Allemagne-Pologne : rien n'est réglé !

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 27.08.19 - 09.51h

 

Nous ne nous étendrons pas ici sur le chiffre absolument délirant (800 milliards d'euros, selon le Temps) exigé bien tardivement par la Pologne, auprès de l'Allemagne, au titre de réparations de guerre, ou plutôt de toutes les horreurs vécues par ce pays-martyr lors du second conflit mondial.

Que la Pologne ait vécu le pire, c'est certain. Dépecée entre Allemands et Soviétiques dès septembre 1939, elle a connu la guerre, la déportation, la présence sur son sol des camps d'extermination, l'ampleur de sa souffrance n'est pas imaginable.

Ce qui compte, pour l'analyste qui entend placer les événements dans le champ diachronique, c'est de considérer les évolutions territoriales de la Pologne, à l'Est comme à l'Ouest (et même au Sud, si on pense à la Galicie austro-hongroise), comme résultantes d'enjeux de pouvoirs, et non d'idéologies. En clair, que la Pologne fût communiste de 1945 à la fin de la Guerre froide, ne saurait constituer un élément l'emportant sur les considérations nationales.

La Pologne a un premier grand problème de voisinage, qui s'appelle la Russie. C'est maintes fois séculaire, complexe, mal connu chez nous, il faut étudier à fond les cartes et les traités. Rappelons-nous que ce pays a carrément été gommé de la carte, à une certaine période.

Et puis, depuis le règne du grand Frédéric II (1740-1786), la Pologne a un problème (plus récent) avec la Prusse. L'enjeu de septembre 1939, éclipsé par la nature mondiale de ce qu'est devenu le conflit, c'étaient les millions d'âmes des minorités allemandes à l'Ouest de la Pologne, en Silésie et en Poméranie (exactement les deux régions conquises par Frédéric II). J'ai passé tout un été, en 1972, tout au Nord de l'Allemagne, chez l'un de ces Allemands de Pologne, ancien combattant du Front de l'Est, ayant passé l'Elbe par miracle en 1945.

En reconnaissant, en 1970, la ligne Oder-Neisse comme frontière naturelle historique entre l’Allemagne et la Pologne, puis surtout en allant s'agenouiller à Varsovie, devant le Mémorial du Ghetto, l'immense Chancelier Willy Brandt a donné deux signes de réconciliation. Ce fut un moment d'une intense puissance. Le destin était au rendez-vous.

Pour autant, la question germano-polonaise n'est pas réglée. Un jour ou l'autre, dans un domaine où l'Histoire a tout son temps, elle réapparaîtra. Hélas, depuis Kohl et la chute du Mur, la Pologne n'est considérée par les Allemands que comme une terre d'investissements pour les grandes entreprises germaniques. N'est-ce pas là, le pire mis à part, la version moderne du plan d'asservissement naguère mis en oeuvre par le fracas des armes ?

Les 800 milliards demandés par la Pologne sont délirants, certes. Mais ils sont à prendre comme la résurgence du malaise et du mal-être d'un pays d'Europe coincé entre deux voisins dont aucun ne lui a vraiment prouvé, ces derniers siècles, lui vouloir le moindre bien.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Le grand massacre des officiers de l`armée polonaise a Katyn par les Soviets, c`est cadeau?

  • Ce que j'apprécie chez Monsieur Décaillet, ce sont ses références à l'histoire. Voici une référence:
    https://fr.rbth.com/histoire/83312-pologne-tentative-conquete-russie

  • Sur le problème séculaire du voisinage de la Pologne avec la Russie, je propose une citation de la préface de "Souvenirs de Starobielsk" de Jospeh Czapski, écrite en 1945 par Gustaw Herling-Grudzinski.
    – J'avais toujours la conviction, sans y mettre la moindre présomption nationale, que les Polonais intelligents seraient capables plus que les autres d'informer l'Europe sur la Russie. Car ce n'est pas une question de savoir, mais d'une somme énorme d'expérience, non pas d'études, mais de clairvoyante vigilance. Il est plus difficile et en même temps plus facile de comprendre la politique russe que toute autre politique. C'est pourquoi, si nous avons quelques experts en politique britannique, nous avons des millions d'experts en politique russe. Le regard du Polonais sur la Russie est perçant et sévère, car il touche au principe même de l'existence biologique. Au XIXème siècle, n'importe quel hobereau, pouvant à peine lire et écrire, comprenait ce que renferme le mythe russe du panslavisme.
    ( . . . )
    Notre " retour de l'URSS " est un phénomène aussi vieux que le voisinage polono-russe. Il est marqué comme d'habitude par des milliers de tombes de déportés et une poignée de ces heureux qui ont miraculeusement réussi à retourner à ce monde, ce monde toujours surpris et méfiant.
    C'est pourquoi j'aurais fait mieux peut-être de ne pas dire que les " Souvenirs de Starobielsk " ont été écrits par Czapski. Ils ont étés écrits par quelques milliers d'hommes que nous ne reverrons jamais. Czapski les a seulement portés sur notre rive plus abritée.
    Ces hommes, ne se lassant jamais de penser à la Pologne, remarquables par leur intégrité et l'ardeur de leurs sentiments, si nobles dans la misère, ne pouvaient choisir un meilleur messager. –

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel