Les divagations du Triste Sextuor (14/11/2020)

 
Sur le vif - Samedi 14.11.20
 
 
J'espère avoir mal, lu, mais si vraiment l'Etat interdit la manif des commerçants, alors qu'il a laissé faire toutes les autres, notamment celle des fonctionnaires, avec des milliers de personnes dans les rues, en nous baratinant avec des histoires de droits politiques fédéraux, alors là, pour ce gouvernement, c'est le début de la fin.
 
Deux poids, deux mesures. On cajole sa chère clientèle électorale de la fonction publique, pour faire passer le Budget 2021, qui creuse jusqu'aux Mariannes le déficit et la dette. Dans le même temps, on réduit au silence les petits entrepreneurs de la classe moyenne, qui sont la sève économique de ce Canton. Et qui n'ont pas le Komintern cartellaire pour défendre leurs intérêts.
 
Soit on interdit toutes les manifs (j'y suis absolument favorable), soit on les autorise. On ne privilégie pas celles qui nous arrangent politiquement. C'est un peu comme les délais pour les récoltes de signatures, quand tel référendum déplaît au gouvernement. Ce Triste Sextuor est au bout. Il ne tiendra pas jusqu'au printemps 2023.
 
Ce Conseil d'Etat 2018-2023 devient le problème no 1 à Genève.
 
 
 
Pascal Décaillet
 
 

11:31 | Lien permanent | Commentaires (36) | |  Imprimer |  Facebook | |