L'âme perdue des pies voleuses

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 29.10.19 - 09.41h

 

A lire la presse, on dirait que l'UDC mord la poussière, et que les Verts disposent de tous les leviers du pouvoir pour quatre ans.

La réalité est exactement contraire : les Verts n'auront, entre 2019 et 2023, que 28 députés sur 200 au National. Seuls, ils ne peuvent rien. L'UDC, en revanche, malgré la campagne d'Apocalypse de cet automne, demeure de très loin le premier parti sous la Coupole fédérale, avec deux fois plus d'élus que les Verts. Beaucoup plus proche de la majorité des 101, si le PLR et la partie non-gauchisante du PDC daignent, de temps à autre, laisser au vestiaire leur mimétisme climatique, et construire des majorités de droite.

On attend ces alliances, notamment, sur les questions financières et fiscales, et, bien sûr, sur les innombrables taxes que l'idéologie Verte ne manquera pas de nous inventer.

A tête froide, les Verts peuvent donc être mis systématiquement en minorité. Pour cela, il faut que les partis de droite retrouvent leurs fondamentaux. Protection de l'environnement oui ; taxes contre la classe moyenne, non.

Si le PLR et le PDC, qui sont au fond les personnages principaux de la prochaine législature, passent quatre ans, pour plaire à la mode ambiante et à l'esprit du temps, à faire les Verts comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, donc à se comporter comme des pies voleuses dans le nid des partis adverses, alors ils auront tout perdu : le soutien de la classe moyenne, et aussi cet invisible, cet indicible, cette part d'intime et d'irrationnel, qui s'appelle leurs âmes.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Pour faire simple, tous les partis ont opté pour une fibre verte sauf l'UDC.
    Ce n'est pas le parti Vert qui dominera, mais des thèmes vont isoler l'UDC.
    Une claque, une défaite pour l'UDC ? Clairement, moins par la perte de sièges qu'idéologiquement.
    Même si les Verts reculeront, les thèmes non.

    L'UDC a perdu parce qu'il trouvera moins souvent le PLR comme allié. L'UDC sans PLR n'est plus grand chose.

    Si dans 4 ans, les Verts peuvent reculer, l'écologie certainement pas.
    L'UDC n'est plus le premier partie, mais le deuxième derrière la fibre vert largement majoritaire. Je vois mal l'UDC s'opposer sans soutiens à des projets écologiques qui sont soutenu par le peuple.

    Le vert ne remplace pas le social, il s'y ajoute, ou il revient si on regarde l'Histoire humaine. Le paysan millénaire, sait que la Nature est à respecter si il veut pouvoir produire encore.

  • "Le paysan millénaire, sait que la Nature est à respecter si il veut pouvoir produire encore." Et donc, le parti des bétonneurs, le PLR, respecterait la Nature avec N majuscule svp ? Quelle blague ! Les gens vont très vite s'apercevoir que le seul parti qui a su raison garder face à la farce Thunbergienne, c'est l'UDC. Je prévois une forte augmentation des voix pour ce parti dans quatre ans, mais le problème est le personnel politique, les cadres. Actuellement en Suisse romande, c'est un peu la misère. Et donc, cela ne peut que s'améliorer...

  • Dans 4 ans, les grands perdants seront les PLR. A accepter les taxes climatiques proposées par les pastèques, il récolteront l'ire des citoyens. Et ceux-ci s'en iront grossir les rangs PDC (un peu) et UDC (beaucoup). Vivement 2023

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel