Aux réseaux sociaux, mon infinie reconnaissance (29/12/2021)

 
Publié sur mon site FB - Mercredi 29.12.21 - 11.35h
 
 
Les réseaux sociaux ? Mais c'est absolument génial ! Je le répète depuis des années, je le confirme ici, plus que jamais. Pour préciser ma pensée, je vous expose brièvement mon usage personnel (chacun a le sien) du réseau sur lequel nous sommes, le seul que j'utilise d'ailleurs.
 
Pour ma part, jamais de vie privée. Pour autant, je ne fais nul procès à ceux qui exposent leurs conjoints, leurs enfants, leurs proches sur le réseau. C'est leur choix. Pas le mien.
 
Je suis un être avide de connaissances, depuis toujours. A cet égard, bien utilisé, avec des choix précis et rigoureux dans les contacts, soigneusement ciblés en fonction des goûts et des affinités, le réseau est une prodigieuse source d'informations. Mes passions dévorantes pour l'Histoire, pour la musique, y trouvent chaque jour mille surprises. A cet égard, l'algorithme, loin d'être le barrage que d'aucuns prétendent, s'avère au contraire une extraordinaire boîte à surprises.
 
Exemples. Telle page d'Histoire allemande (l'un des domaines intellectuels qui m'occupent le plus, depuis bientôt un demi-siècle), telle archive, telle vidéo jusqu'ici inconnue, s'offrent à mes yeux chaque heure de la journée, chaque fois que je consulte le réseau. Je prends, je ne prends pas, je suis libre. Idem, mais multiplié par dix, pour les archives musicales. Mes compagnons quotidiens du réseau s'appellent Furtwängler, Clara Haskil, Martha Argerich, Haitink, Abbado, Harnoncourt, Mariss Jansons, et des centaines d'autres. Jamais aucun journal, aucune aucune chaîne de TV (à part Mezzo, ou Stingray Classica) ne m'ont offert un tel choix, un tel enrichissement, à tout moment de la journée.
 
A l'outil nommé réseau social, j'adresse avant toute chose mon infinie reconnaissance. Dans les domaines que j'ai choisis, la magie de l'algorithme a - mieux que moi-même, comme être conscient et volontariste - su déceler mes passions profondes. Du coup, elle fait apparaître sous mes yeux des trésors qui correspondent exactement à mes appétits cognitifs, intellectuels, esthétiques, culturels. Jamais auparavant, aucun journal, aucun média, n'a fait cela pour moi. Alors oui, je dis au réseau ma profonde gratitude.
 
Mais je dis aussi mon exaspération. Je ne peux tout simplement plus supporter l'imbécile gravité des donneurs de leçons qui, du haut des médias traditionnels, passent leur temps à dégueuler sur les réseaux sociaux. C'est quoi, leur problème, à ces pisse-vinaigre ? Ils sont jaloux ? Ils veulent conserver leur pouvoir ? Ils s'imaginent qu'ils constituent encore l'univers de référence dans l'espace intellectuel et culturel ? Mais ils se prennent pour qui ?
 
Je dis : "Vivent les réseaux sociaux !". Bien sûr, ils sont capables du pire : la meute, par exemple. Mais ça n'est pas l'outil (l'organon, au sens grec, celui d'Aristote) qui est responsable de ces saloperies. Ce sont certains utilisateurs. Lâches, anonymes, camouflés derrière le grégaire. Immondes, ils le seraient avec ou sans le réseau. Ils profitent juste des failles temporelles d'un système naissant. Et qui a devant lui des décennies pour se développer. Se défaire de ces scories de départ. Enrichir le monde de la connaissance partagée. La bibliothèque universelle. La phonothèque de toutes les résurrections : Lipatti, Callas, Tebaldi. L'accès, pour tous, à des milliards de documents jusqu'ici recelés furieusement par des clercs, dans des caves, des cryptes, des cavernes d'Ali Baba.
 
J'aime les réseaux sociaux. En tout cas celui-ci, sur lequel nous sommes. Et vous aussi, vous l'aimez. Sinon, que diable feriez-vous ici, à me lire ?
 
 
Pascal Décaillet
 

12:20 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |