L'Italie, et l'Italie d'abord !

Imprimer

 

Sur le vif - Samedi 14.09.19 - 16.08h

 

Primauté de la nation italienne, protectionnisme, contrôle des flux migratoires : les aspirations puissantes qui ont porté au pouvoir Matteo Salvini ne vont certainement pas s'éteindre, ni même faiblir, sous le prétexte qu'un pronunciamiento de partis adverses, opportunistes et moralisateurs, a réussi (pour un temps) à l'écarter.

Il y a, en Italie comme partout, un très fort courant qui porte les idées de Salvini. Ce mouvement d'opinion ne veut plus entendre parler de supranationalité européenne, il veut l'Italie, et l'Italie d'abord. Cette aspiration à la nation, au refus des tutelles, n'est pas nouvelle, dans la prodigieuse Histoire politique de ce pays : on l'a trouvée à l'époque héroïque du Risorgimento, portée par un homme aussi exceptionnel que Giuseppe Verdi, puis à celle du fascisme.

L'obédience de l'Italie à des forces supérieures, c'est la démocratie chrétienne d'après-guerre qui l'a construite, d'abord face aux Américains, puis, après avoir été pays fondateur du Traité de Rome (1957), en laissant Bruxelles prendre trop de place. Il faudra tout de même, un jour, instruire l'Histoire de la gentille Democrazia Cristiana avec toute la sévérité que cette dernière mérite, y compris dans ses liens avec des organisations combattant l'essence même de l'Etat, si vous voyez ce que je veux dire.

Aujourd'hui, les gentils européistes, bien affiliés à l'OTAN, bien obéissants au Capital mondialisé, ont réussi à écarter Salvini. Fort bien. Laissons passer le temps, quelques mois suffiront peut-être. Laissons la rue italienne dire sa colère, suite à cette combinazione. Et nous verrons bien, sur la durée, quel modèle de gouvernement veut se donner le peuple souverain - et ô combien ami - de l'Italie.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Allez raconter ça au mondialiste HAINEUX DES PEUPLES LIBRES, André Naef qui se réjouit, peut-être un peu trop vite, de la chute de Salvini.
    Pour l'instant les mondialistes et leurs sbires, genre naef, ont l'impression de vaincre les lépreux, mais qu'ils n'oublient pas que c'est justement ces mépris des Peuples qui mènent aux révolutions.
    Que les sbires du système, comme naef, cuénod et consorts, continuent de chanter, quand le système tombera, vous les verrez tourner leurs vestes, car ces gens sont juste les vulgaires catins des plus forts.

  • Populisme, populisme, quand tu nous tiens!

    Le problème est que les dirigeants/Elites veulent rendre débile voire inconcevable de discuter et/ou négocier avec le peuple et les dits populistes. C est le cas flagrant en France pour ne citer qu elle.

    Par contre aux USA, c est à 100% que le populisme a fait élire Trump par les blancs. Mais comme tout le monde sait, le populisme est critiqué partout, hélas, mais jamais aux USA et pourquoi donc?

    Là bas, aux USA, ils ne nous disent nullement que c est le populisme qui a fait élire l improbable, l inquiétant, le vulgaire et le raciste Trump. Par contre, les USA ont fabriqué un autre très joli terme qui occulte le terme populisme et qui nous dit que c est le "Regain de la démocratie libérale", n est il pas trop beau un tel terme?! A vrai_dire, est-il vraiment libéral puis que la vérité est que ce terme est plutôt xénophobe ?

    In fine, ce "Regain de la La Démocratie libérale" est un concept creux, vide de sens et surtout vide de ses valeurs qui étaient dans le passé: La souveraineté du peuple, l égalité des Hommes et le droit au bonheur, paix à leurs âmes ces 3 "valeurs"! Toutefois, ça fait déjà 250 ans depuis la création des USA et à ce jour qu ils n ont pas ni voulu ni réussi à régler cette ségrégation raciale, noir / blanc. On dirait que cette ségrégation doit faire partie du fondement de ce pays! Certainement qu il manque aux USA une bonne dose de verticalité culturelle et beaucoup plus d honnêteté. Mais cette verticalité et honnêteté n auront pas lieu demain à l aube puisque elles n avaient pas pu avoir lieu pendant les 250 ans précédents!

    Bien à vous.
    Charles 05

  • Malheureusement M. Décaillet la rue italienne est toujours bruyante mais rarement révolutionnaire, le Risorgimento a été une révolution des élites et non pas du peuple.
    Connaissez-vous le vieux dicton " Franza o Spagna purché si magna " ? C'est ça, malheureusement, la conséquence de siècles d'invasions et des guerres que la France, l'Espagne et les Habsourg d'Autriche se livraient sur notre pauvre Pays pour se l'accaparer, appelés à tour de rôle par les Papes, véritable plaie de l'Italie.
    Salvini a fait des erreurs, mais il ne pouvait pas imaginer que Ursula von der Leyen serait élue grâce aux votes des 5*, que le PD renoncerait à aller aux élections et que Conte se rangerait aux dictats de Bruxelles par ambitions personnelles : contre toutes ses manigances les peuples ne peuvent rien faire, on ne les laisse simplement pas voter dans un système qui est exclusivement parlementaire. Défendez votre système qui, d'ailleurs, n'est pas bien vu à Bruxelles....

Les commentaires sont fermés.