Réflexions sur l'uniformité de la presse en Suisse romande (10/11/2020)

 
Sur le vif - Mardi 10.11.20 - 12.40h
 
 
Depuis l'âge de seize ans (Watergate, 1974), je m'interroge sur l'unanimité de la presse romande en faveur des Démocrates.
 
Il y a deux grands partis, depuis deux siècles, aux États-Unis, les Démocrates et les Républicains. Chacun a donné au pays son lot de grands hommes, de grandes lois, de grands Traités internationaux.
 
Malgré cela, la presse romande roule systématiquement pour les Démocrates.
 
Entre 1969 et 1974, elle n'a cessé de noircir Richard Nixon, et cela avant Watergate, passant sous silence ses percées diplomatiques avec la Chine, l'URSS et le Proche-Orient. L'ouverture de son administration au monde arabe lui a donné une capacité d'arbitrage que les États-Unis, dans cette région, n'ont plus depuis longtemps. Les Accords de Paris, scellés par Kissinger, ont permis la fin du pire psychodrame vécu par les États-Unis depuis 1945 : la guerre du Vietnam. Un conflit commencé (comme presque toujours dans l'Histoire américaine) par des Démocrates (Kennedy, Johnson), terminé par le Républicain Nixon.
 
Malgré ces faits historiques, objectifs, vérifiables, la presse romande ne cessait de noircir Nixon.
 
La presse romande a encensé Jimmy Carter, Démocrate. Elle a flingué pendant huit ans le Républicain Ronald Reagan. Plus tard, elle est entrée en pâmoison face au Démocrate Obama, refusant par exemple de prendre en compte son incroyable bellicisme pendant huit ans. Puis, elle a passé quatre années à vomir le Républicain Trump. Déjà, elle sanctifie le Démocrate Biden et jouit d'extase devant l'icône Kamala Harris.
 
Pourquoi cette systématique pro-Démocrate ? Plusieurs clefs d'explication. La presse romande, à dominante de centre-gauche, s'imagine (à tort, à bien des égards) que les Démocrates américains, c'est la gauche. Alors que les plus ultra-libéraux, les plus dérégulateurs, les plus féroces libre-échangistes, se trouvent souvent dans leurs rangs.
 
Et puis, les Démocrates, c'est le parti des icônes. Roosevelt, assurément l'une des plus grandes figures de l'Histoire américaine, qui a relevé l'économie avec le New Deal, puis gagné la Seconde Guerre Mondiale. Kennedy, le beau John, figure de cinéma, destin de légende. Qu'il fût le premier à mettre le doigt dans l'engrenage du Vietnam (avec des dizaines de milliers de "conseillers militaires" américains envoyés sur place), n'émeut pas une seule seconde nos beaux esprits. Une icône, on la juge sur la couleur, la dorure, la flamboyance, pas sur le contenu.
 
L'icône Kennedy. L'icône Obama. Et maintenant, l'icône Kamala Harris. Trois exemples, où la pâmoison l'emporte sur le jugement, le besoin de sanctifier précède le sens critique, la mise en vedette s'opère sur le modèle des stars d'Hollywood.
 
Les Républicains, parti plus rugueux, plus provincial dans ses attaches profondes, moins urbain, moins onirique dans ses références, se prêtent moins à l'iconographie. Leurs héros surgissent souvent d'une Amérique profonde qui rappelle davantage les romans de Steinbeck, avec leur noirceur et leur misère, que les rêves en Technicolor. Lisez la biographie du jeune Richard Nixon, dans l'avant-guerre, le rôle des Quakers dans sa formation, l'austérité de son entourage, vous saisirez beaucoup de choses. On est loin des romans de Scott Fitzgerald.
 
La presse romande adore les Démocrates, déteste les Républicains. C'est un fait. Et c'est d'ailleurs son droit le plus strict. Ce qui est intéressant, c'est de comprendre pourquoi. De quelle matrice intellectuelle, culturelle, linguistique, sortent les journalistes romands ? Quels films, quels livres, les ont-ils fait rêver ? Quels livres d'Histoire ont-ils lu ? Quelle musique écoutent-t-ils ? Quels maîtres, ou quels gourous, ont-ils suivi ? D'où leur vient cette fascination pour la langue anglaise, au détriment (par exemple) de l'allemand, de l'italien, langues nationales suisses ? Et pourquoi pas le grec, l'arabe, le russe ? Pourquoi diable leur vision du monde paraît-elle à ce point uniforme, alignée, formatée ? Ces questions s'appliquent aux États-Unis d'Amérique. Mais, tout autant, à l'Union européenne. A l'idée de nation, de patrie, de souveraineté, d'indépendance. Au binôme protectionnisme / libre échange.
 
Résoudre le problème de la désespérante uniformité idéologique de la presse romande, c'est s'attaquer à toutes ces questions-là. Et bien d'autres encore. Elles sont, au fond, infiniment plus culturelles que politiques. Pour comprendre, il faut aller chercher la matrice intellectuelle. Ce qu'elle a pu avoir, depuis des décennies, de séduisant. Mais aussi, de terrorisant, par le modèle unique qu'elle n'a cessé d'imposer.
 
 
Pascal Décaillet
 

13:28 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |