Coronavirus : sortons Pierre Maudet de sa quarantaine !

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 10.03.20 - 15.27h

 

On pense ce qu'on veut de Pierre Maudet. Mais il est là. Il a décidé, à tort ou à raison, de se maintenir. Il est là, il est ministre du gouvernement genevois, il s'occupe d'économie, il est jeune, dynamique, très intelligent, et quelque chose me dit que l'idée de se racheter est peut-être de nature à le poursuivre.

Alors, quoi ? Alors, nous sommes en crise, celle du coronavirus. Nul d'entre nous ne l'avait prévue, mais elle est là, c'est un fait. Un autre élément factuel, c'est que nous avons, au Conseil d'Etat, un homme en pleine force de l'âge, placé par ses six collègues en quarantaine politique, et que face à la crise, c'est un véritable gâchis.

De grâce, ne venez pas refaire ici le procès Maudet. Nous sommes le 10 mars 2020, notre économie genevoise court un risque de paralysie, ou tout au moins de puissante récession, le politique doit se mobiliser pour trouver des solutions. Peu importe qu'elles soient de gauche ou de droite, pourvu qu'elles soient salvatrices.

Je lance ici une idée. Pourquoi le magistrat en quarantaine ne serait-il pas appelé à tenir, sur mandat de son collège, voire du Grand Conseil, un rôle signalé face à cette crise, au service de la République, dans l'intérêt supérieur du Canton ? Il a, par exemple, le sens de la logistique, la faculté de fédérer des énergies, pourquoi ne pas s'en servir ?

Depuis qu'il est en quarantaine, Pierre Maudet s'occupe vaguement de promotion économique, sans que personne ne sache exactement à quoi il passe ses journées. Pour un tel tempérament, doté d'une telle lucidité intellectuelle, c'est peut-être un peu dommage pour Genève, non ?

Et si Genève confiait à Maudet un mandat, cadré et précis, où il ne s'agirait pas de brasser de l'air, mais de coordonner l'aide aux entreprises meurtries ? Et, plus généralement, d'amener l'économie genevoise à se repenser, moins de mondialisation, moins de multinationales, plus de proximité, plus de solidarité, plus d'échanges circulaires.

Voilà. L'idée est lancée. Nous avons, à Genève, un ministre qui tourne en rond et perd son temps. Il se trouve doté d'une énergie et de qualités intellectuelles au-dessus de la moyenne. Il serait dommage de ne pas en profiter.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 9 commentaires

Commentaires

  • "d'amener l'économie genevoise à se repenser, moins de mondialisation, moins de multinationales, plus de proximité, plus de solidarité, plus d'échanges circulaires."

    Pas possible, il est PLR, mondialisation, multinationales c'est dans leurs gènes

  • Sa mise en quarantaine pourrait effectivement être une aubaine, pour Genève et pour lui. Car elle nous procure une réserve d'énergie et de disponibilité que nous n'aurions pas eue en temps normal. Et la crise sanitaire pourrait soudain donner à cette vague idée de "promotion économique" une signification très concrète, où un capitaine des troupes de sauvetage pourrait bien s'illustrer pour le bien de tous. Il faut quand même dire que vous avez parfois de bonnes idées, M. Décaillet.

  • Vous me permettrez de douter de la "lucidité intellectuelle" de Maudet. Car s'il en était doté, il ne se serait pas enferré dans les mensonges et la dissimulation. Qu'il reste là où il est.

  • Comme l'a déjà très bien dit Eric, le PLR, c'est le parti du Dafalgan pour les vieux.

    En tant que valaisan, moi, c'est Freysinger que j'aimerais voir, aujourd'hui, à son ancien poste de conseiller d'état, en charge de la sécurité et pas un "mister nobody" du centre mou.

  • Tout à fait d'accord avec vous Pascal!
    Surtout que lesdits travers qu'on lui a reprochés n'avaient pas coûté un seul centime à la République. Sa jeunesse a été le principal défaut pour une expérience en politique extérieure (de la Suisse, et subsidiairement, de la Genève Internationale). Mais quelle jeune magistrat, élu par le peuple peut-il se prévaloir d'une expérience d'un vieux renard avec une trentaine d'années d'expérience dans la diplomatie? - faut-il dire aussi clairement que possible que la politique extérieure de la Suisse est une part tout entière dévolue à la Confédération et moins définir enfin ce qui lui est autorisé et dans quelle mesure, au niveau cantonal.
    Les jeunes magistrats, se font facilement piéger. La faute au Parti Libéral qui ne forme plus ses membres prometteurs à la politique qui est une discipline extrêmement balisée et rigoureuse.
    Il y a des qualités humaines, des talents et de l'éthique chez certains de leurs membres, mais la direction du PLR, encore très identitaire, obnubilée par le libertarisme en affaires, la détestation du peuple, endoctrinée par les vieilles théories avec des pratiques quasi régaliennes jusqu'à l'aveuglement pour ne pas voir que le monde a changé et change en ce moment très rapidement et qu'il lui faut réadapter, non seulement sa raison d'être mais aussi sa philosophie. La réalité est inexorable, elle se moque complètement des idéologies qu'elles soient de droite ou de gauche. Tous les partis, doivent, aujourd'hui et vite, remettre en cause leur modèle respectifs pour être au plus près des réalités; de gros acteurs en mouvement et dotés de grands moyens sont déjà là, ils sont presque le cœur de nos institutions, ils refondent nos acceptions et nos démocraties. Nous sommes tous endigués.

    Pierre Maudet, après cette malheureuse affaire a bien mûri - d'ailleurs je trouve injuste, qu'il n'y ait aucun épilogue après deux ans de procédure et toujours suspendue au dessus de sa tête comme une épée de Damoclès, ce qui est absolument anti-démocratique - il s'est visiblement remis en question. Heureusement, l'homme est de tempérament positif et son fond n'est pas mauvais, l'intérêt collectif de la République lui est supérieur à tous autres. Par sa mobilisation, et ses efforts pugnaces il l'a démontré.

    Il est une jeune génération de type d'hommes comme Pierre Maudet et Simon Brandt qu'on ne doit pas mettre sous le boisseau. Les tournants s'opèrent rapidement en ce moment, ils faut aussi que les jeunes leaders soient à la hauteur et soutenus par leurs pairs. Le temps est à la mise en commun de certaines propositions et au dialogue pour trouver issues et solutions aux
    problèmes qui ne sont rien d'autres que les dégâts causés par le capitalisme sauvage et un libertarisme toujours plus près de la délinquance avec des méthodes maffieuses.

    Cette délinquance multinationale et forcément cynique et pathologique guette aux portes de tous les États. Il est important pour nous, simples citoyens, de connaître la posture de chacun des candidats quel que soit le parti politique, car, certains, comme Maudet et Brandt, Hodgers et Poggia qui sont prêts à lancer leur combat contre le déséquilibre et la prédation anéantissante que nous livreront les oligarchies mondiales.

    Actuellement, nous sommes entre le marteau de ces prédateurs (la finance haute tension et les industries monopolistiques qui instrumentalisent nos institutions démocratiques) et l'enclume des partis politiques (de témoignage des misères ou du petit profit immédiat sans envergure) qui sont incapables de réagir pour notre protection ni pour la protection de nos patrimoines industriels et institutionnels.

    En effet, pour le bien de notre communauté, pourquoi pas réhabiliter Pierre Maudet et lui attribuer cette responsabilité. Nous avons besoin, dans le contexte de l'épidémie du Covid-19, de répondants immédiatement opérationnels.

  • Le coronavirus a l'avantage de mettre en évidence toutes les incohérences de notre société. Il est temps de recycler ces incohérences pour construire avec de nouveaux paramètres et en retrouvant le bon sens.
    Ce que vous proposez pour P. Maudet tient compte d'un ensemble de facteurs - ses qualités et les besoins du canton - qui méritent d'être pris en compte avec autant d'ardeur que vous le faites!

  • En l'un de ses romans Bernard Werber donne la parole à Maïa, notre Terre, qui par les grandes catastrophes naturelles exprime sa colère.

    Le coronavirus vient de la Chine à partir du plus proche de la terre: l'animal.

    En suivant la pensée de Werber nous pourrions voir par le coronavirus l'expression même de la fureur de Maïa la Chine étant sans doute le plus grand pollueur du monde, d'une part, et le virus nous nous attaquant étant donné notre indifférence ou complaisance concernant l'Empire du milieu.

    Adam et Eve étaient placés dans un jardin symbolisant la Terre.

    Nos jardins nous ne les "dominons" pas.
    Nous en prenons grand soin, les soignons, cultivons… les protégeons.

  • Erratum

    Terre: Gaïa

    faute d'inattention

  • Or donc Monsieur Maudet serait intelligent selon vous ? Il faudrait déjà définir ce qu'est l'intelligence. Chacun a sa définition de l'intelligence... pour ma part ma vision de cette qualité, je ne la retrouve pas du tout en Pierre Maudet. Si il l'était, il ne serait pas au placard. La seule place qui lui convient pour contenir son arrogance.

Les commentaires sont fermés.