Pourquoi sommes-nous ici ? (28/01/2021)

 
Publié sur mon site FB - Jeudi 28.01.21 - 14.56h
 
 
Si le géant sur lequel nous nous exprimons ici, perçu par nous comme espace de liberté, devient un cloître de censure, alors il nous appartient, à nous, de choisir l'émigration.
 
Pourquoi sommes-nous ici ? Parce que nous sommes des hommes et des femmes libres, et que nous entendons le rester. Nous n'avons pas attendu le féminisme pour nous respecter d'un genre à l'autre. Nous n'avons pas attendu le climatisme pour aimer passionnément la nature. Nous n'avons pas attendu le moralisme pour nous comporter correctement sur cette Terre.
 
Pourquoi sommes-nous ici ? Parce que ce réseau social (Facebook) offre à chacun d'entre nous, tel qu'il est et sans avoir à se farder, une fenêtre ouverte pour s'exprimer. Pour ma part, depuis une dizaine d'années, je tiens ici mon journal. Politique, culturel, historique, musical. J'écris des textes, vous aimez ou non, chacun est libre, et c'est tant mieux. Je tiens mon journal, et je vous prends à témoins, depuis juillet 2015, de l'immense chantier dans lequel je me suis lancé : raconter l'Histoire de l'Allemagne, depuis 1522, en 144 épisodes. Je publie ici ce qui sera, sans doute, un jour, un ouvrage. Je publie en feuilleton, en attendant le résultat d'ensemble.
 
Pourquoi sommes-nous ici ? Parce que nous aimons la liberté. Celle du verbe, celle de l'esprit. Nous ne sommes pas des traceurs de marges, nous vivons dans le corps des textes, nous voulons vivre, respirer, à visage découvert. Et, puisque le temps est au masque pour raisons sanitaires, que du moins, ici, nous puissions rire et sourire, séduire, laisser se rapprocher nos âmes. Car nous avons des âmes.
 
Pourquoi sommes-nous ici ? Parce que nous ne trouvons plus, dans les journaux traditionnels, cette liberté d'être et de dire qui vivifie les cœurs. Nous n'y trouvons plus que convenance, obédience, uniformité. Nous espérons mieux de l'écriture. Nous en attendons autre chose.
 
Nous sommes ici pour la liberté. Mais si le support lui-même se met à ressembler à ces dieux qui dévorent leurs enfants, ou d'autres leurs parents, ou à ces chasseurs d'hérétiques qui bâillonnent les âmes, alors nous émigrerons. Nous irons chercher ailleurs le support de nos échanges. Au besoin, nous en créerons nous-mêmes. Une infinité de réseaux locaux, confiants et fraternels, dans la passion du savoir et dans celle du verbe, plutôt qu'un Moloch mondial.
 
 
Pascal Décaillet

15:22 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |