L'Europe, une fois les masques tombés

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 22.12.19 - 19.01h

 

L'Europe politique, ça n'existe pas. Ça n'a jamais existé, même à l'époque carolingienne, même au moment de l'épopée napoléonienne, mille ans plus tard. D'ailleurs, ni la construction de Charlemagne, très vite dépecée par les querelles d'héritage, ni celle de Napoléon, n'ont duré. Le Troisième Reich, n'en parlons pas.

Alors, quoi ? Alors, il y a, par moments, des poussées d'alliances, entre certains pays du continent. Ce qu'on appelle "construction européenne", après la guerre, ce fut le besoin, principalement pour la France, de se servir à vil prix du charbon et de l'acier allemands, dont la production était demeurée parfaitement intacte, malgré les bombardements. Ce que les Alliés, anglais et américains, avient détruit à dessein, c'est la ville allemande, je me suis déjà exprimé sur le sujet dans ma Série de 2015. La ville, les usines ; mais les mines sont sous terre, ils étaient bien contents d'en prendre le contrôle.

De cette "mise en commun" du charbon et de l'acier, qui allait à vrai dire dans un seul sens, et constituait la même prévarication, envers l'Allemagne vaincue, que les fameuses "Réparations" d'après 1919, est née une première structure prometteuse, avec l'Italie et le Bénélux, à partir du Traité de Rome (1957). Mais à vrai dire, sans de Gaulle et Adenauer, le Traité de l'Elysée (1963), sans cette Réconciliation des cœurs et des âmes, la construction européenne en serait restée au stade d'accords de libre échange industriels.

Mais cette étape, capitale, ça n'est pas l'Europe politique. C'est juste un très beau, un très grand moment de l'Histoire franco-allemande, pour mettre fin à un siècle et demi de combats. Occupation de la Prusse par Napoléon (1806-1813), puis 1870, 1914, 1940. Le fondement même de la Cathédrale européenne d'après-guerre ne concerne que deux grandes nations, sur le chemin de la paix. Cette première période, jusqu'à la chute du Mur de Berlin (1989), est belle, enthousiasmante. Dans mon Tagebuch, rédigé en Allemagne en 1974, j'accueillais avec joie et espoir cette réconciliation.

La chute du Mur scelle la fin de cette période héroïque, pour la simple raison qu'elle en inaugure une autre, qui sera celle de la renaissance de la puissance allemande. Helmut Kohl phagocyte la DDR avec une rare vulgarité, il mène dans les Balkans (en guerre) une politique purement allemande, il jette ses regards vers les marchés d'Europe centrale et orientale, c'en est fini de la gentille Allemagne en rédemption, l'instinct dominateur revient. Pendant ce temps, la France s'affaiblit. Aujourd'hui, face à l'Allemagne, elle ne fait simplement plus le poids.

Il n'existe pas d'Europe politique, il n'y en a jamais eu. Il y a eu des comportements de trêves et de retrouvailles entre poids-lourds, naguère belligérants. On a agglutiné à une construction abstraite des pays d'Europe centrale et orientale, qui n'y voyaient que l'aubaine de se sortir des griffes de l'Ours russe, mais le mouvement pourra parfaitement, le jour venu, se renverser.

Il faut cesser de parler d'Europe politique. Il faut lire les événements du continent en fonction ces rapports de forces entre les grands. La France et l'Allemagne, bien sûr, mais aussi la Russie, le monde anglo-saxon. Pour cela, il faut qu'advienne enfin la nouvelle génération d'observateurs politiques : ceux qui, dégagés des mirages multilatéraux, savent décoder l'intérêt bien senti de chaque nation, une fois tombés le jeu des masques et le galimatias des vaines paroles.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Il n'y avait rien en commun entre fribourgeois, uranais, et zurichois, mais la Suisse, après des siècles s'est formé, avec des cantons qui ont gardé leurs différences. Face à un monde dangereux, l'alliance était le moyen de rester indépendant.

    Ce sera pareil pour l'Europe. A l'heure où plusieurs puissances apparaissent, l'Europe est poussé à s'entendre. Ce n'est pas la Russie qui menace, j'espère qu'une alliance Europe-Russie puisse se faire, mais les puissances économique-militaire Chine, bientôt Inde, dans une moindre mesure USA.

    Les droit de l'Homme, venus en parallèle avec la puissance occidentale se rétrécit à mesure que son influence diminue. L'esprit européen n'est pas universel, le monde va devenir moins paisible.

    Les entités européennes garderont leurs spécificités, mais inévitablement l'Europe est poussée à se faire, l'Angleterre n'y échappera pas, d'ailleurs, la coopération militaire n'est pas remis en cause.
    L'Europe, c'est le danger extérieur qui la fera prendre forme à mesure que le danger de non indépendance, croîtra.

Les commentaires sont fermés.