05/05/2008

Une droite à fédérer



Édito LFM – Lundi 05.05.08 – 07.50h

Nettement majoritaires dans les urnes le 21 octobre 2007, les différents partis de la droite suisse n’ont su montrer, dans le tohu-bohu du 12 décembre suivant, que le spectacle de leurs divisions. Depuis cinq mois, on ne parle plus que déchirure au sein de l’UDC, recherche désespérée d’identité chez les radicaux (le plus vieux parti du pays multiplie les séminaires pour savoir qui il est), quête effrénée de la couleur du vent au PDC.

Lorsqu’on aura, pour la millième fois, instruit ce que chacun a fait, minute après minute, la nuit du 11 au 12 décembre 2007, il sera peut-être temps – il est déjà bien tard – de se tourner vers l’avenir. Au-delà du roman, des anecdotes et des passions d’un moment, la recomposition des droites suisses sera l’un des enjeux de la législature.

Pour le moment, l’aventure et le jeu d’ambitions de quelques-uns n’ont fait que transformer une victoire électorale, assez rare en Europe par son ampleur (avec un PS qui a franchi, à la baisse, la barre des 20%), en un prodigieux gâchis. Les chefs du PDC et des radicaux se querellent pour des vétilles. Dimanche après dimanche, l’un se félicite du revers de l’autre dans des scrutins cantonaux alémaniques, semblant ignorer l’essentiel : le parti, depuis cinq mois, qui continue de monter dans ces cantons, c’est l’UDC. Pas celle de Madame Widmer-Schlumpf. Celle de Blocher.

Au plan fédéral, pourtant, il n’y a pas l’épaisseur d’un papier à cigarettes entre la politique des radicaux et celle du PDC. En matière financière, fiscale, en politique européenne, en position sur les bilatérales, dans le domaine migratoire et même scolaire, ces deux partis (auquel il faut, bien sûr, ajouter les libéraux, ou ce qu’il en reste) prônent le même modèle de société.

Une société qui mise sur l’individu, son énergie, sa prise de risques, sa responsabilité. Mais aussi sur la qualité de la formation, à tous les échelons, pour affronter la concurrence internationale, et les défis du futur. Une société du respect mutuel, à commencer par celui des plus faibles. Entre l’assistanat généralisé préconisé par une certaine gauche et la brutalité d’une certaine droite ultra, il y a, largement, l’espace pour un grand rassemblement. Pouvant inclure la démocratie chrétienne, le libéral radicalisme, et aussi ceux de l’UDC, beaucoup plus nombreux qu’on croit, qui ne veulent ni xénophobie, ni affiches nauséabondes. Cela fait pas mal de monde. Une très nette majorité, dans le pays.



08:15 Publié dans Editos Lausanne FM | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Imprimer |  Facebook | |