21/03/2013

Budget : le gout amer de l'illisible

 

Sur le vif - Jeudi 21.03.13 - 13.12h

 

Je n'aime pas, et n'ai jamais aimé, l'illisible en politique. Il me plaît que les fronts soient clairs, qu'on se batte à la loyale sur des positions engageant une certaine conception de la société, on gagne, on perd, c'est la vie, c'est le lot d'une existence de combattant.



Dans l'affaire du budget, la proposition de coupe linéaire de 2% avait l'immense mérite de la clarté. La gauche la combat, criant au démantèlement, on peut en effet en discuter; la droite la soutient, esquissant une nouvelle alliance, intéressante, au moins sur les questions financières, pour commencer à sortir Genève de la spirale de l'endettement.


A partir du moment où il y a eu cette histoire de suspension du bouclier fiscal, plus personne, dans la population, n'a compris. Au nom d'une tactique, géniale pour les uns, suicidaire pour d'autres, on s'est engouffré dans l'indéchiffrable des pires moments parlementaires de la Quatrième République. La spéculation, au sens étymologique du jeu de miroirs, des députés les uns face aux autres, a totalement détourné l'enjeu central (tout de même capital, l'avenir de notre santé financière) au profit du jeu politicard, dans le pire sens du terme.



Résultat: l'illisible. Je retiens tout de même, au milieu de ce premier jour de printemps, la vaillance d'une nouveau triptyque dans la vie politique genevoise; le courage de ceux des députés PLR qui osent s'affranchir de la tutelle des conseillers d'Etat radicaux, notamment M. Longchamp qui ne sort pas grandi de cette affaire, ni d'ailleurs de la législature; le jeu périlleux du MCG, tellement jouisseur de faire et défaire les majorités qu'il en oublie, sur ce coup, la cohérence même de l'action politique.



Au fond, les socialistes et les Verts se sont battus loyalement, au nom d'une conception des finances publiques qui n'est vraiment pas la mienne, mais que je respecte. Le PDC s'est acoquiné avec eux, vous savez ce que j'en pense. Le PLR vit la sulpicienne extase de l'écartèlement putatif. Le MCG se montre trop joueur parlementaire pour un parti se réclamant de la colère tellurique de la rue. L'UDC a été correcte et fidèle à ses engagements.



Au final, un goût amer. Le politique n'en sort pas grandi.

 

Pascal Décaillet

 

13:12 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

17/03/2013

Valais : seule la tradition est révolutionnaire

 

Sur le vif - Dimanche 17.03.13 - 16.04h

 

Ce dimanche 17 mars restera inscrit dans l’Histoire du Valais moderne, celui qui est né des décombres du Sonderbund, nous laissant un paysage profondément marqué par la rivalité entre radicaux et conservateurs, les vainqueurs dans le canton n’étant justement pas les vainqueurs fédéraux de 1847, ce qui aura provoqué, entre le Valais et la Suisse, une longue et rugueuse inversion de forces, non sans charme, passionnante pour tous les amoureux de politique.

 

Mais aujourd’hui, tout cela vole en éclats. Une pensée d’abord pour la grande famille libérale-radicale, qui quitte le gouvernement après trois quarts de siècle de présence continue, et, je tiens à le dire, d’une très grande qualité. Depuis 1937, des magistrats comme MM Gard, Arthur Bender, Comby, Sierro et Roch ont admirablement accompli leur tâche, dans un contexte cantonal minoritaire, hommage à eux. De même, dans toutes les communes, tous les districts, les couleurs de ce grand parti ont flotté et flotteront encore : elles font partie du paysage politique valaisan. Un hommage, encore, à Christian Varone et Léonard Bender : ils se sont battus loyalement, ils ont fait ce qu’ils ont pu.

 

Mais en face, il y avait la tornade. Les chiffres sont têtus : le triomphe d’Oskar Freysinger est si impressionnant qu’on se demande bien qui, quelles que fussent les questions internes de casting au sein du PLR, aurait pu renverser la vapeur. Il nous faudra du temps, des analyses, beaucoup d’encre et de salive pour comprendre l’ampleur de cette avance. Mais une chose est sûre : si le parti qu’on appelle aujourd’hui (depuis 1971, au niveau fédéral) PDC n’avait pas, en Valais, depuis au moins trente ans, renoncé à quelque chose de puissant dans la fibre affective, le rapport au pays, le lien confédéral, l’UDC n’aurait pas progressé ainsi. Le place que ce parti occupe aujourd’hui, c’est celle des noirs, et de ce magnifique mot qui fut celui de nos grands-parents : les conservateurs. Alors, la nature ayant horreur du vide...

 

Allez, le Valais continue. Il y aura toujours un Edelweiss et un Echo d’Orny, toujours les Dranses et le Trient de la bataille. Toujours la fierté des couleurs. Quant aux radicaux (qu’on me permette de les appeler encore ainsi), ils n’ont jamais été aussi grands, dans l’Histoire de ce canton, depuis 165 ans, que dans l’opposition. Assurément, nous les reverrons. Et Bernard Coudray, à Chamoson, pourra sortir son canon. Longue vie à ce canton magnifique et passionné, où la politique palpite et donne soif. Très soif, oui.

 

Pascal Décaillet

 

16:04 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Imprimer |  Facebook | |

16/03/2013

Guy Mettan et les Marais du passé

 

Sur le vif - Samedi 16.03.13 - 18.43h

 

La majorité dont rêve Guy Mettan (18.34h, RSR) pour avoir un budget (PLR + PDC + Verts) n'est pas celle de l'avenir, mais celle du passé ! Tout ce Marais de début de législature, qui a rendu bien illisible la politique genevoise. La majorité qui fait peur à Guy Mettan, parce qu'elle pulvérise ce pivot du centre, c'est bel et bien l'axe PLR-UDC-MCG. Puissent ces trois partis tenir jusqu'au bout, malgré les tentatives de pressions et d'achats que ne manqueront pas d'opérer, sur chaque député individuellement, ce Conseil d'Etat aux abois, l'un des moins convaincants depuis la guerre.

 

Pascal Décaillet

 

 

18:43 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Le PDC genevois, parti de gauche

 

Sur le vif - Samedi 16.03.13 - 10.41h

 

C’est un fait objectif, vérifiable. Le PDC, dans le débat budgétaire genevois, est l’allié de la gauche (socialistes et Verts) contre la coalition de droite (PLR-UDC-MCG) qui exige un budget 2013 à l’équilibre. J’ai suivi l’intégralité des débats, hier, et le tableau frontal des couleurs (vert-rouge), lors des votes, rangeait systématiquement le PDC avec la gauche. D’un côté, un bloc qui accepte la permanence d’un déficit de près de 100 millions, avec l’endettement structurel que connaît déjà le canton, donc le poids de la dette pour les générations de nos enfants et petits-enfants. De l’autre, ceux qui refusent cet inéluctable, exigent de l’exécutif et de l’administration (dont des secteurs entiers sont encore pléthoriques) de vraies preuves d’efforts, pour enrayer cette spirale de l’endettement.

 

Comprenons-nous bien. Ça n’est tout de même pas sur un sujet de détail que le PDC, membre depuis les années trente d’une alliance avec les libéraux et les radicaux qu’on appelle « Entente », s’en sépare pour voter avec la gauche. C’est sur le sujet amiral de l’année parlementaire, le budget ! Nous ne sommes pas là dans des états d’âme humanistes, voire populistes tendance sacristie, dont ce parti a, de façon récurrente, le secret. Nous sommes dans les grands arbitrages de politique financière dessinant l’avenir de notre canton. Et dans ce débat-là, majeur, le PDC se sépare de la droite genevoise. Sur l’acceptation du principe déficitaire, il vote objectivement avec la gauche.

 

Alors, disons-le tout net. Hier, le bloc de droite a été cohérent. Celui de gauche aussi, dans son combat loyal contre un équilibre qu’il juge fatal à l’exercice de services publics qui lui sont chers. Mais que penser du PDC ? À quel jeu joue ce parti, élu en 2009 pour mener une politique de droite, ou tout au moins de centre droite, allié dans ce combat, comme toujours depuis la guerre, avec les libéraux et les radicaux ? Quel signal délivre-t-il à ses électeurs, et à la population genevoise en général ? Quelle indépendance sa délégation parlementaire, dont la mission est justement de contrôler et corriger les actes du gouvernement et de l’administration, montre-t-elle face au Conseil d’Etat ? Lui serait-elle à ce point inféodée ? Bien plus, et c’est paradoxal, que la députation PLR, dont le refus du premier projet de budget, en octobre 2012, avait constitué un sain affranchissement des élus parlementaires face à la tyrannie verticale, par émissaires noirs interposés, des deux ministres radicaux.

 

Dans ces conditions, les choix du PDC sur l’objet le plus important de l’année étant ce qu’ils sont, la notion même « d’Entente » a-t-elle encore, en prévision de cet automne, le moindre sens ? Sans doute les principaux intéressés feront-ils comme si la question ne se posait pas. Il n’est pas sûr que ce soit-là, pour eux-mêmes, la meilleure des solutions.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

10:41 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

15/03/2013

Une journée de budget, en deux ou trois croquis

 

Sur le vif - Vendredi 15.03.13 - 20.13h

 

J’ai suivi l’ensemble des débats budgétaires jusqu’à 19h. Ils ne sont pas terminés, et il ne faut voir ici que quelques croquis d’observation, intermédiaires. Voici :

 

1) Si l’alliance PLR-UDC-MCG tient jusqu’au bout, alors nous aurons vécu, ce vendredi 15 mars 2013, la grande journée de déplacement du curseur. Toutes les majorités, voulues par les hommes forts de l’actuel Conseil d’Etat, notamment François Longchamp, depuis le début de la législature, et à vrai dire un peu avant déjà, s’appuyaient sur le pivot du centre. Disons centre, centre droit, entendez Entente + collaboration occasionnelle des Verts, notamment sur les questions budgétaires. Tout cela, pour mieux ostraciser, pestiférer la Marge UDC-MCG. Eh bien, si le triptyque du débat de ces jours résiste aux pressions et va jusqu’au bout dans son combat pour un budget équilibré, c’est la chance d’une nouvelle alliance qui sera née. Oui, un déplacement du curseur vers la droite.

 

2) Si les trois partis de cette alliance sont droits dans leurs bottes, ainsi que, de l’autre côté, les socialistes et les Verts (qui ne veulent pas de ces coupes linéaires), que penser du comportement du PDC ? Voilà un parti qui prétend faire campagne, pour le Conseil d’Etat, avec le PLR, et prend, sur le sujet amiral de l’année parlementaire, des orientations d’alliance avec la gauche. Voilà qui n’est pas extraordinairement prometteur pour la dynamique de l’Entente cet automne.

 

3) La tonalité du débat. Spectaculaire. Drôle, parfois. Théâtrale. Avec un coq de cour nommé Christian Bavarel, obsédé par Stauffer, lui dédiant toutes ses interventions, faisant glousser le ban et l'arrière-ban de ses admiratrices. Une hargne de la gauche, notamment de Mme Bolay, face au camp adverse, comme si ce dernier se rendait coupable de crimes de guerre, alors qu’il s’agit d’arbitrages budgétaires. La dépêche d’Ems, signée d’un haut fonctionnaire, à quelques élus de droite, pour tenter de les ramener à la raison, traduisez de s’aligner derrière le Conseil d’Etat. L’obédience gouvernementale du PDC. Bref, une sorte de Comédie de Charleroi, en un peu moins tragique, plus festif, plus délirant, parfois carnavalesque. Avec le majestueux parfum, omniprésent, de la trahison. Ainsi va la vie.

 

Pascal Décaillet

 

20:13 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

13/03/2013

Eric Leyvraz : une candidature solide et crédible

 

Sur le vif - Mercredi 13.03.13 - 16.34h

 

Il m’a toujours fait penser à un radical vaudois des années soixante, avec son calme, son nœud papillon, la pondération de son verbe, son goût de la tradition, sa connaissance du vin. Oui, Eric Leyvraz est un politicien atypique. Il a en lui ce zeste d’anachronisme qui finit par défier le temps et les modes. Le sens de la terre, hélas si rare. Il sait compter. Et, croyez-moi, il a des lettres. Cela commence à faire beaucoup. Par exemple, un candidat sérieux et crédible au Conseil d’Etat.

 

Hier soir, sur le plateau de Genève à chaud, il a annoncé sa candidature. Tranquillement, en passant, sans en faire tout un drame, sans trompettes, ni sonneries aux morts. Cet homme d’expérience, ancien président du Grand Conseil, apprécié de tous, se met à disposition de la République pour une charge exécutive. Il le fait à l’âge où certains prennent leur retraite, l’âge exact où de Gaulle promettait, au printemps 1958, de ne pas « entamer une carrière de dictateur ».

 

Bien sûr, comme il est UDC, presque personne n’en parle, de sa candidature. C’est qu’Eric Leyvraz, comme Céline Amaudruz, Yves Nidegger, Mauro Poggia, Eric Stauffer, fait partie de ce troisième tiers de la politique genevoise considéré comme pestiféré. Ce Tiers Etat, on le prend de haut, on le traite de populiste, on lui colle des étiquettes à n’en plus finir. Il faudrait surtout qu’il demeure où il est : hors du gouvernement.

 

Avec Leyvraz, ils sont mal barrés, les colleurs d’étiquettes. Voilà bien un homme qui n’est ni sonore, ni rugissant, jamais excessif, toujours soupesé, comme il sied à un certain monde de la campagne. Voilà un UDC qui a les manières d’un gentleman farmer. A quoi s’ajoute une compétence que personne ne nie, notamment en matière financière : dans le combat pour un budget équilibré, il ira, lui, jusqu’au bout.

 

Pour prendre la relève du pire gouvernement que Genève ait connu depuis la guerre, ou en tout cas le septième de cette relève, voilà bien, ma foi, un candidat d’une rare qualité. Et polyglotte, en plus, par exemple l’espagnol, bien utile dans la Genève internationale. Etant moi-même petit entrepreneur, je discute souvent avec lui de ce métier, la prise de risque permanente qu’il implique, mais l’immense avantage de savoir remplir une fiche de salaire, connaître les mécanismes de la TVA et des assurances sociales, et avant toute chose, tenir un budget. Eric Leyvraz : un homme qui sait compter. Et qui, surtout, ne s’en laisse pas conter.

 

Alors voilà, puisque personne, pour l’heure, parmi mes confrères, ne juge apparemment utile de donner à cette candidature le volume qu’elle mérite, en bien moi si, je le fais. Bonne chance, Eric.

 

 

Pascal Décaillet

 

16:34 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

10/03/2013

La rupture

 

Sur le  vif - Dimanche 10.03.13 - 10.43h

 

Si le peuple genevois ne donne pas, par son vote cet automne, un véritable signe de rupture, comme vient de le faire le peuple valaisan, comme l'avait fait récemment le peuple tessinois, alors qu'il ne se plaigne pas, pendant cinq longues années, de demeurer, encore et toujours, sous la coupe des copains et des coquins, des amitiés transversales, de la République de la Barbichette, l'Entente soutenue sur les trams par le patronat, les copains de parti placés partout, dans les régies, dans les conseils d'administration, l'air de rien, parce que ça ne se voit pas trop, étant disséminé. L'invisible horizontalité du vrai pouvoir, à Genève.



Le sortant François Longchamp, aux affaires depuis huit interminables années, devenant gouverneur pendant encore cinq ans, de 2013 à 2018, c'est cela, le type de renouveau que vous voulez ? La Région mise en place de force, par la seule volonté d'une clique transfrontalière, sans la moindre légitimité populaire ? Les attaques sur les stations service, près de la frontière ? La libre circulation appliquée comme un dogme, sans la moindre mesure d'accompagnement. La sous-enchère partout, sur le monde du travail. Les bilatétales, juste pour profiter à certains patrons, et mettre au chômage des gens d'ici. L'arrogance de ces gens-là, qui n'ont d'ambition que de se perpétuer eux-mêmes, comme le prouve le ticket PLR : ils osent se contenter de nous proposer les trois sortants, rien de plus ! Trois sortants du pire gouvernement depuis la guerre ! Vous vous voyez continuer cinq ans avec Mme Rochat ? Vous vous voyez continuer cinq ans avec Mme Künzler ?

 

A quoi sert le suffrage universel, si ce n'est, précisément, renvoyer chez eux ceux dont l'autorité ministérielle n'a pas réussi à s'imposer sur l'administration, encore moins face au public ? A quoi servent les élections, si c'est pour reconduire docilement, parce que les partis le demandent, des sortants qui ont profondément démérité, n'ont pas servi la République à hauteur des espérances ? Nous, les citoyens, ne leur devons rien : eux, il y a quatre ans, nous ont abreuvés de promesses, qu'ils n'ont pas tenues.



Le 6 octobre et le 10 novembre 2013, de gauche comme de droite, ou alors ni de gauche, ni droite, bref, comme vous voudrez en fonction de vos sensibilités, sanctionnez les sortants, laissez leur chance à d'autres. Politiquement, ne craignez pas la rupture.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

10:43 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Imprimer |  Facebook | |

09/03/2013

Les primaires ou le Déluge : choisissez !

 

Sur le vif - Samedi 09.03.13 - 18.09h

 

Dans l'ordre des votes : Thierry Apothéloz, Anne Emery-Torracinta, Sandrine Salerno, Roger Deneys. En proposant au corps électoral quatre candidats pour le premier tour du Conseil d’Etat, que font les socialistes ? Ils laissent au peuple le choix ! Ils sélectionnent un quatuor, au demeurant d’une belle diversité interne, et c’est au souverain de finaliser. Nous sommes là, exactement, dans l’esprit de cette nouveauté à laquelle il faudra nous habituer, un premier tour en forme de primaires du peuple, les choses vraiment sérieuses se déroulant entre le 6 octobre et le 10 novembre.

 

 Les socialistes nous laissent le choix, ils ne réitèrent pas l’erreur historique d’avoir préféré Véronique Pürro à Manuel Tornare il y a quatre ans, ils ont tiré des leçons. Oui ce parti va mieux que sous l’ère Longet, lorsqu’il a abordé la campagne de 2009. Il va mieux, cela se sent, malgré l’échec à la partielle de juin 2012, il est mieux dans ses bottes, ils nous font beaucoup moins la morale, ils recommencent à faire de la politique. Ils ont aussi la chance d’attaquer la citadelle avec du sang neuf, aucun sortant, quatre nouveaux, dont chacun a des qualités.

 

A l’inverse, que penser du PLR ? Il nous présente trois candidats, OK. Mais qui ? Les trois sortants ! Le PLR n’a rien de mieux à nous proposer, alors qu’il s’agit d’un renouvellement général, que ses trois ministres du gouvernement actuel, l’un des pires en efficience depuis la guerre. Ils ont l’incroyable culot de nous donner ce signal-là, comme si l’équipe 2009-2013 pouvait se prévaloir d’un quelconque blason devant l’Histoire. Assurément, les deux sortants radicaux, qui sont compétents, seront réélus. Mais comment osent-ils présenter Mme Rochat, dont l’action politique est un échec ? Au-delà des qualités personnelles de cette dame, sa classe oui j’en conviens, il faut bien admettre que les objectifs n’ont pas été atteints, et que la hauteur ministérielle ne s'est imposée ni sur l’administration ni face au public. Il faudrait taire cela ?

 

Pire : le PLR laisse entendre, avec de grands airs de mystère, qu’en cas de résultat trop faible de Mme Rochat au premier tour, aucun problème, tout est prévu, on lance le candidat de secours qui guette en embuscade. Message catastrophique. Absence de courage. A la vérité, tout est fait pour bétonner la réélection des deux radicaux sortants, on espère deux PDC, et à quatre, vogue la galère, on mène la barque pendant cinq ans. Ce qui est, en effet, probable. Mais quel respect pour la population, se contenter de présenter les trois sortants ? Quel signal de renouvellement ? Quand on connaît la véritable nature de ce trio, son point faible, le non-dit qui l’entoure. Le meurtre voulu, mais pas assumé, jusqu’à son nom dans le silence confiné.

 

Merci aux socialistes. Ils respectent l’esprit de notre nouvelle Constitution, ouvrent le jeu vers ce qui ressemble à des primaires. A l’inverse, au PLR, bonjour le bétonnage, voulu et dirigé par une équipe, là-haut, toujours la même. Juste assurer la permanence des siens. Pour le reste, après eux le Déluge.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

18:09 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

05/03/2013

Sous-enchère, servez-vous !

 

Sur le vif - Mardi 05.03.13 - 16.53h

 

Des entreprises suisses qui vont recruter directement en France, par le biais notamment de petites annonces, et cela sans passer par les offices de placements suisses : la nouvelle, révélée ce matin par ma consœur Estelle Braconnier, à la RSR, relance la question de la préférence aux résidents pour l’emploi, et, plus généralement, du degré d’implication sociale, voire citoyenne, d’un patron dans le canton ou le pays où il vit.

 

Ces offres se trouvent sur le site internet français du Groupement transfrontalier européen (GTE). D’autres arrivent directement au Pôle Emploi français (l’ex-ANPE). Patrick Schmied, le patron de l’Office cantonal de l’emploi, à Genève, reconnaît l’existence d’une réelle concurrence entre ses services et ceux de la France voisine. « Rien d’illégal », commente Blaise Matthey, le patron des patrons à Genève, tout en précisant qu’il ne les cautionne pas.

 

Rien d’illégal. Certes. Mais le canton de Genève demeure l’un des deux premiers de Suisse dans le record du chômage, alors que la vitalité économique y est évidente. Plus de 5% de nos résidents sont sur le carreau. Bien sûr, notre économie a besoin de frontaliers, bien sûr nous devons entretenir les rapports les plus amicaux possibles avec nos voisins. Mais tout de même ! Que fait l’Etat pour encourager, non par la contrainte, mais de façon séduisante, dynamique, les patrons à un minimum de civisme économique (oh oui, je sais, l’expression va choquer les ultra-libéraux et les libertaires sans frontières) ? Car enfin, ils sont des patrons suisses. Bénéficiant des immenses avantages d’habiter dans notre pays. Pourrait-on imaginer qu’ils socialisent un peu plus l’emploi local, un peu moins leurs pertes, lorsque les choses tournent mal ?

 

Rien de cela n’est le fruit du hasard. Nous sommes là dans l’application pure et dure d’une politique voulue par la majorité de l’actuel Conseil d’Etat à Genève : la libre circulation, sans entraves. Ceux, notamment au PLR, qui ont fait campagne pour ce dogme libéral-libertaire en 2005 et 2009, se mettaient dans leur poche les patrons, dont certains sont si contents d’engager meilleur marché. Alors, une fois élus, ils n’allaient pas les lâcher. Pas tout de suite, en tout cas. Parce que pour la législature 2013-2018, en fonction des nouveaux rapports de forces, ça pourrait bien changer.

 

L’opinion publique genevoise, sur ces questions, a beaucoup évolué. Elle réclame de très sérieuses adaptations à la libre circulation, un retour des contrôles aux frontières, une préférence à l’emploi pour les résidents. A Genève, comme sur l’ensemble de la Suisse, le peuple est demandeur d’un certain retour du protectionnisme, et pas seulement en matière agricole, où il est impérieusement nécessaire. Oserons-nous, un jour, sans nous faire insulter par les libre-circulationnistes, ou les snobinards du Grand Genève, prononcer avec fierté les mots « économie nationale » ou « souveraineté alimentaire » ?

 

Cela, nos gouvernants d’aujourd’hui, à Genève, dans leur arrogance et leur dogme transfrontalier, ne veulent pas le voir. Tant pis pour eux. D’autres, à partir de l’automne 2013, le verront à leur place.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

 

16:53 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Imprimer |  Facebook | |

04/03/2013

Oskar et Léonard

 

Sur le vif - Lundi 04.03.13 - 23.06h

 

Oskar et Léonard sont des êtres si différents. Oskar est entier, terrestre, passionnel. Léonard est complexe, fougueux à l’interne, mais rationnel. Il a appris à dominer son instinct, là où Oskar le laisse vivre, et à profusion. Oskar est musicien, poète, lit Rilke, gagne des concours littéraires, de préférence si le jury ne sait pas que c’est de lui. Il aime le rythme, la couleur de la syllabe, le chant, la guitare. Léonard est un authentique politologue. En France, il connaîtrait l’ensemble des circonscriptions, avec le poids historique des partis, les découpages, les triangulations majoritaires, le legs des radicaux tendance Herriot, ou du MRP de Bidault.

 

Le père de Léonard était un important conseiller d’Etat, l’un de ceux qui ont assumé la lignée radicale au gouvernement depuis 1937. Cela crée un atavisme, un devoir de continuité, jusqu’à la prise en charge, ce soir, de la défense des couleurs. Il y a là du panache. Oskar, après avoir été PDC, a osé l’aventure d’un nouveau parti. Il l’a ancré, hier soir, pour un bout de temps, dans le paysage politique valaisan. Il ne vient pas d’une lignée qui doit porter l’étendard. Il défriche. Avec, ces temps, un certain succès. Léonard continue, Oskar inaugure.

 

Oskar est un maîtrisé qui connaît à merveille l’étincelle du dérapage, Léonard un violent intérieur qui a fini par se contrôler. Dans l’ordre de l’instinct et de la raison, au milieu du gué, les deux hommes, avec la chaleur noircie de leurs alluvions, se rejoignent. Oskar incarne la Vieille Suisse, celle de l’émotion d’appartenance commune, Gemeinschaft. Léonard, jusqu’au bout des ongles, est l’héritier de la Jeune Suisse, celle de 1848, la Raison triomphante, la codification. Oskar, la puissance tellurique du peuple. Léonard, la Céleste Lumière. Oskar, le verbe propulsé, incandescent, Léonard l’argumentaire qui démontre.

 

Le moment de ce soir, celui du défi cueilli à terre, au milieu des décombres, Léonard le guettait depuis tant d’années. Quelque chose à régler avec le passé. Oskar, lui, regarde l’avenir. La prochaine quinzaine sera une affaire de Valais et de Judée, de Dranse déchaînée, de pluie après la vendange, de procession dionysiaque vers la chaleur festive de l'Autel,

 

 

Pascal Décaillet

 

23:06 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

01/03/2013

Promesse d'un Revoir

 

Sur le vif - Vendredi 01.03.13 - 10.34h

 

Hier soir, sur le coup de 23h, je me suis laissé prendre par la magie des images. Sur la chaîne catholique KTO (qui diffuse de remarquables concerts), ils transmettaient, avec quelques heures de décalage, le départ du Pape du Vatican, son trajet en hélicoptère vers Castelgandolfo, ses quelques mots adressés là-bas à la foule, très émue, venue l'acclamer. Sa dernière apparition comme Pape.



Ce qui m'a retenu, c'est autre chose. Avec leur cirque d'hélicoptère filmé par un autre hélicoptère, ce qui m'est apparu avec le plus de majesté, c'est l'incroyable beauté de cette campagne du Latium, vue d'en haut, un dernier jour de février, entre 17h et 18h. Lumière. Non celle, écrasante, de l'été, justement pas. Lumière à trois semaines du printemps, dans un pays qui a un mois d'avance sur nous. Lumière oblique des prémisses du couchant, mais le jour étant là, plus présent que jamais. Fierté des pins parasols, omniprésents. Feuillus, encore dénudés, en attente imminente de la vie qui revienne.



On eût dit des images d'avril. Ou de Pâques. Et la beauté de cette fin d'après-midi, dans cette Italie centrale aux allures de Jérusalem Céleste, nous a fait prendre ces adieux comme la promesse d'un revoir.

 

Pascal Décaillet

 

10:34 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

26/02/2013

Le chemin perdu de nos existences

 

Sur le vif - Mardi 26.02.13 - 08.39h

 

Il y a des mots, lancés à la radio, qui vous arrachent à la torpeur d'un petit matin. Ainsi, Elmar Mock, il y une heure, à la RSR. Simon Matthey-Doret recevait, trente ans après, ce co-inventeur de la Swatch, qui vient de tenir sur les ondes des propos extraordinaires.



N'imaginez pas un entretien sur la mécanique de précision. Mais sur la vie, tout simplement. L'invention, née de la révolte face à la routine. Nécessité absolue d'une rupture par rapport à l'ordre établi des choses, entendez le manque de vision, l'absence de réflexion formelle, la routine. J'ai pensé à la "lésine" dont parle Baudelaire au tout début des Fleurs du Mal.



Je n'entends strictement rien à l'horlogerie. Pourtant, le discours de M. Mock m'a emporté. On aurait pu l'appliquer à l'invention poétique, la rénovation des formes. Et nous tous, auditeurs de cet instant fragile et révélateur, nous pouvons projeter la parole de l'inventeur anarchiste sur nos propres champs d'activité. Très loin de l'image du Géo Trouvetout, ou de celle du savant un peu fou, la fonction de l'inventeur se nourrit de révolte et d'insatisfaction, d'exigence formelle, d'inquiétude dans l'ordre de l'achèvement.



C'est de cette nécessité du désordre que vient de nous parler M. Mock. Un horloger de génie, au petit matin, dans le chemin perdu de nos existences.

 

Pascal Décaillet

 

08:39 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

24/02/2013

Augias.com, ou le Maudet dimanche

 

Sur le vif - Dimanche 24.02.13 - 14.22h

 

Incroyable Maudet ! Il est quand même très fort. Dans l'affaire de la sécurité informatique de l'Etat, révélée fin janvier par le Matin dimanche, et sur laquelle nous l'avions longuement reçu à Genève à chaud, il réussit à apparaître aujourd'hui, non comme celui chez qui les choses vont mal (ne serait-ce que comme légataire de ses encombrants prédécesseurs), mais comme le grand nettoyeur des Ecuries d'Augias. En page 6 du Matin dimanche d'aujourd'hui. Où on ne peut d'ailleurs pas dire qu'il soit particulièrement rudoyé dans les questions.



C'est le génie de Maudet.com. Qu'il écope d'une affaire, il retourne avec brio le fardeau de la responsabilité. Ainsi, dès aujourd'hui, pour l'ensemble du lectorat de la Suisse romande, le jeune ministre donne l'impression d'avoir initié une lutte sans merci pour une meilleure sécurité des données. Alors qu'en fait, il gère dans la tourmente les cadavres qui tombent des placards, chaque fois que d'aventure, il a le loisir d'en ouvrir un.


Pierre Maudet a tout compris de l'art de la communication en politique. Il n'y a nul reproche à lui adresser. Il a bien raison. C'est aux autres de se mettre à son niveau.

 

Mieux: si vous prenez cette fameuse page 6 du Matin dimanche d'aujourd'hui, vous la retournez, vous tombez sur la page 5. Avec une grande photo de... Pierre Maudet, place du Midi à Sion, à côté de Christian Varone. Dans ces conditions d'extatique ubiquité, ne serait-il pas plus simple d'appeler ce journal "Le Maudet dimanche" ?

 

 

Pascal Décaillet

 

 

14:22 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

23/02/2013

Budget 2013 : les spadassins sont fatigués

 

Sur le vif - Samedi 23.02.13 - 18.04h

 

Casser le front du non. C’est, depuis l’automne dernier, le mouvement tactique tenté, de toutes ses forces, par le Conseil d’Etat dans l’affaire du budget 2013. Une intéressante majorité, PLR + UDC + MCG, qu’on espère trouver plus souvent dans la vie politique genevoise, avait tapé du poing sur la table, et refusé le projet de budget du Conseil d’Etat, jugé beaucoup trop déficitaire. Oubliant qu’au Parlement, il n’est pas chez lui, ni dans son bureau, le conseiller d’Etat François Longchamp avait réagi, dans l’enceinte du Grand Conseil, avec une arrogance déplacée. Il était permis, à ce moment-là, pour tous ceux qui croient encore à une droite genevoise, d’espérer, de la part des parlementaires, un combat jusqu’au bout, non seulement pour un budget équilibré, passant par un vrai redimensionnement de l’Etat là où il est hypertrophié, mais aussi pour la dignité du Grand Conseil face à l’exécutif, dans sa tâche de contrôle et de décideur final des lignes budgétaires.

 

Hélas, à lire la Tribune de Genève de ce matin, on perçoit un début de réussite du Conseil d’Etat dans sa manœuvre de diviser le fier mouvement de spadassins de cet automne. Il est clair qu’ils ont dû les entreprendre un à un, comme ils en ont l’habitude, pour les convaincre de la nécessité de l’adaptation, allez on coupe la poire en deux, reconnais que le futur budget sera moins déficitaire, en échange accepte qu’on n’aille tout de même pas jusqu’à l’équilibre, et puis tiens, en année électorale et à une semaine de la votation sur les caisses de pension, on a l’air de quoi, sans budget ?

 

L’intervention de Pierre Maudet, dans la TG de ce matin, c’est celle d’un ministre qui vient pleurnicher pour avoir les sous demandés. C’est cela, et ça n’est strictement rien d’autre. Hélas, les plus influençables de son parti se laisseront impressionner. Parce que la vraie direction du PLR, je veux dire stratégique, n’est pas tant chez le président du parti que dans la personne des conseillers d’Etat radicaux actuellement aux affaires. Ce sont eux qui dirigent tout. Et on peut bien imaginer que, pour un gouvernement sortant, une année électorale sans budget, ça fait un peu désordre. Alors, ils font ce qu’ils ont toujours fait : ils mettent la pression. C’est cela, l’intervention de Maudet ce matin, et rien d’autre.

 

En peignant le diable sur la muraille, le gouvernement joue son jeu. Tous les exécutifs du monde nous sortent la chansonnette, au moment de convaincre le Parlement. Ce qui est beaucoup plus inquiétant, pour qui veut croire à la solidité de la droite genevoise, ce sont ces parlementaires PLR qui, très clairement, dans la même TG de ce matin, lâchent du lest. Que certains croient bon de le faire « à titre personnel » ne change rien à l’affaire : en rase campagne, des pourparlers d’armistice se préparent. En clair, le duo Longchamp-Maudet est en train de gagner une bataille symbolique capitale, à sept mois et demi des élections. Tant mieux pour eux, on ne va tout de même par leur reprocher de faire de la politique.

 

Mais, pour les fiers à bras PLR de l’automne dernier, qu’on voyait déjà comme une avant-garde de la Reconquista du Marécage par une droite cohérente et charpentée (pour le moins dans l’ordre budgétaire, qui n’est pas rien), quel échec !  Quand on lance un défi, il faut aller jusqu’au bout. Lorsque ce défi est aussi, à travers la majorité d’un vote, celui du Parlement comme Chambre de contrôle, lancé à un exécutif jugé trop dispendieux, la défaite est plus grave.

 

Tout cela, à une exception près : le député PLR Renaud Gautier. Lui, dans la TG de ce matin, ne capitule pas. Il maintient la ligne, là où d’autres sont en train de céder. Il assume la cohérence d’un combat légitime mené par la droite genevoise, l’automne dernier, pour un Etat moins gourmand. Surtout, il rappelle à l’arrogance de certains ministres que les parlementaires, même (et peut-être surtout) de leurs rangs, ne sont pas à leurs ordres. Il perdra peut-être la bataille, mais, pour ma part, « à titre personnel », pour reprendre l’expression d’un irrédentiste revenu sur le droit chemin, il emporte, pour longtemps, mon estime.

 

 

Pascal Décaillet

 

18:04 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

22/02/2013

Ce Conseil d'Etat a échoué

 

Sur le vif - Vendredi 22.02.13 - 19.05h

 

Faut-il deux, trois, quatre ou cinq candidats sur la liste ? Chaque parti, ces jours, se pose la question, et tente de répondre en fonction d’une stratégie encore bien nébuleuse : nous sommes, au soir de ce 22 février 2013, à sept mois et demi du premier tour de l’élection au Conseil d’Etat ! La campagne n’a pas encore commencé, tant de choses peuvent se produire d’ici l’automne.

 

Il m’est, pour ma part, parfaitement égal que le PDC parte avec deux candidats, le PLR trois, quatre ou cinq, les socialistes quatre. Je n’arrive pas encore à me projeter sur la législature à venir, si ce n’est, dans une appréhension du futur où la part de l’instinct le dispute à celle du rationnel, un profond, un puissant besoin de changement. Dans la politique à mener. Dans les objectifs pour Genève. Donc, dans les équipes à installer aux affaires, pour le Grand Conseil comme pour le gouvernement. Besoin de nouveaux partis au pouvoir. Besoin, tout simplement aussi, de nouvelles personnes pour incarner la politique de demain.

 

Pourquoi ? Mais parce qu’avant de parler de la législature 2013-2018, on pourrait quand même dire deux mots de celle qui n’est pas encore achevée, la 2009-2013. Je vous le dis de suite : l’une des plus mauvaises depuis la guerre. Les promesses de l’équipe au pouvoir n’ont pas été tenues. Ni en matière de constructions, ni en matière de logements, ni en matière de grands projets (il est où, le début de l’embryon du PAV ?), ni en matière financière. Sur tous ces sujets, essentiels, on nous a beaucoup fait miroiter, à l’automne 2009. Pour un résultat nul, ou presque.

 

Que nous lègue ce Conseil d’Etat ? Un canton endetté, des décennies (quelle que soit l’issue du 3 mars) pour payer, nous les contribuables, les retraites des fonctionnaires. Une fonction publique hypertrophiée dans ses états-majors, notamment au DIP et au DIM. Une politique de sécurité qui ne s’est pas arrangée depuis la campagne de 2009, dont elle était pourtant le thème amiral. Un taux de chômage qui demeure, de loin, le plus élevé de Suisse. Une gestion catastrophique de la mobilité, que les travaux du CEVA, en cours et à venir, ne feront qu’envenimer. Des options stratégiques, dans les transports publics, qui provoquent la colère de la population. Des primes maladie beaucoup trop élevées, et une classe politique qui, malgré ses coups de menton contre Berne, n’a pas réussi à les enrayer. Un Département de l’Instruction publique submergé par les technocrates, au détriment du front de l’enseignement.

 

Ce qu’a su faire cette équipe au pouvoir, c’est tout au plus du marketing. Le PAV : pas l’ombre d’un gratte-ciel à l’horizon, mais de superbes maquettes, oui. Les logements, néant, mais un plan directeur 2030 qui étincelle avec cinquante mille nouvelles habitations purement fictives, sorties de nulle part et auxquelles personne ne feint même de croire. La sécurité : des noms de code qui ont fait rire toute la République, un délice pour les Revues, mais rien sur le terrain, demandez aux pompistes de Perly ou Thônex. Le trafic de drogue qui continue de vivre ses plus belles heures. La prison de Champ-Dollon surpeuplée.

 

Du marketing, oui. Ça, ils savent faire. L’exemple le plus ahurissant de déconnection du réel étant évidemment, avec palmes, celui du « Grand Genève », ce micmac transfrontalier juste bricolé dans les esprits si puissants de quelques rêveurs ou technocrates, sans la moindre légitimité venue d’en bas. Dans ces conditions, je trouve qu’il faut un certain souffle pour oser se représenter. Oh, ils vont nous baratiner d’ici l’automne, enjoliver le bilan, nous fredonner la chansonnette des adversaires qui n’auraient rien à proposer. Ils vont avoir le culot de nous rappeler qu’ils sont, eux, gouvernementaux, comme si on l’était par essence, et non par choix renouvelé du corps électoral.

 

Cet automne, il vaudra la peine, pour le Parlement comme pour le Conseil d’Etat, de donner leur chance à de nouveaux partis. Surtout, à de nouvelles personnes pour incarner d’autres options politiques. Parce que là, Mesdames et Messieurs les sortants, la poudre aux yeux, le perlimpinpin, c’est bien joli, ça va un moment, vous nous avez déjà largement fait le coup en 2005 et 2009. Mais il y aura une autre réalité, funeste, mais mesurable et vérifiable, qui se dressera face à vous comme un mur : cela s’appelle un bilan.

 

Pascal Décaillet

 

19:05 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

21/02/2013

Cinquante mille logements - Sur le papier !

 

Sur le vif - Jeudi 21.02.13 - 16.20h

 

On se pointe, on se pénètre d'airs très sérieux, on lance un chiffre, « cinquante mille logements d’ici 2030 », personne n’y croit, on le sait, mais on le balance quand même. On a beau arriver avec des centaines de pages, un concept marketing à décoiffer le brushing, le mot « envie » comme blason, personne n’oublie qu’on est en année électorale, que promettre monts et merveilles à si long terme n’engage à rien. Personne n’est dupe du primat de la communication électorale sur l’enjeu réel. La preuve ? Je vais vous la donner : les mots les plus durs, hier soir déjà, oh juste par échappées, par glissements, émanaient du propre camp du conseiller d’Etat.

 

Pourquoi ne pas dire les choses franchement ? Les Genevois en ont plus que marre qu’on leur promette du logement théorique. Les cinquante mille de 2030 ils s’en foutent, ils préféreraient nettement cinq mille en 2013, ou 2014. Du palpable. Du visible. Di bon vieux béton qu’on peut toucher, avec des dalles que l’on coule, des armatures métalliques, l’odeur de glaise du chantier. Mais les cinquante mille virtuels de 2030, c’est l’avenir, version boule de cristal.

 

Et puis, il y a cette tyrannie de l’inéluctable. On pose comme acquise la présence de cent mille personnes supplémentaires d’ici dix-sept ans. Il faudrait absolument s’y résoudre. Mais dire cela, c’est déjà un parti pris : la politique du laisser-faire démographique, du laisser envahir, là où on pourrait imaginer un aménagement plus raisonnable, plus mesuré, avec des constructions de qualité qui ne soient pas celles du baby-boom des années 50, 60, 70, dont des villes comme Onex, Lancy, Vernier ont vu le résultat.

 

L’aménagement du territoire, bien au-delà de la LAT du 3 mars prochain, passionne les Suisses. L’initiative Ecopop se profile, qui pose d’essentielles questions concernant la nature du paysage, celle du relief, du rapport à la terre dans notre pays. Construire oui, mais pour qui ? L’initiative Weber, déjà, a donné des signaux. Les habitants de notre pays ne veulent tout simplement pas d’une Suisse de onze ou douze millions d’habitants. Et il faudrait, comme cela, à Genève, dans une idéologie de pure croissance libérale, à laquelle s’ajoute le credo transfrontalier, bétonner tous azimuts. A cela, beaucoup disent non, à Genève comme sur l'ensemble de notre pays, qui entrent en matière, eh oui, pour lier la question de l'aménagement du territoire à celle d'un contrôle - mesuré, mais réel - des flux migratoires.

 

Vous avez remarqué ? Il y a quatre ans, c'était la CEVA. Quelques mois avant les élections, un bon vieux programme de bétonnage, aussi volontariste que virtuel, ça fait plaisir au patronat de la construction, et au patronat tout court, qui sans doute veillera à financer vos campagnes. Une fois réélus, vous pourrez vous permettre de redevenir beaucoup plus prudents. Au final: on construira, espérons-le tous, mais jamais à hauteur des cinquante mille promis, ni même de la moitié.

 

Ces cinquante mille logements, ceux qui, hier, nous les ont brandis, le savent très bien. Mais voilà, il est pour certains d’entre eux  deux échéances autrement plus tangibles, plus réelles que celle de 2030 : le dimanche 6 octobre et le dimanche 10 novembre 2013.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

 

16:20 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

16/02/2013

Douaniers sans frontières

 

Sur le vif - Samedi 16.02.13 - 19.43h

 

Jamais reçu, depuis des années, autant de courrier positif que pour mon papier de la semaine dernière, dans GHI, « Grand Genève : arrêtez de nous bassiner ! ». Les lecteurs me remercient d’avoir dit tout haut ce qu’apparemment, beaucoup d’entre eux pensent tout bas. Bien plus nombreux qu’on ne l’imagine ! Snobisme et prétention de ces deux mots, qui sonnent comme un Gross Paris provincial. Mais surtout, machin, machinerie, concoctée horizontalement par des gens n’ayant nullement été mandatés par leurs peuples pour cela. Truc de cocktails. On passe des accords, comme ça, on veut ignorer l’existence d’une frontière. On prend des options sur l’avenir sans en référer à Berne, ni sans doute à Paris. Mais moi, c’est plutôt Berne qui m’intéresse.

 

Dernier épisode en date : le stade. Au nom du Gross Genf. Et on y va, des clubs français sur la prairie, et on n’aurait demandé à personne, et le peuple, on le mettrait devant le fait accompli. Vous avez souvenance, vous, d’avoir été consultés sur le « Grand Genève » ? Ce machin, il a une légitimité démocratique ? Une armature institutionnelle ? Il émane d’une puissante volonté du peuple souverain ?

 

Bien sûr, nous devons bien nous entendre avec nos voisins. Jamais dit le contraire. Et jamais, sous ma plume, la moindre remarque désobligeante sur nos amis de l’Ain ou de la Haute-Savoie. Ni sur les frontaliers. Mais la collaboration, pas comme ça. Pas par une usine à gaz, imposée d’en haut par quelques élus tétanisés par l’illusion d’un monde – bien irréel – où les frontières auraient disparu. Désolé, mais pour l’heure, elles sont encore là. Il y a un pays qui s’appelle la Suisse. Et un autre, qui s’appelle la France. Dieu sait, à titre personnel, si je les aime les deux, si j’en connais l’Histoire, et les reliefs, et les végétations, et les livres. Mais comme citoyen, il se trouve que je suis Suisse. On me permettra de défendre en priorité les intérêts politiques, économiques, sociaux et stratégiques de mon pays. Dire cela, ça n’est en rien nier la nécessité d’un bon voisinage. C’est juste remettre les pendules à l’heure.

 

Et puis, tiens, s’ils veulent absolument le Grand Genève, je leur suggère un truc amusant : faire voter le peuple. Le résultat pourrait être assez fracassant. Et refroidissant pour une bonne génération.

 

Pascal Décaillet

 

19:43 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

13/02/2013

Fuites Sixtines

 

Sur le vif - Mercredi 13.02.13 - 15.28h

 

Messieurs les Cardinaux,



Si vous souhaitez, depuis le Conclave, me donner par SMS, de temps à autre, une petite information sur l'état de vos travaux, oh juste comme ça, sous le pourpre de la chasuble, l'air de rien, d'un doigt léger, ne vous privez pas de cette extase. Cela se fait, voyez-vous, en d'autres chapitres, à l'écart de vos Tibres latins, en des Romes plus protestantes. Oui, d'autre reclus, parfois, se livrent à moi. J'en fais toujours le meilleur des usages, et paye en Indulgences les plus audacieux des émissaires.

 

Je vous souhaite, Messieurs les Cardinaux, les heures les plus douces et les plus inspirées. Je sais, là où vous serez, et où je fus souvent, il y a au plafond des choses un peu terrorisantes, mais n'ayez crainte: les deux personnages, tout là-haut, ont bien plus de souci à s'effleurer le doigt qu'à guetter vos digitales fuites. A très bientôt, dans l'imminente lueur de l’Éminence.



Monsieur X

 

15:28 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

12/02/2013

La Revue des Deux Mondes

 

Sur le vif - Mardi 12.02.13 - 19.28h

 

Je n’ai jamais très bien compris, pour ma part, le signal que voulaient donner les députés en présentant une Revue. Oh, je ne doute pas des talents d’artiste des uns et des autres, dans les domaines du théâtre, de l’humour ou de la chanson. Je ne doute pas, non plus, que ce soit au final un beau spectacle, agréable, drôle, piquant. Mais enfin, qui sont-ils, les députés ? Une centaine d’hommes et de femmes, venant de sept partis différents, rassemblés en deux blocs antagonistes, s’étant présentés à nos suffrages, nous les citoyens, pour œuvrer au mieux, pendant quatre ans, au bien de la République.

 

Je ne doute pas qu’ils le fassent. Et n’irai pas leur chercher noise jusqu’à prétendre que le temps passé aux répétitions et aux spectacles leur ôterait toute énergie pour accomplir leur mission première. Non, rien de tout cela. Mais quand j’entends qu’ils viennent demander, eux les élus du peuple, chargés d’accoucher d’un budget qu’on attend toujours, en ces temps si déficitaires, une subvention publique de 25'000 francs, alors là désolé, je vois rouge. Ça n’est pas la somme qui provoque ma colère (encore qu’elle soit loin d’être fluette), mais la maladresse politique, ou alors l’inconscience, ou encore l’arrogance, la coupure du peuple. Il y aurait d’un côté le monde, de l’autre leur monde, et puis il y aurait encore, sur la fiction des planches, la Revue des Deux Mondes. Comme si ce petit monde vivait à ce point en vase clos qu’il en aurait oublié les signaux les plus élémentaires de décence, face à la population.

 

Pire : nous sommes à moins de vingt jours d’une votation historique. Dans tous les cas, oui ou non le 3 mars, le citoyen contribuable sait qu’il devra passer à la caisse pendant des décennies pour éponger la sous-couverture des caisses de retraite de l’Etat. Cela n’a rien à voir avec la Revue ? Si. Cela crée ce qu’on appelle un contexte. Cela, à très juste titre, met le cochon de citoyen payeur dans une humeur bien mal ajustée à débourser davantage encore. Et à quelles fins, je vous prie ? A fins de financer le spectacle récréatif de ceux-là mêmes dont on attend que l’énergie première soit entièrement mise dans le redressement de nos finances.

 

Alors, désolé, quels que soient vos talents, Mesdames et Messieurs les députés, comme citoyen payant ses impôts depuis l’âge de sa majorité, donc depuis 34 ans, dans ce canton, je dis non. Si vous voulez de l’argent, adressez-vous à ceux d’entre vous qui savent – avec génie, lorsqu’il le faut – dénicher des mécènes.

 

Pascal Décaillet

 

19:28 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

08/02/2013

Moine ou politicien, il faut choisir

 

Sur le vif - Vendredi 08.02.13 - 15.10h

 

Le classement des députés les plus versatiles ne veut strictement rien dire. La politique est - entre autres - un art de la ductilité. On peut être un très grand homme, visant haut et voyant loin, tout en faisant preuve, pour parvenir à ses fins, d'habileté et d'adaptation. Nulle trajectoire, en politique, n'est rigoureusement droite. Atteindre le but passe par une prise en compte de la savoureuse complexité du monde. Il faut composer. Tout en gardant en tête l'objectif final. Lequel est d'ailleurs modifiable en fonction des circonstances. L'opportunité. Ce que les Grecs appellent le "kaïros". La politique n'est absolument pas faite, quoi qu'en pensent les idéalistes, pour les butés d'une seule idée, les tétanisés de la ligne droite, les marmoréens de l'Arche Sainte. Laissons cela aux moines. Et aux Croisés.



Pascal Décaillet

 

15:10 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |