Bobos : l'addition sera salée !

Imprimer

 

Sur le vif - Mercredi 30.10.19 - 05.18h

 

La colère montante d'une classe moyenne étouffée par les primes, les taxes, les impôts, travaillant dur et ne pouvant plus mettre un centime de côté, sera l'un des paramètres majeurs de la prochaine législature fédérale.

Rester sourd à cette colère, c'est condamner la Suisse à revivre des déchirements comparables à ceux de novembre 1918.

La Suisse est, depuis 1937, un pays de paix sociale. Mais elle ne l'est ni par nature, ni par essence, ni en vertu d'une onction du ciel.

Non, notre cohésion est le produit d'une culture politique, et d'une attention aux souffrances de nos compatriotes. Ne jamais laisser personne, ni aucune catégorie de population, sur le bord du chemin. La création de l'AVS, notre fleuron, en 1947/48, incarne la grandeur de cette ambition.

Aujourd'hui, attention danger ! Personnes âgées laissées dans le dénuement et l'abandon. Jeunes sans emploi. Paysans sacrifiés sur l'autel du libre-échange. Travailleurs pauvres. Primes maladie, taxes, impôts, totalement confiscatoires. Et là, l'idéologie Verte qui va nous concocter de nouvelles taxes !

Le problème no 1 de la Suisse est social. Notre cohésion, secret de notre réussite, est en danger. Toucher aux réseaux de solidarité, de mutualité, qui ont fait la Suisse moderne, c'est jouer, à terme, l'existence de notre pays.

Sur tous ces thèmes, absolument majeurs, l'obsession monothématique de la campagne fédérale 2019 a joué le rôle d'un paravent. Les responsables de cet effet de leurre, évidemment profitable aux plus favorisés du système ultra-libéral, seront un jour amenés à rendre des comptes. L'addition sera salée.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel