Jouir en se fouettant

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 11.06.19 - 11.29h

 

Rive droite bloquée, ce matin, quartier Nations, avec un nombre impressionnant de policiers, carrefours bloqués, motos avec sirènes. Hier, c'était même un incessant ballet d'hélicos.Tout cela, pour le centenaire d'une Organisation internationale qui envisage de placer notre pays sur liste noire ! Sommet de masochisme, de la part de la gentille Suisse. Et la gentille Genève, toujours prompte à jouir des verges du multilatéralisme, par elle-même administrées.

Il y a cinquante ans et un jour, le 10 juin 1969, je la respectais profondément, cette même Organisation. C'était la visite du Pape Paul VI à Genève. Première du genre depuis la Réforme. Journée entière, avec ma mère, consacrée à l'événement. Guetté le Pontife à l'entrée du BIT, en fin de matinée. Puis, l'après-midi, la grand-messe en plein air, au Parc La Grange. Journée magnifique, joyeuse. Le père d'un de mes camarades de classe, haut dignitaire du Dahomey (aujourd'hui Bénin), était vice-directeur du BIT, c'est lui qui avait reçu le Pape. Nous étions aux premières loges.

A dix jours de mes onze ans, je finissais l'école primaire, m'apprêtais à un sublime voyage en Andalousie, respirais cette journée bleutée de juin comme la promesse d'un monde ouvert et fraternel.

Plus tard, j'ai étudié le rôle éminent du BIT, sous l'impulsion d'Albert Thomas et de ses successeurs, dans les législations internationales sur le travail. Organisation respectable, oui !

Mais aujourd'hui ? Une pieuvre multilatérale, trois immenses avions russes à Cointrin (je viens de les voir), le ballet des Grands, qui dominent tout, le Tiers-Monde oublié, les Non-Alignés qui ne sont plus qu'un souvenir. Et ils se proposent de mettre la Suisse sur liste noire ! Et on les reçoit, comme des grands ! En priorité absolue. Sirènes. Flics, partout. Obédience, courbettes et révérences. Etat de siège. La Genève internationale est passée de l'apparence de la grâce à la réalité de la pesanteur.

Il y en a, paraît-il, pour dix jours. Et sur notre dos.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 7 commentaires

Commentaires

  • Je ne résiste pas à vous envoyer copie de mon mail à l'office cantonal de l'agriculture du 6 juin 2019 sur suggestion du responsable de la gestion du domaine aérien qui m'a expliqué que les exercices de l'hélicoptère qui se sont tenus dans la réserve naturelle de protection des rives du Rhône en vue de l'évènement que vous relatez.

    Bonjour,

    réveillé ce matin par un hélicoptère qui vole encore en ce moment (15.00) j'ai appelé l'armée suisse pour des explications.
    On m'a renvoyé à la police cantonale genevoise qui m'a mis en contact direct avec Monsieur Couturier, responsable de la gestion du domaine aérien.
    N'ayant pas obtenu de réponses satisfaisantes, je viens vers vous, sur sa proposition, pour des explications claires aux questions suivantes :
    - La police peut-elle effectuer ces exercices n'importe où sans autorisation ?
    - Le lieu en question est une réserve naturelle pour les oiseaux migrateurs, en aval du pont Butin, sous le stand de tir, comment justifier un tel choix pour ces exercices ?
    - Les riverains ne sont pas informés de ces nuisances qui sont relativement fréquentes. Ne serait-il pas légitime de demander à ce que nous soyons informés de ces exercices ?
    - Est-il possible d'obtenir une copie de la demande d'autorisation de la police pour ces exercices ainsi que le règlement y afférent ?
    - N'y a-t-il pas assez de places armées dans notre pays pour faire ces exercices ?
    - Quels sont mes moyens de dénoncer ces pratiques et à qui dois-je m'adresser ?

    Merci pour vos réponses.
    Meilleures salutations.
    P. Jenni

  • Le sadomasochisme version Calvin

  • Monsieur Jenni, avez-vous obtenu une quelconque réponse à votre email?

  • Il me semble, Monsieur Maendly, que la flagellation soit une pratique d'essence plutôt catholique. Mais bon, pour ce qu'il reste de calviniste à Genève...

  • Mon mail date de 5 jours durant les féries. Un peu court pour l'administration. Mais je ne serais pas surpris de ne pas recevoir de réponse. C'est ainsi que procèdent les services de l'Etat lorsqu'ils ne savent pas que répondre. C'est en tous les cas mon expérience, qui se vérifie encore aujourd'hui avec le PCTN.

  • Sur les nuisances des hélicoptères.
    Dans la canton de Vaud, nous avons de nombreux et désagréables exercices d'hélicoptères-école, faisant du sur-place et se posant sur des champs à proximité des villages.
    Certains de ces petits hélicoptères sont particulièrement bruyants, genre tronçonneuses (!)
    Une fois , particulièrement remonté, je m'étais approché d'un hélicoptère tournoyant et se posant sur mon champ, jusqu'à ce que le pilote-moniteur arrête son engin. Après franche discussion, le pilote fut d'accord d'intervenir auprès de son chef, afin que leurs leçons de pilotage ne s'effectuent pas toujours aux mêmes endroits.
    La situation s'est quelque peu améliorée…
    J'ai aussi écrit à l'aérodrome de la Blécherette (Lausanne) et à l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC), mais je n'ai pas le souvenir de réponse,

  • Le témoignage de Pierre-Alain Tissot me sidère. Si je puis comprendre que dans les cas d'intervention urgente l'armée et la police ne doivent pas être freinés par des dispositifs administratifs, il me semble que les exercices préparatoires ne devraient pas être exemptés des règles de l'OFAC. Et je ne me contenterai pas d'un refus d'enter en matière pour exiger des réponses à mes questions.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel