Fin de l'enfance

Imprimer

 

Sur le vif - Mercredi 26.06.19 - 15.21h

 

Lorsque Georges Pompidou est entré en fonction, le jour de mes onze ans (20 juin 1969), alors que j'accomplissais mes ultimes journées d'école primaire, et que je m'apprêtais à découvrir en juillet les merveilles de l'Islam andalou, nous nous sommes dit, ma mère et moi : "Il est sûrement très bien, mais plus rien ne sera comme avant".

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Bonjour.
    « Voici mon secret : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux », dit le Renard au Petit Prince.
    « L’essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince, afin de se souvenir.
    « C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.
    « C’est le temps que j’ai perdu pour ma rose… fit le petit prince, afin de se souvenir.
    « Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l’oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose.
    « Je suis responsable de ma rose... répéta le petit prince, afin de se souvenir. » (A. de Saint-Exupéry, Le Petit Prince)
    « Le symbole, dit Paule Amblard, est une fenêtre sur l'invisible... Cette ouverture, cette élévation qui nous dépouille de tout attachement à la matière, ce cœur qui s'ouvre, écoute et perçoit au-delà du sens naturaliste. Cette acceptation de la mort et ce retour en enfance. Redevenir enfant ne signifie pas infantile, au contraire, il s'agit de retrouver cette pureté, cette nudité, cette spontanéité, cette confiance d'enfant. Une confiance aimé par le ciel... »
    Ayez une âme d'enfant et la nature vous dira ses secrets. En effet, la foi absolue n'existe que dans l'enfance. L'enfant a des yeux de voyant. Quand il devient homme, sa mentalité change, le doute l'envahit, s'impose, et il est, dès lors, partagé entre le désir et l'impuissance de croire.
    https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/
    Cordialement.

  • Que voulez-vous dire? Qu'avec Pompidou, plus jamais il n'y aurait une grande politique française de souveraineté et de relative indépendance par rapport à l'Amérique? Ni non plus de ''participation'' ni de gaullisme social?

    C'est certain que Pompidou a enterré tout cela. Il a passé cette loi qui supprime le circuit du trésor et donc impose à l'Etat de se financer auprès des banques privées. Et ceci était probablement le prix à payer à ceux qui l'avaient mis au pouvoir, ou du moins l'avaient aidé à y parvenir. Il n'a plus fait des coups d'éclat comme de rappatrier l'or de la France, qui était stocké aux USA dans des bâtiments de la marine nationale, ni d'exiger le remboursement des dettes en or, ni de sortir du commandement intégré de l'Alliance atlantique. Mais il n'est pas rentré dans l'OTAN. Il a louvoyé habilement et avec l'Amérique, comme il disait, il a voulu ''recoudre''. Il a aussi abandonné les idées de René Capitant et des gaullistes sociaux. Il a enfin, et surtout, favorisé l'entrée de la Grande Bretagne dans la Communauté européennes. Ce qui était une catastrophe, pour l'Europe et pour la Grande Bretagne, que le peuple anglais essaie aujourd'hui de corriger avec le Brexit, mais dans la douleur.

    C'est ainsi que je comprends votre article si laconique. Mais vous êtes très sibyllin,, difficile de vous déchiffrer.

    Il faut reconnaître que cette politique pompidolienne était plus réaliste, car de Gaulle surestimait les possibilités de la France, oubliant qu'elle était, en réalité, comme l'Allemagne un pays vaincu. Mais ce n'était pas glorieux.'étai

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel