L'Angleterre, en Europe : hors-sujet !

Imprimer

 


*** Une réflexion historique et diachronique sur l'Angleterre face au continent - Vendredi 13.12.19 - 16.38h

 

C'est une longue Histoire que celle de l'Angleterre face au continent, il faut la prendre sur au moins mille ans, disons depuis Hastings (1066), pour en saisir les enjeux. D'immenses historiens s'y sont attelés, ils ont noté quelques constantes. L'une d'entre elles, majeure, est qu'entre la Grande Bretagne, la France et l'univers germanique de la Mitteleuropa, aujourd'hui dominé par l'Allemagne, il y en eut toujours deux contre le troisième.

Cela se vérifie, par exemple, lors de la complexe et passionnante Guerre de Sept Ans (1756-1763), où émerge la Prusse de l'immense Frédéric II, lequel entame l'inexorable montée de l'univers germanique du Nord au détriment de celui du Sud (Saint-Empire, aboli en 1806 par Napoléon).

Cela se vérifie en 1815, à Waterloo : Prussiens et Anglais, Wellington et Blücher, unis contre la France. Dès que l'embouchure de l'Escaut est dominée par une grande puissance (1815, 1914, 1940), l'Angleterre se réveille.

Cela se vérifie en 1914 : l'Entente Cordiale, entre la France et le Royaume-Uni, fonctionne pendant toute la guerre, contre l'Allemand.

Cela donne l'impression de se vérifier le 2 septembre 1939, lorsque la France et l'Angleterre déclarent la guerre à l'Allemagne, à cause de l'affaire polonaise. Mais l'alliance franco-britannique ne tiendra pas : dès Dunkerque (juin 40), elle est de facto terminée. Le bombardement de la Flotte française à Mers el-Kébir (juillet 1940), vieille vengeance de Churchill, sera l'éclatante démonstration de cette rupture.

Toute l'affaire de la présence du Royaume-Uni dans la Communauté européenne (aujourd'hui UE), à partir de 1972, et sans doute jusqu'à début 2020, est à considérer en fonction de ce jeu d'alliances à trois.

Qu'est-ce, dès les années d'après-guerre, et déjà bien avant le Traité de Rome (1957), que la construction européenne ? Réponse : c'est, principalement, la collaboration économique (charbon, acier, au début), puis la très belle réconciliation (de Gaulle-Adenauer, 1963) entre la France et l'Allemagne. A laquelle vient s'ajouter l'Italie. Puis, les trois pays du Bénélux. La construction européenne, c'est une affaire profondément continentale. Pardonnez-moi si c'est un peu brutal à dire, mais le Royaume-Uni, dans cette histoire, est hors-sujet.

Il n'était absolument pas prévu, au départ, que cette puissance certes européenne, mais extra-continentale, avec déjà un pied dans le "Grand Large" (Churchill), vînt un jour s'arrimer à l'attelage. Ce fut le cas en 1972, de Gaulle était mort depuis deux ans, Pompidou avait (à tort !) considéré les choses autrement. Il est vrai que le successeur du Général n'entretenait absolument pas les mêmes liens politiques, culturels, littéraires que lui avec l'univers germanique. Charles de Gaulle était, au fond de lui, un germanophile puissant, ayant dû deux fois faire la guerre à un monde qui le fascinait. Tout autant, il détestait la galaxie anglo-saxonne.

1972 - 2020 : la présence de Royaume-Uni dans l'Union européenne aura duré 48 ans. Un demi-siècle, face à mille ans d’Histoire depuis Hastings, c'est peu. Cette grande nation a eu la sagesse de garder sa monnaie. Elle aura sa politique étrangère propre, avec les États-Unis et avec le monde. Assurément, elle survivra à son passage au sein d'une organisation continentale. Elle vivra son destin, le continent européen aussi.

La grande question, en Europe, n'est pas celle de l'Angleterre. A cet égard, il faut se méfier de plusieurs générations de journalistes, de politologues, d'observateurs, nourris d'études internationales en anglais, qui surestiment totalement, depuis un demi-siècle, l'importance du Royaume-Uni dans la question européenne. Pire : ils entrevoient ce lien sous des aspects moraux (l'Angleterre dans l'Union, ce serait le Bien ; hors de l'Union, ce serai le Mal). Les mêmes, avec une cécité frappante, refusent de voir l'essentiel : la montée inexorable, en Europe, de la puissance allemande, vrai facteur de déséquilibre des rêves des Pères fondateurs du Traité de Rome (1957).

Eh oui, l'Angleterre est hors-sujet. Elle va continuer de vivre sa vie. Mais sur le continent, le modèle d'une construction équilibrée a vécu. La France, face à l'Allemagne, ne fait plus le poids. L'univers germanique conquiert les marchés des pays d'Europe centrale et orientale, jusqu'en Ukraine. Et cette fois, il n'a pas besoin du moindre char de combat. Le vieux rêve de Frédéric II, établir une puissance germanique dans le Centre-Nord-Est du continent européen, entamé entre 1740 et 1786, n'aura finalement été stoppé que par des défaites d'étape.

Car même le 8 mai 1945 n'est, dans ce processus continu d'extension du champ d'influence, qu'une défaite d'étape.

Dans cette équation majeure, que vient faire l'Angleterre ? A bien des égards, oui, elle est hors-sujet.

 

Pascal Décaillet

 

 

 
 
Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Avez-vous remarqué les articles dans la presse, suite à la victoire de Boris Johnson aux élections : l'UE prie l'Angleterre de s'abstenir de toute concurrence déloyale

    Ca signifie quoi ? Qu'elle se trouverait en meilleure posture, maintenant qu'elle va quitter l'UE ?
    https://www.24heures.ch/monde/ue-negociera-nimporte-prix/story/10141494

Les commentaires sont fermés.