Deuxième tour : oui !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.03.20

 

Bien sûr qu’en pleine crise sanitaire, le second tour (prévu le 5 avril) des élections dans nos Mairies n’est pas la préoccupation no 1 de la population ! Les gens sont confinés. Ils doivent contempler le printemps de chez eux, voir de loin les arbres fleurir, ronger leur frein, nettoyer leurs parquets pour la centième fois, alors ne venez pas trop leur parler de conseillers administratifs, ils savent à peine ce que c’est.

 

Et pourtant ! La crise, un jour (le plus tôt possible, nous l’espérons tous !), passera. Mais les élus dans nos 45 exécutifs communaux seront en place, dès le 1er juin 2020, pour cinq ans. Aussi dérisoire cette élection puisse-t-elle paraître, en comparaison de ce que nous vivons actuellement, elle doit tout de même avoir lieu, et le Conseil d’Etat a eu raison de la maintenir.

 

Plus largement, et n’en déplaise à ceux qui ont toujours détesté la politique, les institutions, les lois, la vie de la Cité ne doit en aucun cas s’arrêter. Ralentir, oui. Remettre à plus tard les enjeux moins importants, privilégier l’essentiel. Mais il serait catastrophique de la voir disparaître des radars.

 

A cet égard, la mise en congé, aux allures d’auto-dissolution temporaire, de nos législatifs, aux trois échelons de notre vie politique suisse (fédéral, cantonal, communal), n’était pas la solution à choisir. Vous allez voir comme les exécutifs vont très vite s’y habituer, multiplier les décisions par ordonnances ou arrêtés, bref se passer des Parlements. Malgré toutes les impulsions prétoriennes qui, parfois, me traversent, je ne pense pas que cela soit conforme aux intérêts supérieurs de notre pays.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 4 commentaires

Commentaires

  • Il y a eu élection des conseil municipaux. Maintenant les choix à faire sont simples. Il ne convient pas de déglinguer la démocratie en plus de déglinguer la fonction productive. Il y a plein d'urnes (elle sont jaunes) dans le canton.

    Il est urgent que les Conseil municipaux et le Grand conseil se réunissent. Sur une place publique si nécessaire.

    Et qu'ils exercent leur fonction législative. Ils peuvent par délibération adopter un règlement qui prime ceux du Conseil administratif et qui est indispensable pour que la commune puisse agir s'il n'existe pas une loi fédérale ou cantonale fondant l'action communale.

  • Bonjour,
    Je suis mitigé, au sujet de cette élection. En fin de compte, je ne pense pas qu'il soit opportun de la maintenir, car il est fort probable que le nombre d'abstentions prenne l'ascenseur. Il vaut mieux que les gens aillent voter une fois la crise passée, libérés des soucis, à tête reposée, je pense que cela donnera une meilleure élection, car plus sereine. Et avec un meilleur taux de participation. Bien à vous!

  • Un bol d'air frais serait salutaire au sein de nos exécutifs confinés depuis trop longtemps, eux.

  • Le problème est l'accès pour tous vers le vote, qu'il soit local de vote, vote par correspondance ou que sais-je encore ! la valeur de l'élection ne peut se résumer au décompte des voix. Il importe que toutes et tous puisssent s'exprimer or ce ne sera visiblement pas le cas. Si le résultat sera bien légitimé par la règle du "plus granddnombre" vainqueur on ne saurait se satisfaire d'une élection au rabais : pourrait-on imaginer un maire élu par 25 voix contre 22 ?

Les commentaires sont fermés.