhension meilleure de l'histoire que nous racontent les Ecritures. (Avec beaucoup d'échos, dans leurs méthodes, des théories historiques d'un Reinhart Koselleck, ou d'un Theodor Haecker.) Sans compter que ces chercheurs sont en principe disponibles. On peut les contacter et ils répondent.

    Parmi les excellents exégètes de la Bible, je peux vous recommander le P. Philippe Lefebvre, OP, qui enseigne à Fribourg, et que j'ai rencontré sur Facebook (donc sur un rouleau de papyrus électronique - l'extrême opposé du codex). En particulier les livres suivants:
    - Brèves rencontres - vies minuscules de la Bible;
    - Propos intempestifs de la Bible sur la famille;
    - Ce que dit la Bible sur le vin;
    - Joseph, l'éloquence d'un taciturne;
    - La vierge au livre.
    Ce sont des livres qui sont de nature, et qui ont vocation, à faire résonner le texte dans la vie du lecteur. Sans recettes toutes faites. Si vous cherchez des exégèses stimulantes, commencez par le premier livre de ma liste. Et, ce qui ne gâche rien, leur auteur est un homme remarquable à maints égards. Je suis sûr que cela vous plaira.

  • Tel sera mon dernier commentaire à vous adressé, Monsieur Décaillet.

    Maître Hillel l'Ancien fut en quelque sorte le précurseur du Christ,

    S'informer sur les deux grandes Ecoles dont l'une lisait les textes tels qu'écrits, l'autre encore autrement tout en laissant le dernier mot aux étudiants de la première Ecole.

    André Chouraqui a présenté magnifiquement ses traductions de la Bible comme des évangiles en partant des sources araméennes et suivantes

    On trouve également des fragments issus de la Mésopotamie dans la Loi.

    Mais, assurait l'Apôtre Paul même si je savais tout, façon de parler pour se faire comprendre, évidemment, mais "que je n'ai pas l'amour je ne suis rien."!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel