Mollachus, s'abstenir !

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 26.11.19 - 15.55h

 

On accorde beaucoup trop d'importance au contrat de travail, depuis 82 ans, en Suisse. Huit décennies pour gonfler les syndicats, les faîtières, les apparatchiks, en en face l'équivalent, côté patronal. Dresser une machine de guerre contre une autre.

L'important dans la vie, c'est d'avoir du travail. Pas d'avoir un contrat. On peut parfaitement vivre sans contrat, mais pour cela il faut se battre soi-même, avec une sacrée férocité, pour être et demeurer un petit entrepreneur. C'est beaucoup plus dur, mais c'est sacrément gratifiant.

D'ici une ou deux générations, la sacralisation, depuis 1937, du contrat, donc des rapports contractuels, donc des conventions collectives, aura sans doute fait son temps. Il y aura toujours des gens qui travailleront. Et il faut, dès aujourd'hui, leur faciliter la tâche pour qu'ils apprennent à prendre en charge, eux-mêmes (et non sous la paternité, ou le paternalisme, d'un employeur), leurs assurances sociales, leur gestion personnelle à long terme. Comme le fait n'importe quel indépendant, n'importe quel entrepreneur.

Le but, dans la vie, c'est de réaliser ses rêves, y compris professionnels. Pour cela, il faut beaucoup s'investir, prendre des risques, se battre comme un lion, laisser peut-être une partie de sa santé. Mais il n'est écrit nulle part qu'il faille entrer dans l'obédience d'une relation contractuelle.

Le contrat de 1937, en Suisse, comme ailleurs, était calqué sur la société patriarcale et autoritaire de l'époque, avec des hiérarchies puissantes, au mieux un paternalisme amical de l'employeur, au pire une saloperie de petit tyran d'entreprise.

Je peux comprendre que le rêve d'un jeune soit d'avoir du travail, et nous devons tout faire pour cela. Je conçois moins qu'il puisse rêver d'entrer dans une relation contractuelle. Il y a, pour les esprits et les caractères indépendants, impétueux, beaucoup mieux à faire : être son propre patron.

J'ai fait ce choix il y a quatorze ans. Je ne le regrette pas une seule seconde. Mais je vous préviens: c'est très dur. Mollachus, s'abstenir.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.