Les vraies préoccupations des Suisses

Imprimer

 

Sur le vif - Jeudi 26.09.19 - 10.38h

 

Les plus précaires, en Suisse ? Ils ne parlent pas beaucoup climat, croyez-moi. Mais primes maladie, santé, retraites, emploi, prix de l'essence, prix des médicaments, loyers, taxes, solitude des seniors. Et aussi, ne vous en déplaise, contrôle des flux migratoires.

Méfions-nous de l'immense effet d'amplification du sujet-aubaine pour les Verts en vue du 20 octobre, le sujet-tintamarre, le sujet-propagande, orchestré de façon obsédante, comme s'il était le thème de préoccupation no 1 de nos compatriotes.

Il ne l'est pas. Il est certes à traiter, mais usurpe éhontément sa place dans la hiérarchie. Tout en haut, dans les soucis des Suisses, il y a l'impérieuse nécessité de vivre dignement. La première urgence, pour les gens, est SOCIALE, elle n'est pas climatique.

Avoir travaillé toute sa vie, payé des primes, ses impôts, et ne pas avoir de retraite décente, c'est cela qui est dégueulasse, cela qui doit être corrigé. Travailler comme un fou, et ne pas pouvoir mettre un sou de côté, parce qu'on nous pompe et nous tond de partout, c'est cela qui rend la classe moyenne folle de rage.

Le climat ? Le climat oui, bien sûr. Il ne s'agit pas de nier le problème. Mais de considérer sa place réelle dans la hiérarchie des préoccupations des citoyennes et citoyens de ce pays. A cet égard, il convient d'identifier comme tel le véritable matraquage verbal dont nous sommes victimes, depuis des mois.

Le 20 octobre, le peuple suisse votera. On crédite des Verts de 10% des voix. Fort bien. Mais cela signifie que 90% du corps électoral ne votera pas pour les Verts. Et quand bien même ils feraient 15%, il y aurait encore 85% contre eux.

J'invite mes concitoyennes et concitoyens à garder la tête froide. Non pas nier la nécessité de s'occuper du climat. Mais refuser, avec la dernière énergie, l'ambiance de matraquage et de propagande orchestrée autour de ce thème.

Ai-je été assez clair ?

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • "Ai-je été assez clair ?"
    Peut-être faudrait-il aussi distribuer des lunettes anti-brouillard.

  • Vous avez été clair SOLEIL LEVANT

    toutefois on ajouterait à CLIMAT ET SOCIAL… AMBIANCE

    à laquelle notre frère l'animal est particulièrement sensible.

    Ne devrions-nous pas voir la réalité, les choses en face telles qu'elles sont... en suivant ses traces

    tout en étant, spiritualité parlant, hors les murs, hors les dogmes donc décloisonnés en survol comme en apesanteur

    pour un peu "ovnis" lesquelles manifestent une angoisse nette en cas d'annonce d'essais nucléaires… (livres en rien fantaisistes de Fabrice Bonvin).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel