Les voix arabes, où sont-elles ?

Imprimer

 

Sur le vif - Mercredi 29.01.20 - 15.45h

 

J'ai connu, dans ma jeunesse, un temps - plutôt court - où existait une forme de conscience arabe dans le monde. Lorsqu'une partie du monde arabe était attaquée, ou humiliée, on entendait d'autres voix arabes prendre sa défense.

Un homme, unique au vingtième siècle, avait réussi cela : c'était Nasser. Son discours sur Suez, en 1956, son charisme, son intelligence, son emprise sur les foules, ses dons oratoires, son attitude d'Etat face à tous les extrémismes de son propre pays, avaient fait de lui un homme d'exception.

Alors oui, il y eut un temps, entre la fin des années 60 et le début des années 70 (peut-être entre juin 1967 et octobre 1973, donc entre deux Guerres, celle des Six-Jours et celle du Kippour), où put fuser, dans le monde, l'idée d'une Nation arabe. Sans que les contours de cette dernière, au demeurant, ne fussent jamais définis avec exactitude : on savait toute la pluralité antagoniste - et pas seulement dans l'ordre religieux - qui se cachait sous l'identité arabe.

Aujourd'hui, 29 janvier 2020, nous sommes face à un "plan de paix" américain qui relève de la farce et de la provocation. Jamais, depuis 1948, en tout cas depuis 1967, l'identité palestinienne n'a été aussi cyniquement niée, au profit du colon. Et en ce jour de deuil, de tristesse, de désespoir pour une partie essentielle des Arabes du Levant, où sont-elles, les autres voix arabes, pour dire leur solidarité ?

Ami de cette région du monde, où je me suis souvent rendu, ami de tous les peuples qui s'y trouvent, je cherche vainement, aujourd'hui, l'esquisse d'une conscience arabe, au-delà des frontières, au-delà des intérêts financiers, au-delà de ces richesses qui fossilisent l'esprit et pétrifient les âmes. C'est là, le vrai drame arabe d'aujourd'hui.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Dans "Lawrence D'Arabie", il y a la scène de la grande table ronde où l'on voit bien qu'ils sont tous désunis, quasiment par nature.

    Sinon, les pétromonarchies sunnites sont devenues les alliées objectives de l'état israélien, donc rien à venir de ce côté-là (sinon des choses bien sombres pour nous).

    Si seulement, "de notre bord", les philo-israéliens naïfs (1) réalisaient qu'ils sont de fait les alliés par rebond des puissances islamiques les plus néfastes contre nos intérêts d'Européens.

    Deux remarques encore.

    On peut constater que les allogènes arabo-musulmans présents en Europe n'en ont strictement rien à faire des Palestiniens; à part semer la ... dans le quartier, rien ne va au-delà pour eux.

    Sur Nasser, on peut constater qu'il fut longtemps un rempart contre l'islamisme, mais voilà il semble que le système craint plus que tout les nationalismes arabes de type non religieux. Parce que ces nationalismes pourraient interférer avec...

    https://www.youtube.com/watch?v=TX4RK8bj2W0

    En fait, il y avait probablement moins de femmes voilées en Egypte du temps de Nasser qu'aujourd'hui dans la plupart des villes d'Europe de l'ouest !



    (1) je pourrais à la limite devenir un philo-israélien pragmatique, si en échange du soutien du monde euro-occidental pour Israël, on obtenait au moins quelque chose en échange, par exemple l'arrêt des entreprises de déconstruction planétariste. J'ai longtemps espéré cela, mais je n'ai jamais rien vu venir.

Les commentaires sont fermés.