Covid : un peu de respect, SVP ! (11/11/2020)

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 11.11.20

 

Voilà un sacré bout de temps que j’alerte l’opinion publique, ici et ailleurs, sur les tonalités rugueuses avec lesquelles, du haut de la hiérarchie sanitaire cantonale genevoise, on s’adresse aux personnes qui doivent se placer en isolement. On leur parle comme à des pestiférés ! La circulaire, venant de la Direction générale de la Santé, et intitulée « décision de placement en isolement » rappelle des périodes qu’on espérait révolues. Je ne conteste en aucun cas, ici, le fond de l’affaire, et invite chacun d’entre nous à se conformer aux règles. Mais nous sommes des citoyennes et des citoyens, pas des lépreux errants des temps médiévaux, avec leurs clochettes, et nous avons droit, quand on nous parle, à un minimum de respect.

 

Ce minimum, la circulaire le piétine. Il faut voir comme on nous parle, comme le chante si bien Souchon, il faut soupeser toute la morgue dont l’autorité (sanitaire, en l’occurrence) peut faire preuve, lorsqu’elle se sent supérieure, s’adresse à nous d’en haut, cautionnée par une autorité politique de tutelle qui semble fermer les yeux. La circulaire est libellée exactement comme un acte juridique : « En fait », « En droit », puis… « Par ces motifs, la Médecin cantonale décide de l’isolement de Monsieur X, Madame Y, etc. ». Un peu plus loin, il vous est signifié, de manière encore plus charmante, que « si la mesure n’est pas suivie, elle peut être exécutée par voie de contrainte, notamment par un transfert dans un autre lieu approprié, si nécessaire avec l’appui de la police cantonale » !

 

Cette circulaire est un scandale. A qui s’adresse-t-on ? A des malfaiteurs, des gens qui ont transgressé la loi, pulvérisé des records de vitesse sur les routes ? Non ! On s’adresse à des hommes et des femmes libres, contribuables (et payant en cela le salaire des fonctionnaires), qui n’ont rien fait du tout, si ce n’est que le destin, le hasard de cette saloperie de virus est tombé sur eux. De quoi être inquiet, fragilisé ! Le moindre des choses serait de s’adresser à eux comme un médecin à des patients, avec respect, empathie. Et non comme un garde-chiourme. J’aimerais bien avoir en face de moi l’auteur de cette circulaire, pour lui dire ce que je pense, pas vous ?

 

Cette lamentable affaire doit nous amener à réfléchir. Sur la nature du pouvoir – tout pouvoir, d’où qu’il vienne – mais aussi sur le sentiment d’impunité qui semble habiter certaines hautes strates de la fonction publique, lorsqu’elles parlent aux administrés. Mais encore, sur la complicité ou l’aveuglement de l’autorité politique de tutelle : cautionne-t-elle ce ton, oui ou non ? Quant à la noirceur du pouvoir, elle est partout. Y compris – nous le découvrons, à la faveur de cette crise – dans le milieu des médecins. On avait déjà pas mal entendu parler de la verticalité des mandarins. Il nous reste à nous confronter aux pépins malvenus des mandarines.

 

Pascal Décaillet

10:47 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Imprimer |  Facebook | |