Quel impair, parmi mes pairs ?

Imprimer

 

Sur le vif - Mercredi 19.02.20 - 15.10h

 

Je suis allé à mes Promotions civiques l'année de mes vingt ans, en 1978. A l'époque, on appelait ainsi les "Promotions citoyennes" d'aujourd'hui, et la majorité, pour voter, n'était pas encore à dix-huit ans. Je garde le souvenir d'une cérémonie plutôt neutre, limite austère, où on nous avait, sans tambours ni trompettes, ni salamalecs, souhaité la bienvenue dans le corps électoral.

A vrai dire, je n'attendais rien de ce rituel. J'étais passionné de politique depuis l'âge de sept ans et demi (décembre 1965), j'étais en deuxième année d'Uni, j'avais déjà fait l'armée, je lisais depuis de longues années les pages politiques de tonnes de journaux, bref je n'avais pas particulièrement besoin que des aînés me reçoivent avec paternalisme dans le cercle des citoyens. Mon opinion, je tenais à me la faire tout seul, en jeune homme libre, adulte et vacciné, je n'éprouvais pas le besoin de me faire guider dans la Cité par des parrains, ni par un quelconque Virgile, me faisant les honneurs des Enfers.

Une chose est sûre : je n'aurais absolument pas apprécié que les apparatchiks politiques conduisant la cérémonie eussent profité de mon jeune âge pour tenter de m'endoctriner dans leur bord politique, quel qu'il fût d'ailleurs. Si cela avait été le cas, j'aurais quitté les lieux de façon ostentatoire, en claquant la porte. J'avais déjà un caractère un peu ombrageux.

Je me suis imaginé, hier soir, dans la peau de ces garçons et ces filles de dix-huit ans, invités aux mêmes rites, s'y prêtant de bonne grâce, et littéralement pris en otages par la liturgie de l'environnement et du climat. Avec le choeur et son coryphée, avec Esther Alder, avec le ministre cantonal Vert, avec le chimiste céleste Jacques Dubochet. Bref, la Congrégation in corpore, joyeuse et cosmique, avec ses Anges et ses Archanges, ses Séraphins et ses Lampions.

A la place de ces jeunes, qu'aurais-je fait ? Quelle rébellion aurais-je affichée ? Quelle explosion de mes volcans internes aurais-je laissé poindre ? Quelle impolitesse crasse aurais-je commise ? Quel impair, au milieu de mes pairs ?

Je vous souhaite une suite de journée aussi douce que la sagesse de l'âge. Si la chose est possible.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Ma fille qui a 18 ans ce vendredi était hier soir aux promotions dites citoyennes
    Au delà du fait qu’elle a apprécié la soirée en général
    Son commentaire était
    Cette soirée est vraiment orientée ecolo et destinée à nous endoctriner je ne suis pas con....
    Ils ne proposaient rien d’autre qu’un engagement ecolo
    La pensée unique !
    Il n’y a pas que Greta qui intéresse les jeunes

    Je croyais que l’état devait rester neutre et surtout ne pas endoctriner les jeunes afin qu’il puisse se faire leur propre opinion

    En même temps vu les orateurs on ne pouvait attendre autre chose

    Meilleures salutations

  • Quelle jolie formule sur Dubochet, on pourrait aussi critiquer un peu le fondateur de la Salamendre... Il me paraît limite sectaire, même s'il défend ses intérêts de nouvelle "religion écolo".

    Comme j'ai déjà écrit, je réside beaucoup au Brésil et je lis tous les jours depuis 10 ans (pas depuis hier) la puissante Folha de S. Paulo (une sorte de mini New York Times, classée à gauche). Je lis aussi le Wall Street Journal pour l'équilibre et même la Handesblatt allemande pour ma culture économique européenne. Sans compter une lecture rituelle de The Economist chaque semaine si je peux.

    Ce que je remarque est que bien sûr Trump ou Bolsonaro sont des personnages excessifs, je dis toujours, si je parle ou m'exprime 10% de ce qu'ils disent, je perderai beaucoup de clients en Suisse, j'aurais des procès, encore plus d'ennemis...

    Mais ce que je remarque est que le peuple, la puissante classe moyenne de l'occident (souvent catholique, évangélique, protestante, athée...) n'est pas si politisée, mais elle veut qu'on la prenne au sérieux et qu'on ne se moque pas d'eux, par excès de morale.

    Et rien qu'aujourd'hui je consultais Google pour m'inscrire éventuellement à un programme pour startup et bien sûr au lieu de demander si je suis un homme ou une femme, ils ont un formulaire si non-binaire, autre, trans...
    Ce genre de détails énerve la classe moyenne mentionnée ci-dessus, donc elle n'est pas forcément pro-Trump ou pro-Bolsonaro, elle en a juste marre de la moralisation des médias surtout de gauche ou libéraux ou de Google.

    Vous comprenez vous politiciens qui lisez ce blog ? Nous la classe moyenne (je n'en fait pas partie pour différentes raisons, je suis bien sûr trop intellectuel, autre sujet) en avons marre des ces toilettes pour trans, cette écologie quasi religieuse...

    Oui les gens ont plus ou moins abandonné les "sectes" chrétiennes trop moralisatrices, à cause justement de cet excès de moralisation, c'est pourquoi des églises moins moralisatrices comme Hillsong ont du succès, même l'église Catholique vient de le reconnaître (scoop ici). Donc pourquoi vous les médias ou politiciens revenez à cette moralisation ou politiquement correct à l'excès ? On en peu plus. Même si sur le fond on peut être d'accord (moins de différences entre riches et pauvres, écologie intelligent).

Les commentaires sont fermés.