La Suisse survivra à l'Union européenne

Imprimer

 

Sur le vif - Jeudi 06.02.20 - 06.32h

 

La Suisse survivra à l'Union européenne. Nous sommes un tout petit pays. Mais nous sommes une démocratie vivante, dont la pierre angulaire est le citoyen, non l'élu. Nous avons une Histoire.

Nous avons des institutions solides, auxquelles nous sommes attachés. Nous avons une joie d'être ensemble, malgré nos différences, nos quatre langues. Une joie de nous engueuler entre nous, quatre fois par an, sur des sujets de votations. Et une grande maturité d'accepter le verdict du peuple.

Lorsque nous votons, c'est sur l'objet-même, que nous décortiquons à fond, et non par plébiscite - ou rejet - du pouvoir en place. Nous avons une démocratie THÉMATIQUE, l'une des plus accomplies au monde.

Nous avons un triple échelon, Commune, Canton, Confédération, parfaitement clair et lisible. Les gens comprennent, jouent le jeu, s'identifient, le système fonctionne.

Nous avons le fédéralisme, 26 Instructions publiques, 26 Polices, la proximité à l'état pur, l'antithèse du parachutage jacobin. Nous croisons nos édiles dans les bus, nous leur parlons.

Nous avons notre souveraineté, elle est à mes yeux la clef de tout. Un petit pays, fier de ses valeurs, doit se montrez sourcilleux, intransigeant, sur sa capacité à décider lui-même de son destin. Il s'est construit contre les grands ensembles, il doit demeurer, en absolue priorité, maître de ses décisions. Son droit à lui, édicté par le peuple ou par ses représentants, doit être ultime.

Le secret de la Suisse, c'est sa cohésion sociale. Nous devons, les uns envers les autres, nous montrer solidaires et fraternels. Nous avons mis au point, en 1947, une très grande assurance sociale, l'AVS, notre fleuron. Il nous faut, dans les années qui viennent, le souffle de solidarité nationale nécessaire à un nouveau projet d'envergure, au service de tous. Nous ne devons jamais oublier ceux de nos compatriotes qui souffrent.

Si nous demeurons attachés à ces valeurs fortes, exigeantes, stimulantes, si nous demeurons dans la joie de la chose commune et partagée, tout en nous montrant imaginatifs pour construire l'avenir, alors notre petit pays, fort à l'interne, survivra grâce à sa cohésion.

La Suisse, oui, a les moyens de survivre, non à ses voisins européens, qu'elle aime et respecte, et avec lesquels elle veut partager le futur, mais à la machine administrative de Bruxelles.

C'est cela qu'on aimerait entendre du Conseil fédéral, ce discours-là, cette vision, cette détermination. Hélas, on en est loin. À des années-lumière.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 6 commentaires

Commentaires

  • "UERSS" serait plus exact ! Piqûre de rappel d'un ancien dissident soviétique :
    https://www.youtube.com/watch?v=KHOuc12J4W4

  • Dommage que si peu de monde ait lu cet accord, qui ne fait pourtant que 34 pages. Il est évident qu'il ne correspond à rien de ce qui serait souhaitable aujourd'hui. Il fixe le principe de l'absence d'entrave à la concurrence au sein de l'Union, sauf en cas de catastrophes naturelles, ou pour protéger des régions socialement sinistrées. Un pays (la Suisse, par hypothèse) qui voudrait prendre des mesures par exemple en faveur de l'environnement, ou en faveur de telle ou telle région pas totalement sinistrée, ou de telle profession, ne pourrait pas le faire sans violer l'accord (si les mesures envisagées ont un impact sur le fonctionnement du marché). L'Union est donc restée bloquée dans son idéologie des années 90.

  • "Le secret de la Suisse, c'est sa cohésion sociale. Nous devons, les uns envers les autres, nous montrer solidaires et fraternels."

    Trop tard.
    En quinze ans de libre-circulation, le pays réel suisse a été balayé.
    Reste un "pays juridique" dont le sort m'indiffère complètement.

  • Un texte aussi beau que juste !!
    Merci Monsieur Décaillet
    Continuons la lutte contre le dogme de l’adhésion, si fort à Berne.
    Demeurons vigilants, et refusons cet inacceptable accord-cadre.

  • "Un texte aussi beau que juste !!"

    C'est parfaitement vrai, c'est à la fois beau et juste.

    Mais lisez ce texte, alors que vous êtes dans un tram à Genève, et vous réaliserez qu'il concerne déjà un monde fantôme.

    Moi, quand je dois me rendre à Genève, j'ai l'impression dans certains quartiers d'être un sorte de spectre, une ombre du passé.

  • @UnOurs dit:" "Le secret de la Suisse, c'est sa cohésion sociale"

    C est vrai à 100% mais malheureusement pas pour très longtemps.

    La classe moyenne suisse est en train de s effriter à une vitesse grand V en allant souvent rejoindre et agrandir la classe dite pauvre et plus rarement glisser vers la classe dite aisée ou riche. Ceci témoigne indéniablement de l explosion de la cohésion sociale. De surcroît que les deux bouts de la "vie" sont les plus méprisés et négligés, hélas, bien qu ils souffriront le plus, ceux sont les Jeunes et les Seniors.

    Bien à Vous.
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.