Trottoirs de la négligence et loi du silence (03/06/2021)

 
Sur le vif - Jeudi 03.06.21 - 09.27h
 
 
Service des votations : tout mettre sur la Poste, et rien sur le Canton, c'est le discours en vogue dans la classe politique genevoise, principalement dans les deux partis de l'Entente. Ce discours, je ne n'accepte pas.
 
Bien sûr que le facteur a commis une bourde monumentale. Mais désolé, c'est le Conseil d'Etat genevois qui est responsable du parfait acheminement, en totale sécurité, de l'acte suprême des citoyennes et citoyens du Canton, leur vote souverain.
 
Le Conseil d'Etat, dont dépend la Chancellerie, donc le Service des votations. Si ce dernier choisit l'acheminement des bulletins par la Poste, il doit en assumer toutes les conséquences. S'il est incapable, un week-end de Pentecôte, d'envoyer quelqu'un s'assurer, par acquis de conscience, que tout est en ordre (cela prend quelques minutes), s'il ne transmet pas à la Poste un code d'entrée, alors il y a un problème.
 
Dans notre démocratie suisse, le patron, c'est le peuple. Et là, le peuple genevois, on a laissé gésir 7'000 de ses bulletins sur un trottoir, pendant 72 heures. Il y a une responsabilité de la Poste. Et il y a une responsabilité du Service des votations : impéritie, fonctionnement archaïque, manque d'anticipation, négligence. Nous sommes en plein processus de vote, liturgie républicaine sacrée, pour le 13 juin, elle inclut le long week-end de Pentecôte, eh bien on est au taquet, on envoie quelqu'un "guigner" si tout est OK : il n'est pas supportable que ces bulletins aient croupi 72 heures, sur le trottoir.
 
Seulement voilà, dans la classe politique genevoise, notamment du côté de l'Entente, on s'y entend à merveille pour protéger les siens. Deux émanations de l'Etat sont concernées, aux mains de ces deux partis. Alors, on met tout sur la Poste, et on s'empresse de nous dire que le Canton n'a rien à se reprocher. Eh bien ce discours, je le conteste. Il suinte la barbichette. Il y a, autour du Service des votations et des opérations électorales à Genève, depuis longtemps, des réseaux de protection, et une loi du silence.
 
Cela, il faut le dire. Et rien, ni personne, ne m'empêchera de le dire.
 
 
Pascal Décaillet

09:52 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |