Sur le vif - Page 2

  • Macron, l'Iran, les miroirs

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 07.09.19 - 15.54h

     

    Le raidissement iranien sur le nucléaire, parfaitement compréhensible de la part d'un pays dont la première puissance atomique du monde veut la destruction, pulvérise hélas les quelques soubresauts d'espoir que nous avions placés ici, lors du G7 de Biarritz, en Emmanuel Macron.

    En recevant, lors de ce sommet, le ministre iranien des Affaires étrangères, le Président français avait éveillé, chez les quelques gaullistes encore sensibles à une grande politique étrangère de la France, notamment envers le monde arabo-persique, comme une lueur d'optimisme. Face à Trump, voilà la France qui, potentiellement, s'affirmait comme un médiateur possible.

    Hélas, ce ne furent, de la part du beau parleur Macron, que promesses verbales, sécrétion d'images, pirouettes et illusions. Éduqué dans le monde de la spéculation (étymologie : speculum, le miroir), l'actuel locataire de l'Elysée n'a pas son semblable pour les jeux de reflets. Il aime briller, paraître, étinceler dans la Galerie des Glaces. Mais derrière le lustre des mots, le réel ne suit pas. Jusqu'à quand l'élégant vendeur dupera-t-il son monde ?

    Quant à l'Iran, avant de s'étrangler d'indignation face à la poursuite des recherches nucléaires de ce pays, il conviendra de se souvenir que, jusqu'à nouvel ordre, une seule puissance, en ce monde, depuis août 1945, a fait usage de l'arme atomique. Elle s'appelle les États-Unis d'Amérique. Et ne s'appelle ni l'Iran, ni la Corée du Nord.

    On voudra donc bien régler un peu ses grandes condamnations morales sur le réel, non sur les mots, non sur le paraître, non sur l'obédience verbale et intellectuelle à la propagande de l'Oncle Sam.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires
  • Les tonalités de la décence

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 07.09.19 - 08.21h

     

    J'ai toujours été pour un Etat fort. Mais cela ne signifie en aucune manière un Etat tentaculaire. Ni dépensier. Ni distributeur de subventions à n'en plus finir.

    Ni un Etat qui s'invente des tâches pour justifier sa taille, et occuper son petit monde, garanti à vie (on se demande bien en quel honneur) dans son emploi, aidé inconsidérément (par rapport au privé) pour sa prévoyance professionnelle, et en plus protégé par des syndicats puissants.

    L'Etat doit être fort, là où on l'attend : la sécurité, interne et extérieure, la défense de l'indépendance et de la souveraineté, la santé publique, l'éducation, l'organisation de la solidarité, le maintien de la cohésion nationale. L'Etat doit avoir le souci des plus faibles.

    Il doit être fort, sans être pléthorique ni dépensier. Il doit veiller à chaque centime dont il a la garde, pour la simple raison que cet argent n'est pas le sien, mais celui des contribuables.

    Les fonctionnaires doivent accomplir leur mission dans la simplicité et le dévouement à l'intérêt général. Ils sont les serviteurs de la République, c'est un honneur, ils doivent en être conscients. Ils doivent savoir que, pour le financement de leurs retraites, ils sont privilégiés. La défense de leurs intérêts sectoriels doit demeurer dans les tonalités de la décence.

    Le serviteur de l'Etat ne doit avoir d'autre objectif que le service de l'intérêt général. Nulle obédience externe, ou cryptée, ne doit s'imposer sur ce but, ni déteindre, par un système de liens souterrains, sur les moyens d'y parvenir.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires
  • Définir la classe moyenne ? Volontiers !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mercredi 04.09.19 - 12.01

     

    Définir la classe moyenne : rien de plus simple ! Ceux qui bossent dur, ont consacré toute leur vie à leur boulot, sont certes rémunérés correctement, mais n'en peuvent tout simplement plus de la pression fiscale, celle des primes maladie, celle des loyers, des taxes en tous genres. Et leurs retraites, ils les voient fondre !

    Ils ne bénéficient ni des subventions de ceux qui gagnent peu, ni du privilège d'être un nabab. Ils sont juste entre les deux. Ils bossent comme des fous, entretiennent leurs familles, font vivre la collectivité par leurs impôts versés, créent de la richesse et de la prospérité autour d'eux. Mais eux, hélas, n'arrivent pas à mettre un sou de côté. On leur prend tout.

    Voilà, plutôt que de donner une fourchette chiffrée ou un palier fiscal en fonction du revenu imposable, ce qui sera toujours contesté : la classe moyenne, c'est un état d'esprit. Un état social. Des gens plutôt heureux, souvent, et c'est tant mieux. Des gens fiers de bosser, parce que le travail est un incomparable facteur de dignité, et que notre premier souci doit être d'en donner à tous, et de ne laisser personne sur le bord du chemin.

    Mais des gens qui, sans nullement contester le principe de l'impôt, encore moins celui des assurances sociales, ni celui de la solidarité dans l'assurance maladie, en ont tout simplement GROS SUR LA PATATE. Parce que, entre leur chiffre d'affaires (s'ils sont indépendants) ou leur salaire brut (s'ils sont employés), et leur POUVOIR D'ACHAT RÉEL, le différentiel est disproportionné. Indécent, même. Il y a un moment où ça suffit de nous tondre, et de nous piquer notre pognon.

    Ma définition de la classe moyenne fera sourire les fiscalistes, les fiduciaires, les grands penseurs libéraux, sous prétexte qu'elle se refuse volontairement à donner des chiffres et des paliers ? Eh bien, j'assume ! Oui, j'assume une conception subjective, révoltée, en phase avec une colère que je sens profondément monter. A Genève, comme ailleurs.

    Quant aux pisse-froid, qu'ils aillent faire un tour chez l'urologue !

     

    Pascal Décaillet

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 10 commentaires
  • On sort les épingles ?

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 03.09.19 - 08.23h

     

    "Le PLR et l'UDC épinglés pour leurs votes anti-écolos". Un titre particulièrement hallucinant, lu dans la presse de ce matin.

    S'il faut épingler, alors épinglons les Verts, pour leurs votes anti-PLR et anti-UDC. Épinglons le Ying, de n'être point le Yang. Épinglons le jour, de ne point ressembler à la nuit. Épinglons la gauche, de n'être pas la droite. L'homme, de ne pas être femme. La terre, si différente du ciel.

    Épinglons l'intelligence, tellement plus grise que la bêtise.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires
  • Classe moyenne et fiscalité : ça suffit !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Lundi 02.09.19 - 15.43h

     

    Mme Fontanet est compétente et sympathique. Mais elle ne doit pas tondre la classe moyenne. Les déductions fiscales sur les primes doivent atténuer au maximum la douleur des hausses continuelles, annoncées année après année, à l'automne. En aucun cas, ces déductions ne doivent être baissées.

    A cet égard, en philosophie politique et en respect de ceux qui travaillent et produisent la richesse genevoise, l'initiative présentée aujourd'hui par l'UDC va dans le bon sens.

    Si l'Etat, à Genève, entend se renflouer, il voudra bien veiller à freiner son train de vie. En aucune manière, les contribuables-assurés, constituant le gros des troupes de la classe moyenne et laborieuse, ne doivent faire l'objet de la moindre ponction supplémentaire. Là, déjà, ils étouffent. Alors, ça suffit.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Une fierté allemande, fraternelle et partagée

    Imprimer
     
     
    Sur le vif - Lundi 02.09.19 - 08.53h

    La Prusse et la Saxe ont voté, le résultat est clair : une percée sans précédent de l'AfD, le parti qui défend les oubliés du miracle allemand, prône la préférence indigène à l'emploi et à l'aide sociale, toutes choses honnies et immédiatement couvertes de la pire des opprobres par nos chers observateurs de la vie politique.

    Il faut dire que ces derniers, depuis la fin de la Guerre, ne se sont pas exagérément passionnés pour la question allemande. Ils nous ont parlé nuit et jour du Vietnam dans les années 60 et 70, puis du Nicaragua, puis de l'Amérique latine. Ce que se passait dans les deux Allemagnes, entre 1949 et 1989, ne les intéressait tout simplement pas. Il est vrai que Bonn n'était pas la plus excitante des capitales. Quant à la DDR, personne, ici, n'a jamais éprouvé le moindre intérêt pour ce qui s'y passait. On la tenait juste pour un satellite de l'Union soviétique, en oubliant sa nature profondément allemande. On omettait, en passant, de souligner symétriquement la même obédience de l'Allemagne de l'Ouest par rapport aux États-Unis d'Amérique.

    Impréparation intellectuelle, donc, pendant des décennies. Et même depuis la chute du Mur (1989), et l'ingestion, avec une incroyable vulgarité, de l'Allemagne de l'Est par le glouton Kohl, nos beaux esprits applaudissaient le Chancelier rhénan, totalement insensibles à l'humiliation qu'il faisait subir aux Prussiens et aux Saxons, Car, si ces derniers se réjouissaient de quitter le système communiste, ça n'était pas pour accepter le rachat pur et simple de leurs identités nationales par les entreprises capitalistes de l'Ouest.

    Le glouton Kohl, en négligeant complètement la question de l'identité nationale à l'Est de son propre pays, a posé une bombe à retardement. Sa fille spirituelle Angela Merkel, en ouvrant inconsidérément les frontières à l'automne 2015, a commis la deuxième acte, la deuxième faute : celle de sous-estimer totalement le besoin de préférence nationale, dans les domaines de l'emploi et de l'aide sociale, dans des populations cruellement touchées par le tournant industriel, la redéfinition des métiers. Nombre de ces déshérités de la première puissance économique continentale peinent à comprendre que tant d'aide et d'énergie aient pu êtres déployées pour des personnes extérieures à la Communauté allemande (Gemeinschaft), plutôt qu'à des citoyennes et citoyens allemands, abandonnés dans la précarité.

    Alors, quoi ? Alors, l'AfD, en Prusse et en Saxe, va continuer de monter. Parce que ses électeurs posent une double exigence, à la fois sociale et nationale, enracinée dans les vertus de solidarité et de cohésion, que Mme Merkel n'entend pas. Le problème no 1 de l’Allemagne, c'est l'Allemagne elle-même : ses souffrances tues, ses oubliés de la croissance, ses millions d'âmes jetées là, en proie au nihilisme. Alors qu'il y aurait tant à faire pour leur dessiner, comme à l'époque des grandes lois sociales de Bismarck, la possibilité d'une fierté allemande, partagée et fraternelle.

    Au pays qui engendra Martin Luther et Jean-Sébastien Bach, c'est cette primauté du Verbe et de la juste tonalité qu'il s'agit de réinventer. Aujourd'hui, hélas, nous en sommes loin.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Un communisme ontologiquement allemand (1918-1989)

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 31.08.19 - 16.50h

     

    N'oublions jamais que le communisme allemand, celui qui fut au pouvoir en DDR de 1949 à 1989, n'est en rien un communisme d'importation soviétique. Le régime communiste a certes a été mis en place sous pression de l'occupant soviétique. Mais ses fondements intellectuels et historiques, et jusqu'aux hommes qui occupèrent les premières places, tout cela est à chercher dans l'Histoire d'un communisme proprement allemand, celui de la Révolution du 9 novembre 1918, celui des Ligues spartakistes, celui des opposants au Troisième Reich, tout cela est allemand, et ne doit strictement rien à la lecture de Marx dans les pays slaves.

    Et puis, quoi ? Le Rhénan Karl Marx, natif de Trêves, rédacteur en chef de la Rheinische Zeitung, lecteur des philosophes allemands, observateur critique du capitalisme rhénan, n'était, à ma connaissance, ni russe, ni polonais, ni tchèque. Les communistes allemands n'ont pas la même Histoire que les communistes français, ni surtout la même que les communistes russes. Ce sont les hommes de cette filiation, profondément allemande, que l'on retrouve en novembre 1918, dans les premiers mois de 1919, dans les camps du Troisième Reich (certains d'entre eux y furent internés pendant la totalité des douze ans), puis aux affaires, à Berlin-Est, en 1949.

    Il existe donc, bel et bien, un communisme de nature proprement allemande, enraciné dans la pensée politique allemande. Tout comme il existe, séparé du socialisme dès le Congrès de Tours (1920), un communisme ontologiquement français, celui qu'on retrouvera au Front populaire (1936), dans la Résistance, à la Libération (1944), puis dans le premier gouvernement Maurois (1981).

    Attention, donc, de ne pas immédiatement tenir les communismes européens (on pourrait parler de la Grèce, de la Yougoslavie, de l'Italie, de l'Espagne) pour des branches d'un communisme soviétique. S'ils furent inféodés, via le Komintern et les Internationales, c'était pour des questions de logistique et de rapports de forces. Si l'on souhaite se pencher sur cette subordination, bien réelle, alors on voudra bien, par symétrie, étudier le lien d'obédience de nos braves partis bourgeois européens, dans l'Après-Guerre, avec les Américains. Tenez, par hasard, le cordon ombilical entre la gentille démocratie chrétienne italienne, à partir de 1945, et les puissances financières de l'Oncle Sam.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires
  • Racines prussiennes

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 31.08.19 - 11.40h

     

    Pas plus qu'on ne comprend les quarante années (1949-1989) d'Allemagne de l'Ouest sans avoir étudié le capitalisme rhénan, on ne comprendra la même période en DDR, sans s'être penché en profondeur sur l'influence de Kant et Hegel sur la pensée politique en Prusse. Le rapport de l'individu à l'Etat, notamment.

    Cela, bien avant 1949 et l'opportunité (imposée par la victoire soviétique à l'Est) d'un régime communiste enfin réel (et non rêvé par les Spartakistes en 1918/1919) sur sol allemand. Cela, bien avant 1933. Cela, bien avant la Révolution du 9 novembre 1919. Cela, à vrai dire, dès le début du 19ème siècle.

    Ne jamais oublier, pour ceux qui s'intéressent à l'Histoire de la Prusse, que tout est parti de l'occupation napoléonienne de ce pays, entre 1806 et 1813. Et d'une puissante résistance nationale, chez les élites, à la présence des troupes françaises. Lire mes épisodes sur Fichte, et ses Discours à la Nation allemande, Université de Berlin, 1807.

    Il est donc particulièrement réducteur de ne voir l'opposition RFA/RDA, entre 1949 et 1989, que comme un antagonisme de Guerre froide entre capitalisme et communisme. C'est le réveil d'une fracture profonde, imposé par la défaite d'étape du 8 mai 1945, entre une Allemagne rhénane, romanisée, et d'autre part un monde saxo-prussien qui s'inscrit dans un autre univers historique, philosophique et culturel.

    N'oublions jamais, enfin, que les racines historiques et affectives de la Prusse ne se situent pas à Berlin, ville récente, mais à Königsberg. Provisoirement renommée Kaliningrad.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • La Prusse, ça existe !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Vendredi 30.08.19 - 16.13h

     

    De grâce, qu'on cesse de parler de "l'ex-RDA" ! Quand on parle des Länder de l'Ouest, on ne dit jamais "l'ex-RFA". Ces Länder, on les appelle par leurs noms : la Bavière, la Rhénanie du Nord, etc. Dès lors, pourquoi réduire la Prusse et la Saxe, nations fondamentales de plus de mille ans d'identité germanique, au souvenir d'une appartenance de 40 ans (1949-1989) à l'une des deux portions de l'Allemagne coupée en deux ?

    Toujours dire "l'ex-RDA", mais ne jamais dire "l'ex-RFA", c'est laisser entendre que tout le Bien se situait à l'Ouest, paradis du capitalisme de l'occupant américain. Que que tout le mal se nichait à l'Est, dans l'enfer du communisme allié à l'occupant soviétique.

    J'ai connu ces deux Allemagnes. Je les ai aimées. J'y ai longtemps séjourné. J'y ai tant voyagé. J'ai lu les auteurs de la RFA, et aussi ceux de la RDA. J'ai pu admirer l'admirable travail culturel, littéraire et théâtral notamment, qui avait été entrepris à l'Est. J'ai passé des étés à regarder tous les soirs le Journal de la DDR (RDA) : il était certes d'inspiration socialiste. Mais croyez-vous, une seule seconde, que les chaînes d'information de la BRD (RFA) étaient moins imprégnées du libéralisme occidental le plus caricatural ?

    L'Histoire de l'Allemagne, ou plutôt des deux Allemagnes, entre 1949 et 1989, est complexe. Elle exige de la connaissance. Des nuances. Une vie de lectures. Et surtout, je rejet de tout manichéisme.

    Dès lors, ou bien on dit "l'ex-RFA" lorsqu'on parle de la Bavière, et alors OK pour "l'ex-RDA" si on évoque la Thuringe. Ou bien, on dit simplement "la Bavière". Et, tout aussi simplement, "la Saxe". Et on recommence enfin à utiliser, pour le Mecklembourg et le Brandebourg, le seul mot historique qui vaille, bien que banni depuis 74 ans : la Prusse.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • La position des missionnaires

    Imprimer
     
    Sur le vif - Jeudi 29.08.19 - 09.19h

    "Bilan carbone", "transfert modal", "urgence climatique" : ce qui frappe le plus, chez nos Croisés de l'Apocalypse, c'est leur zèle missionnaire à nous imposer leur vocabulaire. Une liturgie à prononcer, toutes lèvres frémissantes, saisis par le réchauffement des âmes, en montant vers l'autel de la conversion.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 10 commentaires
  • Du courage individuel, SVP, pas des "collectifs" !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mercredi 28.08.19 - 12.11h

     

    Beaucoup trop d'associations, de "collectifs", comme un monceau d'inutilités grégaires.

    Que chacun s'exprime, oh oui ! Que chacun tienne son journal, plutôt que d'aller palabrer chez les autres. Mais de grâce, que chacun ait le courage de parler pour soi. Que chacun engage sa parole propre. Que chacun prenne le risque individuel. Que chacun cisèle sa solitude autour d'une pensée, d'une vision du monde, qui lui appartient. A lui, et à nul autre.

    Que chacun s'assume, seul, et non en se camouflant derrière le paravent tellement confortable d'un "collectif" ! Le plus fou, c'est que nombre de ces groupuscules obscurs, autoproclamés, dont 99% sont de gauche, sont subventionnés. Par nos impôts !

    Les impôts de la classe moyenne, pressée comme un citron, qui n'en peut tout simplement plus. Et il faudrait, en plus de tout, qu'elle finance des associations idéologisées, et des "collectifs" militants jusqu'à la moelle !

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Dire les choses, plus que jamais !

    Imprimer

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 28.08.19

     

    Ecrire des commentaires dans des journaux, comme j’ai l’honneur de le faire ici, ça n’est pas pour parler à moitié. Ni de façon voilée, énigmatique. Nous nous exprimons ici dans l’espace politique, nous parlons de la Cité, nous défendons des choix. Alors, il faut être clair. Annoncer la couleur. Avancer à visage découvert. Trancher. Ensuite, les gens qui nous lisent aiment ou non, vous encensent ou vous lapident, c’est la vie. Nous sommes dans un moment d’Histoire difficile de nos sociétés européennes, nos démocraties représentatives sont en crise, la confiance dans le politique est en chute libre, les assureurs maladie nous tondent, la pression fiscale est bientôt insupportable pour les classes moyennes, les petits entrepreneurs sont pompés jusqu’à la moelle, les gens ont peur pour leurs retraites, ils voient les taux de conversion du deuxième pilier s’effondrer. Et il faudrait que, dans les rares espaces critiques où l’on peut encore dire les choses (ce journal en fait partie), nous nous contentions de la parole des tièdes ! La réponse tient en trois mots : non, non et non. Nous avons des idées à exprimer, parfois gênantes. Nous le ferons, jusqu’au bout.

     

    Prenez les conseillers d’Etat. Ici même, nous ne les attaquons jamais lorsqu’ils sont à terre, et que la meute se dispute déjà leurs lambeaux. Mais lorsqu’ils trônent, au sommet de leur puissance. Nous l’avons fait avec François Longchamp, dont nous dénoncions les réseaux, et nous étions bien seuls. Nous avons mis en cause Pierre Maudet, plusieurs fois, sans jamais nous attaquer à la personne, sur les histoires, bien réelles, de fusibles, à l’intérieur de son Département. Mais lorsque le même homme s’est trouvé dans la tourmente, nous sommes demeurés sur notre retenue. Nous avons dit le plus grand bien de Serge Dal Busco, et le pensons encore, car c’est un homme d’Etat, soucieux du bien public. Mais sur les questions de mobilité, nous ne partageons pas ses choix, et déplorons qu’homme de droite, il fasse la politique de la gauche. Dire cela, ça n’est en rien mettre en cause le respect que cet homme mérite. De même encore, nous applaudissons Nathalie Fontanet pour son style politique, mais réclamons d’elle un plus grand souci de la classe moyenne. Si cette dernière devait passer à la caisse pour éponger les cadeaux fiscaux aux multinationales, nous le dirions, nous le dénoncerions.

     

    Dans le commentaire politique, il faut toujours respecter l’humain. Mais tout autant, il faut dire les choses, à commencer par ce qui va mal, avec la plus parfaite clarté. Surtout, il faut les dire sur le moment, lorsque tel magistrat, que nous attaquons, se pavane au milieu des courtisans, dans la galerie des glaces. Ce fut le cas de François Longchamp. Ce fut celui de Pierre Maudet. Déjà, l’expérience aidant, je puis humer sans peine ceux de l’équipe actuelle qui montent vers l’aveuglante lumière d’un pouvoir trop fort, sans personne autour d’eux pour oser les contrarier. Ce sont ceux-là, hommes ou femmes, de gauche ou de droite, dont j’aurai plaisir à vous dire parfois quelques mots, lors de la saison qui commence. Excellente semaine à tous !

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • Allemagne-Pologne : rien n'est réglé !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Mardi 27.08.19 - 09.51h

     

    Nous ne nous étendrons pas ici sur le chiffre absolument délirant (800 milliards d'euros, selon le Temps) exigé bien tardivement par la Pologne, auprès de l'Allemagne, au titre de réparations de guerre, ou plutôt de toutes les horreurs vécues par ce pays-martyr lors du second conflit mondial.

    Que la Pologne ait vécu le pire, c'est certain. Dépecée entre Allemands et Soviétiques dès septembre 1939, elle a connu la guerre, la déportation, la présence sur son sol des camps d'extermination, l'ampleur de sa souffrance n'est pas imaginable.

    Ce qui compte, pour l'analyste qui entend placer les événements dans le champ diachronique, c'est de considérer les évolutions territoriales de la Pologne, à l'Est comme à l'Ouest (et même au Sud, si on pense à la Galicie austro-hongroise), comme résultantes d'enjeux de pouvoirs, et non d'idéologies. En clair, que la Pologne fût communiste de 1945 à la fin de la Guerre froide, ne saurait constituer un élément l'emportant sur les considérations nationales.

    La Pologne a un premier grand problème de voisinage, qui s'appelle la Russie. C'est maintes fois séculaire, complexe, mal connu chez nous, il faut étudier à fond les cartes et les traités. Rappelons-nous que ce pays a carrément été gommé de la carte, à une certaine période.

    Et puis, depuis le règne du grand Frédéric II (1740-1786), la Pologne a un problème (plus récent) avec la Prusse. L'enjeu de septembre 1939, éclipsé par la nature mondiale de ce qu'est devenu le conflit, c'étaient les millions d'âmes des minorités allemandes à l'Ouest de la Pologne, en Silésie et en Poméranie (exactement les deux régions conquises par Frédéric II). J'ai passé tout un été, en 1972, tout au Nord de l'Allemagne, chez l'un de ces Allemands de Pologne, ancien combattant du Front de l'Est, ayant passé l'Elbe par miracle en 1945.

    En reconnaissant, en 1970, la ligne Oder-Neisse comme frontière naturelle historique entre l’Allemagne et la Pologne, puis surtout en allant s'agenouiller à Varsovie, devant le Mémorial du Ghetto, l'immense Chancelier Willy Brandt a donné deux signes de réconciliation. Ce fut un moment d'une intense puissance. Le destin était au rendez-vous.

    Pour autant, la question germano-polonaise n'est pas réglée. Un jour ou l'autre, dans un domaine où l'Histoire a tout son temps, elle réapparaîtra. Hélas, depuis Kohl et la chute du Mur, la Pologne n'est considérée par les Allemands que comme une terre d'investissements pour les grandes entreprises germaniques. N'est-ce pas là, le pire mis à part, la version moderne du plan d'asservissement naguère mis en oeuvre par le fracas des armes ?

    Les 800 milliards demandés par la Pologne sont délirants, certes. Mais ils sont à prendre comme la résurgence du malaise et du mal-être d'un pays d'Europe coincé entre deux voisins dont aucun ne lui a vraiment prouvé, ces derniers siècles, lui vouloir le moindre bien.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires
  • France-Brésil : nos infos

    Imprimer

     

    Sur le vif - Lundi 26.08.19 - 15.36h

     

    Sur ordre de l'Elysée, le porte-avions Charles de Gaulle, rebaptisé "porte-avions Cohn-Bendit" pour tromper l'adversaire, accompagné de l'ensemble des sous-marins nucléaires français, se dirigent vers le Brésil, afin d'en attaquer les côtes dès jeudi. Bombardement simultané de Bahia, Recife et Rio de Janeiro programmé pour jeudi 18h. La prise de Brasília par les Forces terrestres est prévue pour vendredi 15h. Et l'exfiltration de M. Bolsonaro pour le Fort de Montluc, pour samedi 18h. L'allocution télévisée de M. Macron, célébrant la victoire, se déroulera en direct au Journal télévisé de samedi 20h. Le Chant du Départ sera entonné par Ruth Elkrief, sur BFMTV.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires
  • Le peuple de Prusse, le peuple de Saxe

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 25.08.19 - 14.45h

     

    Vous aimez quand les peuples s'expriment ? Rendez-vous dimanche prochain, 1er septembre, pour les élections régionales dans les Länder de la Saxe et du Brandebourg. Deux régions que j'ai l'honneur de bien connaître. Et qui ne sont pas précisément constituées que de bobos post-modernes, hantés par les questions sociétâââles. Mais d'ouvriers. De chômeurs. De déshérités. Chez les aînés, beaucoup de nostalgiques de la DDR.

    Toute une Allemagne méconnue. Pas celle qui carbure à 200 sur les autoroutes avec des Mercedes. Plutôt celle que rien ne retient dans la grande aventure de la vie, si ce n'est ce fil ténu, cet ultime sentiment, parfois incroyablement puissant, d'appartenance à une communauté nationale, "Gemeinschaft". Le peuple de Prusse, et le peuple de Saxe.

    Cette Allemagne-là, allez savoir pourquoi, n'a pas explosé de jouissance, l'automne 2015, lorsque Mme Merkel a pris la lumineuse décision d'ouvrir les frontières.

    Dimanche prochain, cette Allemagne-là, puisqu'on veut bien (jusqu'à quand ?) lui donner la parole, s'exprimera.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Choisir

    Imprimer

     

    Sur le vif - Dimanche 25.08.19 - 11.47h

     

    Il faudra quand même un jour que l'UDC se décide entre sa tendance protectionniste, nationale, proche du peuple, des indépendants, des paysans, des petits artisans, soucieuse de cohésion, et son aile ultra-libérale, celle qui pactise avec les cosmopolites et les déracinés.

    On ne peut servir à la fois la nation, dans ce qu'elle a de rassembleur et de fraternel, au sein d'un horizon délimité par l'Histoire, la géographie, une communauté de destin et d'émotions, et d'autre part le flux immatériel du profit mondialisé. Un jour, il faut choisir.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Mercosur : NON !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Samedi 24.08.19 - 18.12h

     

    NON à l'Accord avec le Mercosur. Une fois de plus, la paysannerie suisse, notamment les producteurs de viande bovine, se trouve sacrifiée sur l'autel de l'idéologie du libre-échange.

    En compensation, les sacro-saints exportateurs de machines obtiennent, une nouvelle fois, des facilités. Tant mieux pour ces derniers, et on va revenir nous répéter "qu'un franc sur deux se gagne à l'étranger", ce qui est vrai. Mais à force de tout miser sur ce mantra, on en vient à oublier les intérêts vitaux supérieurs de notre pays. Au premier plan d'entre eux, la survie de notre agriculture.

    Les intérêts vitaux de la Suisse, ce sont les équilibres. Notre pays, depuis 1848, s'est construit sur eux. Assurément, la préservation d'un secteur primaire fort, dans l'agriculture, en fait partie. Pour cela, il faut clairement sortir le volet agricole de la sauvagerie du libre-échange mondialisé, qui est une pure calamité.

    Mes propos son protectionnistes ? Et comment ! Je les assume à 200%.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires
  • PDC genevois : mon désaccord, mais aussi mon respect !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Vendredi 23.08.18 - 19.19h

     

    Je vais vous surprendre, mais je salue le PDC genevois dans son soutien à l'adhésion de la Suisse à l'Union européenne. Oh, j'y suis pour ma part plus opposé que jamais. Mais en abattant cette carte, le PDC propose une option claire, identifiable : il simplifie un ensemble d'équations trop complexes. Au demeurant, il fait acte de courage : un Suisse sur quatre, seulement, est favorable à l'adhésion. Cette fois, on ne peut pas dire que le PDC GE aille dans le sens du vent.

    Je suis la politique européenne de la Suisse depuis plus de trente ans. Je l'ai suivie de très près pendant mes longues années à la RSR, j'ai couvert la votation EEE du 6 décembre 1992, et toutes les autres, notamment sur les bilatérales. Je suis d'encore plus près l'Histoire de l'Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, CECA, puis Traité de Rome (1957), extension à douze, puis dix-huit, aujourd'hui vingt-huit. J'ai beaucoup écrit sur le poids de l'Allemagne depuis 1989, c'est l'un des thèmes qui m'habitent le plus profondément.

    Citoyen, je combats absolument l'idée d'une adhésion. Mais pas du tout la nécessité d'en parler, de se proclamer pour ou contre, d'en découdre, d'en débattre. Car au fond, l'enjeu de destin est là : dire oui, ou dire non à l'adhésion. L'extrême complexité de nos relations avec Bruxelles, avec toujours cette revendication d'un statut spécial pour la Suisse, posait déjà problème dans l'essence et la nature mêmes du débat EEE de 1992. Pourquoi diable la Suisse n'aurait-elle pas le droit de se poser franchement la seule question qui vaille, celle d'en être, ou de n'en être point ?

    Je pense que la réponse serait non. Je milite à fond pour ce non. Je suis, pour une fois, dans l'opinion majoritaire de mes concitoyens. Mais en aucun cas je ne reprocherais à une formation politique d'avoir le courage de poser la vraie question. Je suis assez souvent minoritaire, dans mon propre pays, pour ne pas saluer ceux qui osent une position qui paraît perdue d'avance.

    Au PDC genevois, je dis donc mon total désaccord. Mais mon respect, pour sa clarté et son courage. Il est parfois nécessaire, en politique, de frôler le suicide pour libérer, dans l'éther, quelques fragments de lumière.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire
  • Ce cher M. Kouchner au Kosovo

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 22.08.19 - 16.14h

     

    "Administrateur de l'ONU pour le Kosovo" : derrière ce titre ronflant, prétentieux, laissant entendre que l'impuissance multilatérale pût exercer la moindre influence sur le destin des Balkans, qu'a fait Kouchner ?

    Réponse : il a laissé faire l'OTAN. Il a laissé faire les États-Unis, dont le but, dès le début des guerres balkaniques (1990), et à vrai dire bien avant, était d'avoir enfin une tête de pont dans l'ex-Yougoslavie. Il a laissé faire les services secrets allemands, qui ont soutenu les mouvements pan-albanais pour affaiblir les Serbes. N'y a-t-il vu que du feu ? Qu'a-t-il fait contre les règlements de comptes anti-Serbes, dans les villages ? Qu'a-t-il fait contre le trafic d'organes ?

    Avait-il seulement conscience de tout cela ? A-t-il, au fond de lui-même, alors qu'il était plongé dans les réalités viscérales des Balkans, vraiment cru, une seule seconde, à l'immensité fictive de son titre, à une mission "d'administrateur" qui ne pouvait conduire qu'au paroxysme de la naïveté, ou (plus grave) à une forme de complicité dans le silence ?

    Envoyer Kouchner au Kosovo ! Tant qu'on y était, on aurait pu y déléguer Cohn-Bendit, ou BHL. Envoyé un illuminé du messianisme universaliste français, arrogant et donneur de leçons à l'humanité entière, dans une région du monde dont l'extrême complexité exige de longues années de lectures et d'ascèse historique.

    L'Histoire, M. Kouchner ! L'étude, en profondeur, des faits, sans jugements moraux. L'étude des peuples et des nations, de leur identité construite à travers les siècles, de leurs mythes fondateurs, de leurs écrivains. L'étude de leurs guerres, de leurs traités, de leurs alliances, de leurs trahisons, de leurs contradictions internes. Comme vous aviez étudié la médecine, vous eussiez dû vous plonger dans l'Histoire des Balkans, pas dans la morale à deux dinars !

    Au moment où resurgit - il était temps - le passé de certains dirigeants du Kosovo, caricaturalement épargnés par les services de Mme Del Ponte, qui ne songeait qu'à étriller le Serbe, il est bon de se souvenir de l'épisode de ce cher M. Kouchner, le king de l'ingérence, dans cette région des Balkans dont il ne connaissait manifestement rien de l'Histoire. Juste se faire une pub mondiale, sur un titre totalement bidon.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire
  • Le sociétâââl ? Non : le SOCIAL !

    Imprimer

     

    Sur le vif - Jeudi 22.08.19 - 10.34h

     

    En fin de législature, Mme Fontanet, dont je pense le plus grand bien, ne sera pas jugée sur ses grandes déclarations, idéales pour lustrer le blason, sur les valeurs sociétâââles. Mais sur la mission qui est sienne : sa capacité à réduire la pression fiscale qui étouffe la classe moyenne à Genève.

    Si cette classe moyenne se trouve, au final, tondue pour compenser les cadeaux aux multinationales, alors ce ne sera plus le sociétâââl qui incendiera les esprits à Genève. Mais une authentique, une bonne vieille Révolution SOCIALE. Dont le parti de Mme Fontanet pourrait être, en passant, amené à souffrir considérablement.

    Dans nos sociétés bourgeoises, depuis 1789, ça n'est pas le prolétariat qui conduit les Révolutions. Mais les classes moyennes.

    Le societâââl, c'est le paravent des bobos pour simuler l'universalisme, et bien ignorer les souffrances locales. Les blessures SOCIALES d'ici et de maintenant. Hic et nunc.

     

    Pascal Décaillet

     

     

    Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire