D'abord les nôtres !

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 03.11.19 - 10.39h

 

Pas un seul centime pour un "fonds de cohésion" de l'Union européenne", ni pour quantité de plaisanteries internationales, tant que nous avons des Suisses, et notamment des retraités, sous le seuil de pauvreté !

Une communauté nationale a pour mission première, impérative, de s'occuper des siens. Sa cohésion sociale, à l'interne, la solidarité qu'elle organise entre ses membres, priment sur l'image face à une "communauté internationale" qui n'est qu'une fiction, et se dissout à la première difficulté.

La "communauté internationale" n'existe pas. La nation existe. C'est déjà un début, dans la vie, d'exister.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • EMS à l'intention des personnes âgées et pauvres:

    "Dis-moi comment tu traites tes personnes âgées et je te dirai qui tu es!"

    A la mondialisation néolibérale au marché inique sans éthique et cynique qui d'humain dans le sens noble de ce terme ne choisirait pas une Communauté Internationale sauvegardant notre éthique et nos valeurs démocratiques avec promesse de qualité de vie pour tous sans luxe, certes, mais décente tout en garantissant un développement harmonieux!?

  • A "l'interne" aussi, les dépenses pour les "tout autres" sont tout simplement démentes:

    https://lesobservateurs.ch/2019/11/01/les-suisses-paient-156-milliard-par-an-rien-que-pour-les-erythreens/

    Mon conseil aux Suisses riches: soyez créatifs quand il s'agit de remplir votre feuille d'impôt.

    Mon conseil aux Suisses pauvres: abusez tant que vous pouvez du social.

    Dans le but de faire crever ce système qui n'est plus réformable.

  • Si on évoque le nom de Jean-Marie Le Pen, même de "notre bord", les gens bien mis feront la moue. Pourtant, écoutez ceci...

    https://www.youtube.com/watch?v=S4XQXjenzlQ

    ... c'est à la fois impeccable et implacable.

    Tout découle de ce paradigme, les nôtres ploient déjà sous le nombre des "tout autres" et demain peut-être serons-nous submergés, si nous réagissons pas dès aujourd'hui, avec la plus extrême vigilance et la plus extrême volonté.

    C'est cela un homme politique, un vrai, c'est quelqu'un qui voit loin.
    Quand je pense à mon canton le Valais, quand maintenant à "droite" on se réjouit d'avoir vaincu dans le dernier "combat" à la "Pepone/DonCamillo" dont la portée "géostratégique" ne dépasse pas le coude du Rhône, je pleure de rage !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel