Orient compliqué, France souveraine

Imprimer

 

Sur le vif - Vendredi 07.06.19 - 08.38h

 

En aucun cas la position de la France sur l'Accord nucléaire iranien ne doit s'aligner sur celle des États-Unis d'Amérique.

La France est une grande nation, riche d'une époustouflante Histoire. Depuis l'expédition d’Égypte de Bonaparte (1798), elle a tissé avec l'Orient compliqué un réseau de relations d'une infinie richesse, fondée sur la connaissance des langues, des Histoires, des civilisations, de l'estime et du respect, un dialogue des cultures. C'est valable pour le monde arabe. Et aussi, pour le fascinant univers de la Perse. Nous sommes a des années-lumière du rouleau compresseur américain.

Jules Ferry, Pierre Mendès France, Charles de Gaulle, auxquels il faut ajouter MM Chirac et Villepin : quelques noms, avec aussi de grands ministres des Affaires étrangères comme Claude Cheysson, qui ont porté très haut la politique arabe de la France.

Au Proche-Orient, au Moyen-Orient, la France doit avoir sa propre politique. Les lumières de son Histoire diplomatique peuvent nous éclairer. En aucun cas la France ne doit s'aligner sur l'atlantisme, sur Washington, ni Trump ni n'importe quel autre locataire de la Maison-Blanche.

En aucun cas Paris ne doit sombrer dans l'obédience au cosmopolitisme financier de New York et de Londres. La France doit avoir, au Proche-Orient comme ailleurs, sa politique propre. Elle seule doit tracer, face à ses amis arabes ou persans, les chemins de l'honneur et de la grandeur.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 6 commentaires

Commentaires

  • Le lien commun entre la Suisse et l'Angleterre, ce sont 2 pays seuls.
    Autre point commun, 2 pays qui font des courbettes face aux USA, pour ne pas être la prochaine victime de l'humeur de Trump.
    3eme point commun, ils parlent d'indépendance….

    L'UE à la capacité de défier Trump, les autres ont appris la courbette de la vassalité. Face à l'Iran, l'UE doit continuer à refuser le diktat américain. C'est la puissance économique de l'UE qui permet de contourner partiellement les sanctions. Le rôle de la France c'est juste la voix politique.

  • permettez-moi de citer également René Guénon qui, dans son ouvrage « Orient et Occident » (1924), disait ceci :
    « Si les Occidentaux reconnaissaient que tout n’est pas forcément à dédaigner dans les autres civilisations pour la seule raison qu’elles diffèrent de la leur, rien ne les empêcherait plus d’étudier ces civilisations comme elles doivent l’être, nous voulons dire sans parti pris de dénigrement et sans hostilité préconçue ; et alors certains d’entre eux ne tarderaient peut-être pas à s’apercevoir, par cette étude, de tout ce qui leur manque à eux-mêmes, surtout au point de vue purement intellectuel. Naturellement, nous supposons que ceux-là seraient parvenus, dans une certaine mesure tout au moins, à la compréhension véritable de l’esprit des différentes civilisations, ce qui demande autre chose que des travaux de simple érudition [...] Nous avons déjà fait allusion au rôle que pourrait jouer une élite intellectuelle, si elle arrivait à se constituer dans le monde occidental, où elle agirait à la façon d’un « ferment » pour préparer et diriger dans le sens le plus favorable une transformation mentale qui deviendra inévitable un jour ou l’autre, qu’on le veuille ou non. »
    Rappelons, effectivement, et d'un point de vue historique, l'influence sur la France de la civilisation orientale et arabe en particulier, qui avait déjà sa littérature, ses arts, sa poésie, et surtout sa brillante architecture. Les Arabes avaient fondé des écoles en Egypte, au Maroc, en Syrie, en Perse, en Andalousie ; ils avaient une philosophie qui se développait et qui s'inspirait de la philosophie indienne et de la philosophie grecque. C'est ce mouvement qui, remontant vers le Nord, vint apporter aux écoles de Paris le germe de toutes les grandes idées nées et cultivées autrefois en Orient.
    C'est ainsi que les écrits d'Aristote, connus et enseignés depuis longtemps dans les écoles de Cordoue et de Séville, furent introduits en France en 1215 par un Espagnol nommé Maurice. C'est à la civilisation arabe que la France doit ses arts, ses sciences, ses mathématiques, son architecture, c'est-à-dire tout ce que l'Église laissa passer.
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/perse-et-chine.html
    Cordialement.

  • "C'est à la civilisation arabe que la France doit ses arts, ses sciences, ses mathématiques, son architecture, c'est-à-dire tout ce que l'Église laissa passer."
    C'est le mensonge premier de notre histoire contemporaine. De la pure idéologie. Il faut lire le livre de Serafin Fanjul : "Al-Andalus, la construction d'un mythe".

  • Vous avez trop de temps libre, Géo, pour le perdre à relever les inepties de cette commentatrice. Ce matin, sur un blog ésotérico-mystique connu de vous, où les fées et les anges le disputent aux dragons et aux gnomes, elle a commis un mot sur la conduction nerveuse qui vaut, physiologiquement parlant, son pesant de potentiels d’action… Mais à quoi bon s’acharner, tout un chacun a le droit de s’exprimer. Et puis j'avoue être un indécrottable adepte de la "science extérieure" alors...

  • @Géo @Gislebert
    D'accord avec vous ou "Hear! Hear!" comme l'on s'écrie au parlement de Westminster.

  • "Vous avez trop de temps libre, Géo, pour le perdre à relever les inepties de cette commentatrice." Et que faudrait-il faire ? Laisser passer ces inepties ? Dans dix-vingt ans, ce sera la pensée dominante, la doxa. Nous devons tout aux Arabes, et Mahomet est notre prophète. Et Anwen sera toute fière de son hijab...
    Nous sommes nombreux à avoir lutté contre l'ignominie des conclusions du rapport de la commission Bergier. Mais rien n'y fait. Pour les cocos, la Suisse doit être coupable et les cocos tiennent les médias. A propos de la cartographie de notre pays par des B-17 équipés de caméras spéciales, la journaliste* qui a commenté ça a ajouté que la Suisse l'a accepté "pour se faire pardonner son attitude durant la guerre". Ben voyons. La Banque des règlements internationaux, à Bâle, dirigée par un Américain, a fourni des fonds à l'Allemagne nazie DURANT TOUTE LA GUERRE. Qu'aurions-nous à nous faire pardonner par les Américains, svp ?
    * Aujourd'hui, les journalistes sont presque toujours des femmes. Mais elles continuent de grogner contre l'emprise des mâles, comme elles disent (essayez de dire femelles à leur égard, vous verrez..)

Les commentaires sont fermés.