Les Lumières et l'atelier de la langue (15/01/2021)

 
Sur le vif - Vendredi 15.02.21 - 11.20h
 
 
Tribu (RSR) - La philosophe Corine Pelluchon parle admirablement des Lumières.
 
L'écouter nourrit ma réflexion sur l'Aufklärung, puis sa dénonciation par le Sturm und Drang, et la plongée dans les particularismes de la langue et des récits allemands, à partir des années 1770.
 
Corine Pelluchon évoque à plusieurs reprises, dans son entretien de ce matin, l'opposition entre la prétention des Lumières à l'universalisme, et l'immersion de leurs adversaires dans le foisonnement des singularités. Je pense, en l'écoutant, aux Frères Grimm et à leur époustouflant Dictionnaire de la langue allemande. Je pense au Sturm und Drang. Je pense à la redécouverte des textes grecs - autre civilisation de la pluralité - par Friedrich Hölderlin.
 
La prise de congé de l'Aufklärung par les plus grands esprits allemands, autour de 1770, et pour plusieurs générations, dans les années de la Révolution française et les décennies qui suivent, constitue, vous avez pu vous en rendre compte, l'un des axes majeurs de ma réflexion sur la genèse de l'idée de nation (cf Fichte) dans les Allemagnes.
 
À tout cela, j'ai déjà consacré de nombreux textes de ma Série en 144 épisodes sur l'Histoire allemande. Et j'y reviendrai largement. Particularismes contre universalisme, Gemeinschaft en opposition à Gesellschaft, ces thèmes centraux doivent absolument être traités. Si on veut, plus tard, aborder, dans l'Histoire allemande, les tragédies du vingtième siècle.
 
Toute ma réflexion sur l'Histoire allemande est une réflexion sur l'Histoire de la langue allemande elle-même, c'est pourquoi je commence en 1522, avec la traduction de la Bible par Luther. Puis, tous les poètes, Hölderlin, Stefan George, Paul Celan. En parallèle, l'Histoire musicale allemande, qui me passionne jusque dans ses moindres détails.
 
Tout cela forme un tout. Il me semble qu'un fil invisible relie les éléments d'apparence disparate, comme chez Wagner. Écouter Corine Pelluchon, la qualité de sa langue et de ses réflexions, nourrit l'atelier - encore tellement désordonné - de mon travail.
 
 
Pascal Décaillet
 

12:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |