Face aux mensonges, la vérité des nations

Imprimer

 

Sur le vif - Vendredi 10.01.20 - 15.11h

 

Les nations ne sont pas mortes, c'est au contraire l'illusion multilatérale qui se déchire. A cette toile indécise, improbable, menteuse dans sa conception même, la vérité des nations, rugueuse, entêtée, factuelle, ancrée dans l'Histoire, survivra.

Oh, le temps des nations n'est pas éternel, rien ne l'est ! Un jour, il laissera place à autre chose, tout comme la féodalité, à partir de 1789, a rendu l'âme, pour laisser éclore un monde nouveau.

Un jour, les nations se dissiperont. Nulle organisation politique des sociétés humaines n'est immortelle, ni l'Antiquité, ni le Moyen-Âge, ni les Temps modernes, ni ce que nous appelons, depuis la Révolution française, l’Époque contemporaine.

Les nations, un jour, auront fait leur temps. Oui, mais certainement pas aujourd'hui ! C'est beaucoup trop tôt. Toutes les expériences de supranationalité, exigeant des délégations de souveraineté à un échelon supérieur, se cassent la figure.

L'échec patent de l'Union européenne à créer un véritable espace politique en est une preuve éclatante. A Bruxelles, à Strasbourg, on édicte, on réglemente, on tente d'huiler et d'administrer une machine à Tinguely, en réalité on tourne à vide, on patine. Il n'y a pas d'Europe politique. Et les discours du "ministre des Affaires étrangères" de l'UE (connaissez-vous seulement son nom ?), dans la crise USA-Iran, ont la force de frappe des feuilles mortes, dans la bourrasque.

De même, l'échelon multilatéral échoue depuis exactement un siècle. La SDN, créée à Genève au lendemain de la Grande Guerre, n'aura empêché ni les pouvoirs totalitaires, ni la résurgence du tragique, ni la Seconde Guerre mondiale. L'ONU, lancée après 1945, n'aura jamais réussi à éviter la moindre guerre, ni surtout à équilibrer les forces entre les rapaces mondiaux, au premier desquels les États-Unis d'Amérique, et les plus faibles. Pire : elle aura, au final, cautionné la primauté des forts, leur pouvoir de domination, de prédation, de vie et de mort.

Face à ces monstres, la bonne vieille nation, avec son organisation humaine, ses institutions, la consultation de son peuple, son périmètre donné, ses frontières, son décor, ses paysages, ses horizons reconnaissables, son Histoire, sa mémoire (même conflictuelle, il est sain qu'elle le soit), ses traditions, ses solidarités partagées, sa communauté de destin, sa fraternité toujours à inventer, n'est de loin pas morte.

Oh, en 1945, elle n'avait plus trop la cote, et il y avait de quoi. Mais voilà, les temps ont changé, les grandes illusions libertaires de la fin des années soixante se sont dissipées, la toile multilatérale a montré ses limites. Elle a surtout prouvé que, loin d'équilibrer les pouvoirs, elle cautionnait les plus forts. C'est exactement ce qui arrive avec l'Union européenne depuis la chute du Mur de Berlin : l'Allemagne, depuis trente ans, ne cesse de monter en puissance, Bruxelles n'entreprend strictement rien contre ce déséquilibre.

Alors, face au grand mensonge des constructions planétaires, ou continentales, la simplicité, la vérité, la traçabilité historique des nations refont surface. Les peuples d'Europe, aujourd'hui, se reconnaissent dans ces communautés d'appartenance, et rejettent de plus en plus les improbables toiles tissées pas des élites hautaines. La souveraineté des nations, ce sont les peuples qui vont, dans les années qui nous attendent, l'exiger. Le retour des frontières, ce sont les peuples qui le demanderont. Le contrôle des flux migratoires, ce sont les peuples qui l'imposeront.

Être souverainiste n'a strictement rien d'incongru. C'est juste vouloir servir son pays, dans l'horizon et le périmètre qui sont les siens. Commençons par là. Cela n'empêche en rien de se passionner pour toutes les autres nations du monde, d'apprendre leurs langues, d'étudier à fond leurs Histoires, de dialoguer avec nos frères humains de la planète. Mais de grâce, commençons par organiser, là où nous sommes, dans un espace donné, la vie commune entre les humains. C'est déjà une sublime ambition.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 8 commentaires

Commentaires

  • Il existe dans le monde une nation qui justement se nourrit de l’inexistence des nations. Tout le monde la connaît, elle s’appelle l'argent. Ses nationaux de l'argent se reconnaissent à leur dépendance à l'argent, à leur soumission à tout ce qui peut leur apporter un profit matériel à leur propension à choisir d’abord l'intérêt matériel à l'amour de la patrie. Ces nationaux de l'argent se trouvent aussi bien à gauche qu'à droite. A gauche ils sont prêt à accepter toutes les compromissions culturelles, sociétales ou civilisationnelles pourvu qu'elles leurs apportent un peu de confort matériel. A droite ils sont prêts à tous les marchandages immoraux pourvu qu'ils les enrichissent encore plus. Aucuns d'entre ces nationaux du fric ne se pose la question de ce qui fait la vraie valeur de nos sociétés occidentales héritée du christianisme. Mises à mal par la conquête d'un islam conquérant qui nous achète avec ses pétrodollars et celle d'un autre, qui en réalité est le même, et qui s'impose par sa victimisation, ses revendications, ses intimidation et son terrorisme, notre société se soumet. Il faudra bien choisir un jour entre l'argent et ce qui fait de nous des êtres libres égaux et paisibles. Je ne vois pas comment sans nous faire d'abord violence à nous même nous puissions trouver la force de ne plus nous soumettre.
    Un sursaut patriotique me semble être la seule solution au mal mais les marchands de cataplasmes nous promettent d'être toujours là pour nous en vendre à gauche comme à droite. Rien qui puisse nous sauver du mal qui nous ronge.

