Plus européen que la Suisse, tu meurs !

Imprimer

 

Sur le vif - Samedi 27.07.19 - 17.34h

 

Minoritaire, la Suisse ? Vous plaisantez ! De la Baltique au Sud de la Sicile, deux des langues parlées en Suisse, l'allemand et l'italien, sont parlées. Deux de nos langues nationales, pour longer l'éperon central du continent européen !

Des rivages les plus occidentaux de la Bretagne, avancés dans l'Atlantique, jusqu'aux bords de l'Oder, à la frontière entre Prusse et Pologne, deux de nos langues nationales : le français et l'allemand.

Au coeur du continent, à la croisée de ses langues, de ses religions, de ses philosophies, la Suisse.

Il n'y a pas de pays plus européen que la Suisse. Toutes les grandes secousses historiques du continent, toutes ses grandes structurations, furent aussi les nôtres : la romanisation, la christianisation, la féodalité, l'imprimerie, l'humanisme, la Réforme, la Contre-Réforme, les Traités de Westphalie (1648), les Lumières, la Révolution française, l'épopée napoléonienne, la Restauration, le Printemps des Peuples en 1848, le Kulturkampf, la Révolution industrielle.

Certes, au vingtième siècle, la Suisse n'a pas eu à s'impliquer dans les deux conflits mondiaux. Ce qui a pu donner l'impression d'une insularité heureuse. Mais c'est une illusion : si la Suisse doit impérativement demeurer souveraine et indépendante, cela ne signifie nullement qu'elle puisse agir comme si elle n'était pas intrinsèquement européenne. Peut-être l'un des pays les plus européens !

La Suisse peut parfaitement demeurer hors de l'Union européenne, négocier âprement le statut de ses relations avec Bruxelles, défendre ses intérêts supérieurs. Elle le peut, et selon moi, elle le doit. Mais en aucun cas elle ne peut nier la profondeur historique, philosophique, de son enracinement dans l'identité européenne.

Observons l'Europe. Voyageons-y. Visitons-la. Apprenons ses langues, tiens mon prochain grand chantier sera le grec moderne. Pénétrons-nous de sa culture. Prouvons à nos frères et soeurs du continent qu'on peut se sentir immensément européen, jusqu'au bout des ongles, jusqu'aux tréfonds de l'âme, sans être partie prenante de cette structure provisoire, évolutive, soumise à tant d'imprévisibles mutations, qu'on appelle, administrativement, l'Union européenne.

Ne méprisons pas ceux qui en font partie, ils résultent d'autres Histoires, l'universel n'existe pas, tout surgit des particularismes locaux.

Ne les méprisons pas. Mais à l'inverse, ne les sublimons pas de cette appartenance. Que chacun vive sa vie. Que chacun aille son chemin. Le nôtre n'est ni meilleur ni pire qu'un autre. Mais il est le nôtre, et nous l'aimons.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • C'est les pays européens qui devraient adhérer à la Suisse, ça serait un raccourci salutaire pour toutes ces régimes politiques mals équilibrés et ça nous éviterait de devoir nous battre pour garder le notre.

  • J adhère à 100% à votre article-chapeau , M. Pascal Décaillet quand à la Suisse, beau pays, avec son enracinement dans l entité européenne.

    Néanmoins et de grâce ne confondons pas l Europe et l Union Européenne. Ceux deux choses totalement différentes voire même à l opposé. L Union Européenne ne veut nullement l union des européens mais bel et bien leurs dés-union. L UE est gérée ainsi "grâce" à son alliance charnelle avec l Otan, bras armé de Washington. Jean Claude Junker, chef No 2 de l UE partira sous peu mais savez-vous ce qu il faisait avant ce poste "honorable" à l UE? En 1992, il était le 1er ministre du Luxembourg après 20 ans de carrière dans la politique là bas. Il était forcé à démissionner illico de ce poste car il s est avéré qu en tant que Gd politicien et 1er ministre du Luxembourg, il couvait les larges cellules secretes d espionnage de l Otan dans toute l Europe inclus certes son Luxembourg, cellules appelées le scandale Gladio, vous imaginez? Et pour le "blâmer" pour ce qu il a fait, l Otan l a caser comme No 2 de l UE, Comme quoi!

  • J adhère à 100% à votre article-chapeau , M. Pascal Décaillet quand à la Suisse, beau pays, avec son enracinement dans l entité européenne.

    Néanmoins et de grâce ne confondons pas l Europe et l Union Européenne. Ceux deux choses totalement différentes voire même à l opposé. L Union Européenne ne veut nullement l union des européens mais bel et bien leurs dés-union. L UE est gérée ainsi "grâce" à son alliance charnelle avec l Otan, bras armé de Washington. Jean Claude Junker, chef No 2 de l UE partira sous peu mais savez-vous ce qu il faisait avant ce poste "honorable" à l UE? En 1992, il était le 1er ministre du Luxembourg après 20 ans de carrière dans la politique là bas. Il était forcé à démissionner illico de ce poste car il s est avéré qu en tant que Gd politicien et 1er ministre du Luxembourg, il couvait les larges cellules secretes d espionnage de l Otan dans toute l Europe inclus certes son Luxembourg, cellules appelées le scandale Gladio, vous imaginez? Et pour le "blâmer" pour ce qu il a fait, l Otan l a caser comme No 2 de l UE, Comme quoi!

    Erratum l affaire Gladio a explosé non pas en 2012 mais 2014, navré!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel