Les ayatollahs de la mobilité douce

Imprimer

 
Sur le vif - Lundi 16.09.19 - 15.58h
 
 
Les ayatollahs de la mobilité douce, qui ont réussi à faire passer dans leur camp un magistrat de l'Entente, pulvérisent tous leurs record. Galvanisés par "l'urgence climatique" (ah, imposer sa terminologie, première loi de toute guerre...), ils ne voient même plus leur cause comme l'un des éléments d'un binôme antagoniste, mais comme la cause qui s'impose d'elle-même, puisqu'elle relève du Bien. Ils ne sont plus dans la politique, mais dans la théologie. Et, au sein même de la théologie, ils sont dans l'ordre du dogme.
 
Un exemple : vous dénoncez le changement de cap d'un magistrat de l'Entente. Ils vous répondent qu'il n'y a aucun problème. Certes, le magistrat a fait preuve de ductilité (pour user d'un mot poli) par rapport à ses engagements. Mais cela n'a aucune importance. Pourquoi ? Parce que ce sens de l'adaptation (voyez, je garde mon sang-froid dans l'usage des mots, et ne parle pas de trahison) se fait dans le bon sens. Au service de la cause qui s'impose. Au service du Bien. Dont tout le monde devrait convenir. Et qui ne saurait souffrir de contestation.
 
Avec ces gens-là, c'est clair : on ne peut pas discuter. La bonne vieille disputatio, principe même de la dialectique républicaine, où les arguments contraires s'entrechoquent, doit laisser la place à l'acceptation d'une vérité révélée.
 
Ce sont ces gens-là, en cet automne électoral, qui ont le vent en poupe. Ces gens-là qui s'appuient sur le dogme de "l'urgence climatique". Ces gens-là qui organisent l'évacuation de tout argument contraire. Non en vertu d'une pesée rationnelle de cet argument. Mais parce qu'il a l'hérésie de venir contredire le dogme.
 
 
Pascal Décaillet
 
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.