Plus rien ne sera comme avant !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.03.20

 

Travail à distance, en réseau, grâce aux prodigieux progrès de la technique, travail à domicile, ne plus venir faire ses heures dans un bureau, avec de petits chefs qui vous épient. Mais accomplir une mission précise, sur la base d’objectifs à atteindre. Tout cela, et tant d’autres choses encore, s’invite dans nos vies d’une façon fracassante, à l’occasion de la crise que nous traversons. Une chose est sûre : lorsque la tempête sera passée, notre rapport à tous avec le monde du travail se trouvera profondément modifié par les expériences que nous aurons vécues. Beaucoup d’employés, beaucoup d’entreprises auront appris que le travail peut parfaitement s’opérer, dans de nombreux secteurs (les services, notamment), en totale décentralisation de ceux qui l’accomplissent.

 

Un modèle va prendre un terrible coup de vieux : celui qui consiste à se lever le matin, encombrer les transports publics ou privés, pour aller tirer ses huit heures dans un lieu appelé « bureau », puis grossir une seconde fois les routes le soir, pour rentrer à la maison. Cette double transhumance quotidienne, inutile et polluante, aura bientôt vécu. Qui s’en plaindra ? Qui, à part l’armada de petits chefs et sous-chefs, de cadres subalternes ou intermédiaires, de bavards de cafétérias, de discutailleurs dans les queues de machines à café ? Chaque entreprise doit savoir exactement pourquoi elle est là, ce qu’elle a à accomplir. Elle ne doit pas s’autonourrir de ses phénomènes internes. Ce qui compte, c’est l’objectif.

 

Bien sûr, tout dépend des métiers. Je parle ici de ceux, assez nombreux, où une présence physique n’est pas nécessaire, en tout cas pas sur le laborieux continuum d’une journée. L’idée même, née de la Révolution industrielle, et des machines à pointer le matin et le soir dans les usines, de « compter ses heures », est, dans bien des cas, une absurdité, tout juste bonne à servir d’argument, en cas de litige, à des syndicats ou des études d’avocats. Le petit entrepreneur, l’indépendant (dont on parle tant, ces jours), ne « compte pas ses heures » : il accomplit une mission ! Si elle est satisfaisante, on lui renouvellera peut-être sa confiance. Dans le cas contraire, non. C’est plus risqué, mais autrement motivant que de venir traîner ses guêtres au milieu de ses collègues. Beaucoup de tâches peuvent être accomplies à distance, par des personnes seules, compétentes, responsables, fiables.

 

La terrible crise sanitaire que nous traversons débouchera, si nous savons en tirer les leçons économiques, sur une révolution dans la manière de penser le travail. Puisse-t-elle aussi, certes dans la douleur, nous ouvrir des horizons vers une économie plus juste, plus proche, plus humaine. Au service, non du profit de casino, mais du bien-être des gens. Car enfin, à quoi sert le travail, si c’est pour asservir l’humain, alors qu’il peut l’affranchir, l’épanouir, le rapprocher de l’Autre ? En ces temps difficiles, je vous souhaite à tous une excellente semaine.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 16 commentaires

Commentaires

  • On a beaucoup parlé ces dernières années des "bullshit jobs", et je me demande comment ces jobs (qui consistent justement à faire acte de présence, notamment en réunion, pour accomplir des tâches qui ne servent à rien, ou dont les travailleurs ne voient pas l'utilité) s'exercent en télétravail... Comment on perçoit, dans ces cas-là, ce sens de la mission indispensable à toute activité dont on attend un résultat. Comment on remplit ses journées avec ce vide, quand on est chez soi. Quel ouvrage le travailleur est censé livrer, à la fin de sa journée, de sa semaine... Vertige.
    Les crises sont toujours révélatrices. Dans de nombreuses activités commerciales, et je ne parle même pas des administrations, on a maintenu des postes parce qu'ils ont toujours existé, sans se rendre compte qu'ils ne correspondaient à plus rien d'utile.
    Je crois que là aussi, rien ne sera plus comme avant.

  • Je pense que le télétravail est utile, mais à petite dose. Par exemple un jour par semaine. Nous vivons déjà une société numérique où le virtuel prend le dessus sur le réel. Les gens sont de plus en plus contrôlés par les outils électroniques. Si nous allons trop vers le télétravail, nous finirons dans une société où chacun restera cloîtré chez soi et où le contact humain ne sera fera plus que par internet. Ce serait quand même très triste.

  • Et puis on n'engagera plus des plus de 64/65 ans que l'on est obligé de licencier faute de chômage partiel ou de toute autre forme d'indemnisation.

    Et puis on évitera d'être désinteressé en recourant à la forme de l'association, qui ne peut convoquer un AG tenue par internet (l'ordonnance du CF ne concerne que les sociétés pas toutes les personnes physiques).

    Et qui ainsi elle ne puisse percevoir de cotisations. Avec l'effet, que les personnes âgées licenciées ne percevront même pas l'intégralité de leur deux ou trois mois de préavis, l'association finissant en faillite.

  • Une fois que la pandémie sera passée, il faudra surtout que "plus rien ne soit comme avant" au niveau de l'exécutif fédéral suisse qui n'a rien vu venir et qui navigue à vue.
    Mes propos sont excessifs ?
    Regardez le palmarès de la Suisse ici:

    https://www.youtube.com/watch?v=qgylp3Td1Bw

  • Rien comme avant? Et les Robots font-ils tout?

    Oui, post pic voire fin de la pandémie du Corona, on a très peur que les robots remplacent les êtres humains qui ont besoin de travail, de salaire pour payer leur 500.- FS d assurance maladie, de 2 000.- FS au moins pour payer la location de leur appart de 4 pièces genevoises dont une cuisine...etc...Jusqu à nouvel ordre les Robots ne participeront pas à payer une partie ni de l AVS ni des cotisations sociales pour nos aînés ni d impôts non plus ni d abonnement TPG/ Ceva pour se rendre et retourner chez soi...

    Juste une interrogation: Les machines auto service des super marché sont elles honnêtes? Elles remplacent les caissières/caissiers (ça fait moins de salaires pour les employés) et le con-sommateur fait le boulot lui-m^me mais on ne lui fait pas 3% par exemple de diminution de son ticket, non?

    Bien à vous.
    Charles 05

  • La Suisse des affaires dispose d'une confortable majorité dans nos deux Chambres fédérales, rien ne va changer...

  • Plus jamais ça entendait-on après les deux grandes guerres mondiales.
    Pensez-vous Monsieur Décaillet que les humains ont changé depuis ?

  • A l'issue de la pandémie, il arrivera en Suisse ce qui se profile déjà en France...

    http://www.fdesouche.com/1353811-coronavirus-la-mission-dinformation-de-lassemblee-nationale-qui-evaluera-les-mesures-du-gouvernement-sera-presidee-par-richard-ferrand-covid2019

    ... à savoir que le système va s'auto-évaluer.

    J'espère que les commentateurs non "systémistes", professionnels ou non, ne s'y laisseront pas prendre...

  • Peut-être que l'armée russe pourrait envoyer également des convois de secours vers la Suisse...

    https://twitter.com/GermanoDottori/status/1242782227311792128?s=20

    ... notamment pour les masques, toujours indisponibles pour la majorité de la population. A propos, il est passé où le fric pour notre défense civile ?

  • Et les masques, ils arrivent quand les masques ?

    http://www.fdesouche.com/1354263-port-du-masque-mais-de-qui-se-moque-t-on

    http://www.fdesouche.com/1354275-coronavirus-temoignage-des-masques-pour-tous-en-thailande-et-rien-en-france

    Notre exécutif est nul.
    Plus jamais, je ne voterai pour ces nuls.

  • "Parmi les chants de la révolte, entendra-t-on le cliquetis métallique des crochets de boucher..."

    https://www.laprovence.com/article/edition-arles/5944396/le-docteur-giral-denonce-le-scandale-de-la-chloroquine.html

  • Il faudrait faire une compilation similaire quant à nos autorités...

    https://www.youtube.com/watch?v=1rKXWEZfDpg

    ... de façon qu'après la pandémie on ne nous raconte pas une toute autre histoire, histoire qui finira par devenir officielle, avec tout ce qui pourra arriver de socialement et de pénalement désagréable aux gens qui auront le mauvais goût d'avoir un peu de mémoire.

  • Il existe un modèle de masque à faire soi-même et qui, selon l'OMS, a la propriété d'effrayer le COVID-19 : https://i.ytimg.com/vi/dTlaKIq4VIc/maxresdefault.jpg

  • C'est joué d'avance; socialisation des pertes et privatisation des gains.

  • C'est joué d'avance ; Socialisation des pertes et privatisation des gains

  • https://www.youtube.com/watch?v=1rKXWEZfDpg

    Mais qu'est-ce qu'il a l'air petitement ridicule ce président... et la dame ministre de la santé Buzyn, ici en flagrant délit de mensonge (par rapport à ce qu'elle a dit qu'elle savait). Pitoyable !

    Aaaah...., cette mémoire "youtube" ça va être utile.... (enfin, n'oubliez pas de télécharger les vidéos importantes... parce que c'est vite effacé dans les "cloudes")

Les commentaires sont fermés.