Chirac, tellement vivant, tellement humain

Imprimer

 

Sur le vif - Jeudi 26.09.19 - 14.24h

 

Je me souviens, comme si c'était hier, du 10 novembre 1970, lendemain du 9. Je rentrais de l'école à midi, j'avais douze ans, 2ème année secondaire, ma mère m'annonçait la mort de Charles de Gaulle.

Je me souviens du 2 avril 1974. Nous regardions, avec mes parents, "L'Homme de Kiev" aux Dossiers de l'écran. Interruption du film. Annonce de la mort de Pompidou, Président en exercice.

Je me souviens du 8 janvier 1996, lorsque j'ai appris la mort de François Mitterrand. J'étais à mon bureau, à la RSR, à Lausanne.

Je me souviens de Jacques Chirac, les deux fois où je l'ai vu physiquement. En 1998 à Zurich, lors de sa visite en Suisse. Et surtout, dans le meeting inoubliable de l'entre-deux-tours à Lyon, en avril 2002. Je présentais Forum en direct sur place, au milieu d'une foule immense, dans un fracas d'enfer, c'était magique.

Je me souviens qu'avec mon ami Bertrand Ledrappier, suivant de très près le duo Giscard-Chirac entre 74 et 76, nous préférions mille fois l'impétuosité populaire du second à la distance orléaniste du premier.

Je me souviens de Cochin, l'Appel, le "parti de l'étranger" (1978). J'aimais ça, parce que déjà, je n'aimais pas le parti européen, en France. La liste de Simone Veil (qui l'emportera en 79) ne m'était absolument pas sympathique. Ni la liste, ni (désolé) la personne qui la conduisait.

Je me souviens de quarante ans de vie politique, sur laquelle tout a été dit. Un homme complexe, protéiforme, caméléon, qui aura tout été, et le contraire de tout. Je veux retenir le radical, façon Troisième République, devenu gaulliste. Mais radical, avant tout. Radical cassoulet, Province, jamais aussi à l'aise qu'avec des paysans, sur le terrain.

Je me souviens qu'il a été, de 72 à 74, le meilleur ministre de l'Agriculture depuis Sully, qui avait servi Henri IV. Il a aimé et protégé les paysans de France, il les a défendus face à Bruxelles, il manque aujourd'hui, immensément.

Je me souviens d'un débat, il y a si longtemps, entre lui et Georges Marchais. Il émanait de ce duel une sympathie de l'illustre communiste à son égard.

Je me souviens de son débat de 88 face à François Mitterrand. "Vous avez parfaitement raison, Monsieur le Premier ministre". D'une réplique, le Prince du verbe l'avait poliment terrassé.

Je me souviens du Discours du Vel d'Hiv, en 95.

Je me souviens - pour toujours - de son amitié profonde pour le monde arabe, de sa connaissance de l'Orient compliqué, de son amour des langues orientales, de son respect pour les peuples opprimés, de la manière dont il avait engueulé, en Vieille Ville de Jérusalem, les gorilles israéliens qui voulaient l'empêcher d'approcher la foule palestinienne.

Je me souviens de son NON catégorique à l'opération folle, insensée, des Américains contre l'Irak, en 2003. Ce jour-là, nous avions retrouvé la grande politique arabe de Charles de Gaulle, proche des peuples, contre les oligarchies.

Je me souviens, et pourrais me souvenir sur des kilomètres encore. Il n'avait ni le génie de Charles de Gaulle, ni la majesté de François Mitterrand, mais c'était un pur-sang de la politique, totalement habité par le démon de l'action. Un affectif, jamais plus heureux qu'au milieu des foules, l'homme qui a serré des millions de mains.

Je me souviendrai toujours de Jacques Chirac, comme de Charles de Gaulle et François Mitterrand. Il a servi la France. Il a su conquérir une très grande affection chez ses compatriotes. Un très grand nombre de Français, au moment où j'achève d'écrire ces lignes, sont émus. Ils ne pleurent peut-être pas un père, comme de Gaulle en novembre 1970. Mais une sorte de grand frère, voyou, adoré, flambeur, joueur, parfois maladroit. Mais tellement vivant. Tellement humain.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 8 commentaires

Commentaires

  • Chirac, le dernier président français qui pouvait passer pour sympathique...

