Candidats : du fond, SVP !

Imprimer

 

Sur le vif - Jeudi 03.10.19 - 10.36h

 

Une candidature jeune, dynamique et vitaminée n'est en rien le garant, en cas d'élection, d'une bonne politique. C'est juste l'indice que l'impétrant(e) est jeune, dynamique et vitaminé. Ce qui, en soi, n'a aucune espèce d'intérêt politique.

Il ne suffit pas de se presser, le temps de la campagne, dans toutes les fêtes populaires, ça signifie juste qu'on va se montrer.

Il ne suffit pas de participer à tous les semi-marathons, ça prouve juste qu'on court vite.

En politique, il faut, comme par exemple le Jeune PDC Paul Michel, ou le communiste Alexander Eniline, ou heureusement plein d'autres, avoir du FOND.

Il faut connaître l'Histoire politique, l'Histoire des idées, l'Histoire des partis, à commencer par le sien. Rien de plus niais, à l'évocation du passé, que la réplique "Je n'étais pas né(e), comment voulez-vous que je sache ?".

Désolé, mais il existe une discipline intellectuelle absolument majeure, qui exige passion et ascèse. Elle s'appelle l'Histoire. Et consiste, justement, à se renseigner un peu sur ce qui s'est passé avant l'horizon de sa propre naissance.

Le 20 octobre, je tâcherai de trouver douze noms sur ma liste, comme douze apôtres, en sachant qu'il faut toujours se méfier de l'un(e) d'entre eux. Il y aura Paul Michel. Il y aura Alexander Eniline. Et puis, dix autres hommes et femmes de valeur, tous partis confondus.

Des hommes et des femmes de CONFIANCE. C'est la clef de voûte de cette démocratie représentative que je n'aime pas. Et à laquelle je souhaite un jour (il faudra du temps !) substituer une démocratie directe, totale, délivrée des partis et des intermédiaires.

Une démocratie vivante, pour toutes les citoyennes, tous les citoyens. Pas juste pour le microcosme politique.

Une démocratie puissante, égalitaire, fraternelle. Qui mette en avant les thèmes, non les personnes.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Quand on a quitté aussi bien le PS de sa commune puis les Verts on finit par croire qu'un miracle seul serait en mesure d'opérer un véritable revirement fondamental allant dans le sens de la recherche non du luxe mais du bien-être pour tous.
    Et c'est alors que surgit en soi une question, comme il vient d'arriver: "L'énergie pure serait-elle l'amour?"

    Poser juste la question sur Google et lire l'ensemble.

    Tel devrait être la motivation première de tout être humain appelé ou non à prendre de très hautes responsabilités ou juste avoir une vie qui en vaut la peine parce qu'elle ne peut pas "en tout amour" ne pas avoir un sens lumineux.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel