Le Printemps des exécutifs

Imprimer

 

Sur le vif - Mercredi 18.03.20 - 16.08h

 

Vous avez remarqué ? A quelle vitesse, depuis le début de la crise sanitaire - assurément majeure - que nous traversons, tous les Parlements de notre pays se sont mis en congé ! Chambres fédérales, Grands Conseils cantonaux, délibératifs municipaux, plénums et commissions. On se croirait le 10 juillet 40, dans une célèbre station thermale de l'Allier.

C'est absolument saisissant : le système parlementaire suisse, premier pouvoir de ce pays, fleuron et fierté des lecteurs de Montesquieu, des partisans des Lumières, des professeurs de droit, des donneurs de leçons contre la démocratie directe, tout cela liquidé, jusqu'à nouvel ordre.

Provisoire ? Oui, bien sûr. Mais tout de même ! Voilà des décennies qu'on nous fait la morale sur l'équilibre des trois pouvoirs, l'impérieuse nécessité de contrôle des Parlements, on nous fait l'éloge de leur lenteur, de leur indépendance, on nous les décrit comme des "antidotes au populisme". Et voilà qu'un virus arrive, nécessitant des décisions claires et fermes des gouvernements, et le pouvoir législatif, comme neige au soleil, s'en vient fondre et disparaître.

Les exécutifs ? Ils font bien leur boulot, jusqu'à maintenant. MM Berset (au niveau fédéral) et Hodgers (au niveau cantonal genevois) inspirent confiance, prennent des décisions de Salut public, et c'est très bien ainsi.

Mais quand on observe la politique, il faut toujours prendre un temps d'avance. Cette manière de travailler, sans s'encombrer des parlementaires, nos gouvernants pourraient bien y prendre goût. Messages diffusés directement à la population, sans médiateurs, postures d'Union sacrée digne de Clemenceau en 1917, ou Churchill 40, ou de Gaulle 58 (les précédents se pressent au portillon), absence totale de critique, petits délateurs zélés pour en rajouter, plus royalistes que le roi, sur les réseaux sociaux, tout cela pourrait bien, après la crise, laisser des traces.

Fallait-il que le pouvoir législatif, d'un coup d'un seul, prît aussi abruptement congé de notre ordre politique ? A cette question, la réponse est non. Que les Parlements en plénum, et même en commissions, ne se réunissent plus physiquement, nous en sommes parfaitement d'accord. Mais enfin, nous sommes en mars 2020 ! D'extraordinaires moyens techniques, comme celui sur lequel je m'exprime ici, rendent parfaitement possibles, à distance, les débats, les votes, les décisions. Dès lors, d'où vient cette précipitation du monde parlementaire à s'auto-dissoudre, pour une période indéterminée ?

Car enfin, nous ne sommes pas dans un système jacobin. Ni bonapartiste. Ni plébiscitaire, au sens du Second Empire, ou des sénatus-consultes de l'Italie des années vingt et trente. Nous sommes en Suisse ! Le pays des pouvoirs équilibrés ! Exécutifs, législatifs, judiciaires. Sans compter le plus important : celui du peuple souverain.

A entendre nombre de politiciens eux-mêmes, il faudrait tout mettre au congélateur : Parlements, démocratie directe, justice. Tout, sauf... le pouvoir total donné aux exécutifs !

Cette posture, je la conteste. Il faut assurément appliquer toutes les consignes des autorités dans la crise que nous traversons. Il faut serrer les coudes, être solidaires. Mais les autres pouvoirs, même au ralenti, et assurément en respectant à fond les consignes sanitaires, ne doivent pas mentalement se sentir en congé. La survie des humains est évidemment primordiale. Mais celle de notre démocratie complexe, inventive, contradictoire, ne relève pas du luxe. Elle est la condition première d'une autre survie : celle de notre pays.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Bien que socialiste, Nuria Gorrite est une bonne surprise dans ces circonstances.

  • « D'extraordinaires moyens techniques, comme celui sur lequel je m'exprime ici, rendent parfaitement possibles, à distance, les débats, les votes, les décisions. »

    Effectivement, puisque nous sommes à l'aube du télé-parlementarisme et de la télé-démocratie. On souhaiterait «subito» cette reconversion vers de la télé-démocratie directe... Ce serait bienvenu puisque, la démocratie «PTT-papier-analogique» vient d’en prendre un sale coup avec l’annulation du scrutin du 17 mai. Z’avaient l’excuse, que le virus pourrait survivre plusieurs jours sur les bulletins de vote et les enveloppes... Faut quand-même pas pousser mémé dans les orties, n’est-ce pas ?

    Une bonne part des Suisses, des non-suisses et des frontaliers, expérimentent en ce moment très concrètement le télé-travail, la télé-éducation, la télé-lecture ou regardent la télé-caca… On peut presque parier qu’un grand nombre y prendra goût.

    Aussi, à l’avenir, pour répondre à cette urgence climatique exigée par «Greta»; et pour soulager nos routes, nos villes, nos campagnes, il se pourrait que la télé-libre circulation des personnes nous soit imposée.

    Je pense que je ne vais pas être contre…

  • En France le Président de la république et son Premier ministre ne passent plus par le Parlement agissant l'un par ordonnances et l'autre par décrets signant par le moyen de la pandémie la mort définitive de la démocratie

    à moins de pouvoir croire que ces mesures ne sont que temporaires...
    mais dès son élection Monsieur Macron annonçait qu'il agirait par ordonnances.

  • Quand un avion suspect pénètre dans le ciel suisse "en dehors des heures" on fait intervenir la chasse française. Et quand une crise sanitaire majeure arrive en dehors des prévisions habituelles on fait un copié collé de ce qui se fait en Macronie. Faute de politiciens faudrait peut être mettre des frontaliers dans nos parlements.

Les commentaires sont fermés.