  • Jacques Chirac était un radical-socialiste contrarié. Un homme apparemment sympathique certes qui aimait son pays d'une façon viscérale. C'était un animal politique comme on dit qui préférait la bagarre pour le pouvoir au pouvoir lui-même car que reste-t-il de ses deux septennats ? L'abrogation du service militaire et le refus d'engager la France en Irak. On me rétorquera que c'est déjà pas mal, en effet mais l'impression reste celle d'un touche-à-tout qui donnait un coup de barre à droite, puis à gauche, etc. sans ligne précise.

  • De ceci...

    https://www.youtube.com/watch?v=4BxaVdu0hqU

    ... à cela...

    https://www.youtube.com/watch?v=YKAgXv7_-Ow

    ... sans le moindre problème intérieur.

    Des martiens auraient débarqué en France, il se serait fait greffer des antennes.

  • UnOurs @ Les Francs en Franconie, la Gaule aux Gaulois ? On dirait du Sieyès...

  • Je retiens de Chirac qu il n a pas accepté de participer au massacre de l Irak et cela il ne faudrait pas lui enlever! De surcroît que le discours mémorable de Dominique Villepin à l ONU était un chef-oeuvre, juste pour dire!

    Savez vous ce qu a subi l Irak:

    --1.5 millions de massacrés dont 500 000 enfants de bas âge. A ce sujet Madeleine Albright avait répondu à un journaliste américain stupéfait du nombre de 500 000 enfants de bas âge assassinés en justifiant ce nombre et en disant, tenez vous bien:" Liberty has no Price"...Bordel de bordel..

    --L Irak a 15% des réserves pétrolières mondiales pour les 70 années à venir. Où est-il aujourd hui ce pétrole? Il est pour ceux qui avaient manigancé cette guerre génocidaire!

    --Souvenez vous du fiole loufoque de Collin Powel contenant de l anthrax à l ONU, soit dit. Ce même Powell a quitté la politique aux USA en disant qu il s est fait avoir lamentablement par les services secrets américains.

    --Même le gros c.. Trump sait bien que le peuple américain est encore traumatisé par les mensonges horribles des USA sur ce qui s est passé en Irak.Les USA avait accusé Saddam d être un pro-Qayda...Dites donc qui a fabriqué Qayda sauf les USA et sur ce Hilary Clinton avait déclaré "Arrêtons de mentir, ceux sont nous qui l avons fabriquée". A ce jour La France soutient Al Nosra/Branche principale d Al Qayda en Syrie/Irak qui "fait du bon boulot en Syrie" selon l escroc Fabius. le nouveau nom (dernier cri!) d Al Nosra est Ahrar Acham défendu et soutenus à ce jour becs et ongles par les USA, Israel, la Turquie, Qatar et la France...

    Bien à Vous M. pascal Décaillet.
    Charles 05

  • Grand Hommage à M. Chirac...RIP...

    https://oumma.com/quand-jacques-chirac-se-mettait-en-colere-contre-la-securite-israelienne-et-devenait-la-star-de-la-rue-arabe/

  • Je n'ai pas une grande sympathie pour la "cheftaine du FN", interdite de cérémonie par la famille Chirac, mais quand même, pour rappel :

    https://proxy.duckduckgo.com/iu/?u=http%3A%2F%2Fimg-4.linternaute.com%2F-RxUlUxgjcrWRkqSolYqM5KoBAU%3D%2F620x%2Fsmart%2F97faaaed82da4ce49e5a62363b4cee93%2Fccmcms-linternaute%2F950969.jpg&f=1&nofb=1

  • Sauf que la "rue arabe" aujourd'hui est en France et qu'elle n'en n'a, vulgairement dit, rien à battre...

    https://twitter.com/GG_RMC/status/1178577754779992064?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1178577754779992064&ref_url=https%3A%2F%2Fdemocratieparticipative.tw%2Fles-arabes-et-les-gauchistes-refusent-categoriquement-de-faire-une-minute-de-silence-en-memoire-de-chirac%2F

    Il faudrait vraiment que les gens réalisent que les utopies mondialistes n'ont jamais été que des illusions de "boomers". Arrêtez de vous accrocher à vos vielles lunes, à vos espoirs de faire tenir ensemble "l'huile" et le "vinaigre", ça n'a jamais marché, ça ne marchera jamais.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel