Thomas : voir, pour croire ?

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 03.12.19 - 14.31h

 

Plus j'observe le jeune Thomas Juch, président des Jeunes libéraux-radicaux genevois, Argovien d'origine, plus je me dis que nous tenons là un tempérament politique d'avenir.

Voilà un jeune homme dont toutes les apparences laisseraient poindre l'image d'un gendre idéal, un gentil Alémanique, devenu premier-lieutenant pour ne pas déplaire à la convenance, toujours poli, jamais contrariant.

Oui mais voilà, la vie c'est se méfier du paraître. Il ne suffit pas de voir, pour croire. En maintes circonstances, sur le plateau de GAC, ou des Yeux dans les Yeux, ces dernières semaines, le gendre a montré, sans le moindre énervement, ni même hausser la voix, qu'il avait un jugement sûr et lucide, centré sur l'objet même du débat, en toute indifférence des circonstances, des passions, ou de la personne qu'il avait face à lui.

Une capacité aiguë de discernement, qui l'amène très souvent à attaquer de front son propre parti "adulte", le PLR. Dernier épisode en date (cf. le Temps) : une proposition de refonte totale des statuts du parti genevois, et quelques jouissifs missiles décochés contre les intouchables, les indécrottables, les apparatchiks.

Plus j'observe ce garçon, plus je me dis qu'il a en lui la force tranquille, le souffle aussi, de ceux qui n'ont, dans la vie, aucune espèce d'intention de se laisser distraire des objectifs qu'ils se sont donnés à eux-mêmes. Et qu'ils sont seuls à connaître.

Bravo, Thomas, continuez. Sous votre apparence lisse et facile, il y a des équations cachées, du non-dit, de la pudeur aussi. Et sans doute, une volonté de lumière et de vérité qui pourraient faire pas mal de bien, au sein d'un parti genevois bien trop las de porter ses fatigues patriciennes.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.