  • "Être souverainiste n'a strictement rien d'incongru."


    Etre souverain ne veut rien dire si on ne sait plus sur quoi on est souverain et avec qui on est souverain.
    Il faut que le fond corresponde à la forme et inversement.
    Le nationalisme civique a vécu.

    Moi, j'aimerais bien servir mon pays,
    mais mon pays n'est déjà plus là.

  • Bonjour M. Pascal Décaillet. Vous dites à juste titre:" l'Allemagne, depuis trente ans, ne cesse de monter en puissance, Bruxelles n'entreprend strictement rien contre ce déséquilibre."

    Permettez-moi d ajouter que :

    1--L union européenne n a jamais été créée pour UNIR les européens mais bel et bien afin de les DESUNIR. Si les européens avaient été unis entre eux-mêmes tout d abord et de surcroît avec la Russie qui est un territoire européen, me trompé-je?, les deux seraient devenues la première grande puissance mondiale. Grande puissance tant politiquement qu économiquement que militairement et culturellement parlant et ils dépasseraient de loin l USA et ce dernier ne l autoriserait nullement, attention Oncle Sam ne veille que sur ses intérêts mêmes des intérêts abjects et odieux!

    Par ailleurs l UE et l Otan sont soudés comme deux mains dans le même gant et on dirait que ce st l Otan qui donne les ordres . L avant dernier Président de la commission UE n était-il pas M. Jean Claude Junker, un vigoureux et 100% pro-otaniste? C est un ancien premier ministre du Luxembourg qui a été forcé à démissionner après l éclatement du scandale Gladio c à d des too big cellules d espionnage de l Otan dans toute l Europe inclus même le Luxembourg avec la discrétion, la bienveillance et la complicité de ce Sieur Junker... Et n est il pas vrai que l Otan est le bras armé extra-muros des USA et qui savent bien comment le faire fonctionner pour leurs intérêts ECONOMIQUES ( In God we trust, marqué même sur leur billet vert) et ce même God a décrété, semble t il, à ce que Trump devienne le Président des States et même Obama avant lui? Pincez-moi SVP ...

    2--Question à 100.- (:)), juste pour rire jaune: Qui a créé au départ l "Union" Européenne sauf des anciens nazis ? Voici un lien intéressant par
    Origines nazies de l'UE ? Walter Hallstein, un itinéraire européen. (suite en 2ème temps sur le rôle des anglo-saxons)

    25 mars 2019 Par XipeTotec Blog : Le blog de XipeTotec

    Insérée dans un système de domination, la construction européenne est un ensemble de règles juridiques visant à garantir les intérêts des cartels allemands. Ainsi, les traités permettent-ils de définir les politiques des Etats à l'avance, hors du champ démocratique. Hallstein, juriste de haut niveau du régime hitlérien et père fondateur de l’Europe, fut le premier à imaginer ce cadre juridique.

    https://blogs.mediapart.fr/xipetotec/blog/250319/origines-nazies-de-lue-walter-hallstein-un-itineraire-europeen

    Bien à Vous.
    Charles 05

    NB: suite en 2ème temps (inchallah) sur le rôle néfaste aussi des anglo-saxons.

  • Un pays souverain est une des bonnes choses et à souhaiter!

    Par contre, regardez la France par exemple, c est un pays non souverain depuis que Sarkosy qui parle le français à peu près a mis le premier pied dans l Otan/Washington/NOM puis l autre bobé de Hollande, l homme à la petite blaguette, qui en a mis le deuxième!

    Preuve est que ce pays est non souverain et que ses partis politiques traditionnels de toute couleur s émiettent comme neige qui fond au soleil sans laisser m^me pas de traces de pneus.... De surcroît qu on nous dit qu il n y a plus de leader charismatique car on a le Président qu on mérite, quelle hérésie!

    Les partis Français savent bien qu une fois leurs candidats arriveraient éventuellement à s accaparer du pouvoir suprême, ils n auront aucun pouvoir sérieux . Pouvoir qui ne pourrait pas changer quoi que ce soit d essentiel dans la vie des quotidiens des Français.

    Quand on est la serpillière de L Allemagne, de l Otan, de l UE, de Washington, de la Saoudie, du Qatar, d Israel , le guidon n est plus entre les mains de la France et ce pays n est plus une Patrie mais bel et bien un grand souk et un grand-maxi bazar...

    Bien à vous.
    Charles 05

  • Nation - naissance - peuple et non "population".
    La vérité des peuples.

  • Ce qui est terrible, c'est que toutes nos institutions sont vérolées, même les plus anciennes et les plus vénérables ...

    https://lesobservateurs.ch/2020/01/11/le-chef-de-la-diplomatie-du-vatican-dans-lhistoire-des-peuples-les-migrations-ont-toujours-ete-un-bien-pour-lhumanite/

    ... personnellement, je ne reste dans l'église catholique qu'à cause de ceci:

    https://saintebible.com/matthew/16-18.htm

    Comme j'aimerais être là le jour du grand nettoyage !

  • Ne pas oublier la "justice"...

    http://www.fdesouche.com/1323063-suisse-un-migrant-turc-rattrape-par-son-passe

    ... pourquoi défendre et respecter une nation sans justice ?

  • On se sent aussi bien de son pays que citoyen du cosmos:

    tous citoyens des cieux et de la terre...

Les commentaires sont fermés.