Bon vent, Sébastien !

Imprimer

 

Sur le vif - Jeudi 07.11.19 - 09.56h

 

Avec l'arrivée de Sébastien Desfayes, le Grand Conseil genevois s'enrichit d'un homme de culture et d'intelligence. La chose n'est pas banale, mérite d'être relevée.

Il n'existe plus beaucoup d'hommes politiques avec lesquels on puisse avoir, en profondeur, des conversations sur l'Histoire politique de l'Europe au vingtième siècle. La Suisse, bien sûr, mais aussi la France, l'Allemagne, l'Italie. Et puis, Balkans, Proche-Orient, Afrique du Nord (Algérie, principalement). Et puis, tout de même, l'Histoire américaine.

Ces hommes, rares et précieux, existent dans tous les partis. J'ai interviewé André Chavanne, sans avoir la chance d'avoir avec lui des conversations personnelles. J'ai maintes fois, par le passé, eu des entretiens passionnants avec Guy-Olivier Segond. On peut parler d'Histoire avec Jacques-Simon Eggly, François Longchamp, Pierre Maudet, Pascal Couchepin, Gérard Deshusses, Jean Batou, le jeune Paul Michel, et pas mal d'autres, je ne puis tous les citer.

Avec un homme comme Sébastien Desfayes, il ne s'agit pas de parler d'Histoire pour le seul plaisir de confronter ses connaissances. Non, la conversation est enrichissante pour les deux parties, elle se nourrit d'humour et d'anecdotes, elle a les saveurs de l'inattendu. Chaque partie, au fond, attend que l'autre la surprenne, c'est un ping-pong sans vaincu ni vainqueur, juste la jouissance d'effleurer le filet.

Et puis, c'est un homme charpenté politiquement qui fait son entrée au législatif cantonal. Avec une vision du pays. Nourrie des mille racines de l'Histoire. Avec une philosophie de la pensée politique. Je ne partage ni son rapport à l'Europe, ni son libéralisme économique, mais je respecte la cohérence et la construction de sa vision.

Avec des députés comme Sébastien Desfayes, Cyril Aellen, et quelques autres, peu importe le parti, on peut être certain que le Grand Conseil gagnera en élévation. Il ne s'agit pas d'être d'accord ou non avec eux : il s'agit de prendre acte d'une certaine maturité dans la structure, d'une certaine cohésion dans la mise en place des hiérarchies, d'une certaine exigence dans l'idée qu'ils se font de leur fonction.

Bon vent, Sébastien !

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Je suis également très heureux de l'entrée de Sébastien Desfayes au GC. et j'espère que cela est le début d'une grande épopée politique pour lui, il a les compétences humaines et politiques pour aller bien plus haut.

  • Les grandes personnalités ont des convictions, pas des idéologies. Et c'est comme ça que les choses peuvent avancer. Les convictions, associées à de nouvelles expériences, évoluent. S'adapter est un signe d'intelligence.

    Répéter son idéologie, ou ce que le parti veut, c'est juste bon pour faire de la petite politique. Cela ne va pas dans l'intérêt du peuple, mais des "sectes" des mouvements politiques.

    Les politiciens de convictions ont mon respect, les autres je les trouve inutile.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel