Palestine : un Etat, et rien d'autre !

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 02.02.20 - 14.49h

 

Je ne cesse de suivre, depuis un demi-siècle, la politique au Proche-Orient, région du monde où je me suis souvent rendu depuis 1966, soit en privé soit pour des reportages. Je me considère comme un ami de tous les peuples de la région, je dis bien tous. Je dis que tous y ont leur place.

La question centrale, entre Israéliens et Palestiniens, celle qui doit primer sur toute chose, est celle de l'Etat. Il existe un Etat d'Israël, depuis 1948. Il n'existe pas d'Etat de Palestine. C'est aussi simple que cela.

Bien avant la question humanitaire (Gaza, notamment), bien avant la question linguistique, religieuse ou confessionnelle, l'enjeu central est celui de l'Etat. Israël en a un, il n'est pas question de revenir sur cette réalité historique. Les Palestiniens n'en ont pas, il n'est pas question de se voiler la face sur l'immensité de ce déséquilibre, de cette injustice.

J'avais neuf ans en juin 1967, lors de la Guerre des Six Jours, c'était déjà un an après mon premier voyage. Sur le moment, je n'y ai vu que du feu. Israël bénéficiait d'un fort capital de sympathie, on vantait le génie stratégique de Moshe Dayan, on applaudissait la progression des chars israéliens, dans le désert. Une guerre-éclair, un cessez-le-feu après moins d'une semaine, on n'en revenait pas.

Ce n'est qu'après (à partir de 1969, me semble-t-il) que j'ai commencé à comprendre la politique des annexions sur ce qu'on appelle, aujourd'hui, les "territoires". Pour la saisir en détail, j'ai dû beaucoup lire, me renseigner, aller plusieurs fois sur le terrain, voir ce qu'est un check-point, découvrir la vie à Jérusalem-Est ou Ramallah. Et j'affirme ici que la question première n'est ni humanitaire, ni religieuse : elle est POLITIQUE. Tant que les Palestiniens ne disposeront pas d'un Etat, de même qu'Israël en a un, aucune solution viable ne sera possible.

Il y a eu, en un demi-siècle, quelques percées de lumière. On peut penser à Camp-David (1978), ou aux Accords d'Oslo (1993). Mais la question palestinienne, depuis 72 ans, contient en elle la désespérance de Sisyphe : on croit avancer, et tout s'effondre. Cette impossibilité ne tombe pas du ciel : elle est dûment voulue, et entretenue, par ceux qui ne veulent pas d'Etat palestinien : les États-Unis et, à l'intérieur d'Israël, le clan des faucons. Voyez, je ne mets pas en cause ici le peuple d'Israël dans son intégralité, une grande partie de ceux qui le composent veulent la paix.

Or, Trump, que vient-il de faire, avec son chiffon de papier ? Il vient démolir, pour une ou deux générations, tout espoir, pour les Palestiniens, de parvenir à la dignité d'un Etat. Il vient d'entériner la politique israélienne d'annexions. Il vient de donner raison à 120% au colon, et de jeter le colonisé dans les oubliettes de l'Histoire.

Dans ces conditions, Mahmoud Abbas, successeur de Yasser Arafat à la tête de l'Autorité palestinienne, que pouvait-il faire d'autre que couper tous les ponts avec le colon et son puissant allié d'Outre-Atlantique ? Car à ce Jean-sans-Terre, il ne reste pas plus de pouvoir réel qu'à Charles de Gaulle, après l'échec de sa catastrophique tentative de débarquement à Dakar, en septembre 1940. Il ne lui reste rien.

Rien, si ce n'est la dignité de sa posture. Rien, si ce n'est son regard sur l'horizon. Rien, si ce n'est la politique. C'est justement lorsque tout semble perdu qu'il faut garder la tête haute. Citoyen suisse, j'aimerais que mon pays ait un mot pour la Palestine. En attendant cette improbable officialité, et puisqu'il faut un mot, voici le mien.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Aux raisons extérieures politiques du blocage que vous rappelez justement, il faut ajouter la corruption des cadres de l'Autorité palestinienne.
    Selon Marwa Fatafta dans la "La Chronique de la Palestine" :
    "Les Palestiniens ont récemment placé la corruption au deuxième rang des problèmes auxquels ils sont confrontés, après la crise économique et alors que l’occupation israélienne est classée au troisième rang.
    En effet, les Palestiniens considèrent généralement les responsables de l’Autorité palestinienne [AP] comme un groupe élitiste intéressé, déconnecté de la lutte nationale palestinienne et des souffrances quotidiennes du peuple. De telles perceptions sont favorisées par l’échec des accords d’Oslo, la mort du projet d’État palestinien et la division persistante des dirigeants politiques dans le contexte de l’occupation oppressive imposée par Israël et de ses violations des droits fondamentaux des Palestiniens."

  • Pour le Tibet aussi : un État, et rien d'autre !
    Les Tibétains en sont privé depuis 1951, et contrairement à la Palestine, sans réaction de la "communauté internationale"…

  • Mais parmi ceux qui ne veulent pas d’un Etat palestinien, vous citez certes les faucons à Washington et Tel-Aviv. Mais qu’en est-il des capitales arabes? Celles-ci veulent-elles réellement d’un tel Etat? Qui nous dit que si, en 1967, si l’Etat hébreux avait été vaincu, ses dépouilles auraient réellement été offertes au peuple palestinien. Celles-ci n’auraient-elles alors pas été partagées entre les vainqueurs? et dans cette hypothèse, gageons que presque plus personne aujourd’hui ne parlerait du problème palestinien et de l’éventualité d’un Etat.

    La chance qu’ont les Palestiniens, dans leur malheur, c’est d’être persécutés par des Juifs. Regardez combien de peuples, et de bien plus importants que les Palestiniens, sont aujourd'hui persécutés et privés d’état, sans faire le dixième des lignes dans les médias, et sans recevoir le centième de l’aide financière dont bénéficient les Palestiniens, et vous réaliserez à quel point ce «  peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur » (dixit Charles de Gaule) sert d’abcès de fixation aux haines du Monde.

  • En effet, il y une chose bien simple: Israël existe, et pas l'Etat palestinien. Il y en a une autre, tout aussi simple: si l'Etat palestinien n'existe pas, c'est qu'il n'a pas été créé en 1948, en même temps qu'Israël, ou encore à n'importe quel autre moment avant 1967, quand les territoires qui y étaient destinés par le plan de partage (résolution 181) se trouvaient en mains arabes. Il aurait pour cela suffi de reconnaître le droit à l'existence de l'Etat hébreu, au lieu de tenter de le détruire et de vouloir "jeter les juifs à la mer". Petit rappel: fondation de l'OLP: 1964. Que voulaient-ils donc libérer à l'époque? S'attaquaient-ils à la Jordanie ou à l'Egypte? Pas autant que je me souvienne.

Les commentaires sont fermés.