Ce cher M. Kouchner au Kosovo

Imprimer

 

Sur le vif - Jeudi 22.08.19 - 16.14h

 

"Administrateur de l'ONU pour le Kosovo" : derrière ce titre ronflant, prétentieux, laissant entendre que l'impuissance multilatérale pût exercer la moindre influence sur le destin des Balkans, qu'a fait Kouchner ?

Réponse : il a laissé faire l'OTAN. Il a laissé faire les États-Unis, dont le but, dès le début des guerres balkaniques (1990), et à vrai dire bien avant, était d'avoir enfin une tête de pont dans l'ex-Yougoslavie. Il a laissé faire les services secrets allemands, qui ont soutenu les mouvements pan-albanais pour affaiblir les Serbes. N'y a-t-il vu que du feu ? Qu'a-t-il fait contre les règlements de comptes anti-Serbes, dans les villages ? Qu'a-t-il fait contre le trafic d'organes ?

Avait-il seulement conscience de tout cela ? A-t-il, au fond de lui-même, alors qu'il était plongé dans les réalités viscérales des Balkans, vraiment cru, une seule seconde, à l'immensité fictive de son titre, à une mission "d'administrateur" qui ne pouvait conduire qu'au paroxysme de la naïveté, ou (plus grave) à une forme de complicité dans le silence ?

Envoyer Kouchner au Kosovo ! Tant qu'on y était, on aurait pu y déléguer Cohn-Bendit, ou BHL. Envoyé un illuminé du messianisme universaliste français, arrogant et donneur de leçons à l'humanité entière, dans une région du monde dont l'extrême complexité exige de longues années de lectures et d'ascèse historique.

L'Histoire, M. Kouchner ! L'étude, en profondeur, des faits, sans jugements moraux. L'étude des peuples et des nations, de leur identité construite à travers les siècles, de leurs mythes fondateurs, de leurs écrivains. L'étude de leurs guerres, de leurs traités, de leurs alliances, de leurs trahisons, de leurs contradictions internes. Comme vous aviez étudié la médecine, vous eussiez dû vous plonger dans l'Histoire des Balkans, pas dans la morale à deux dinars !

Au moment où resurgit - il était temps - le passé de certains dirigeants du Kosovo, caricaturalement épargnés par les services de Mme Del Ponte, qui ne songeait qu'à étriller le Serbe, il est bon de se souvenir de l'épisode de ce cher M. Kouchner, le king de l'ingérence, dans cette région des Balkans dont il ne connaissait manifestement rien de l'Histoire. Juste se faire une pub mondiale, sur un titre totalement bidon.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.