S'abandonner dans la parole de l'autre

Imprimer

 

Sur le vif - Samedi 18.01.20 - 17.03h

 

La question majeure est celle du verbe. Le moteur de toute phrase. Celui qu'on produit, celui qu'on choisit, celui qui surgit, celui qu'on échange.

Juste la musique des mots, celle qui révèle. Le contour des syllabes, précises, ciselées. Pauses, soupirs, silences : l'humain qui parle n'est pas un torrent continu, il suspend, s'arrête, reprend. Il émet du son, mais aussi du silence. C'est l'enchaînement de ces pleins et de ces vides qui constitue le discours.

La parole échangée, d'un humain à l'autre, nous comblera non seulement par la pertinence, la puissance du verbe de l'un et de l'autre, mais - infiniment plus - par la construction à deux d'un discours commun. L'improvisation le permet. A deux conditions : d'abord, une parfaite maîtrise du contenu par l'un et par l'autre ; ensuite, la totalité d'une confiance, qui permettra au silence momentané de l'un de s'abandonner dans la parole de l'autre.

On est loin du dialogue de commissariat, de la méfiance des "enquêteurs", de la dérobade des margoulins. On est - ou on tente d'être - dans la confiance partagée, le désir de vérité, la passion du verbe. C'est aussi simple que cela.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Un très vif merci pour ce superbe texte et pour la puissance que vous arrivez à faire émaner de la parole authentique.

Les commentaires sont fermés.