Le chef, c'est Macron. Pas Mélenchon (02/05/2022)

 
Sur le vif - Lundi 02.05.22 - 09.59h
 
 
On peinera à trouver en moi en partisan de Macron. Mais le vainqueur de la présidentielle, c'est lui. L'élu légitime, pour cinq ans, c'est lui. Le pierre angulaire, jusqu'en 2027, c'est lui. Ainsi le veut la Cinquième République. Ainsi le décrit, avec un saisissant génie prémonitoire, le Discours de Bayeux, prononcé par Charles de Gaulle le 14 juin 1946, au début d'une longue traversée du désert de douze ans, pendant laquelle la France sera livrée à l'impuissance impersonnelle des partis.
 
Idéologiquement, je ne suis pas pour Macron. Je soutiens, en grande partie, les idées de sa rivale du second tour : indépendance, souveraineté, refus de toute supranationalité, contrôle draconien de l'immigration, et surtout droits populaires, permettant au peuple d'influer directement sur le destin national.
 
Je ne suis pas pour la politique de Macron, mais c'est lui qui a gagné le 24 avril. La pierre angulaire, c'est lui. Le choix du Premier ministre, en absolue liberté, c'est lui. La politique étrangère, c'est lui. La défense nationale, c'est lui. Ainsi le veut, depuis plus de mille ans, la vieille séparation française entre l'Etat et le gouvernement, le Roi et le Sénéchal, le Président et le Premier ministre.
 
Dans ces conditions, il est totalement insupportable que le troisième homme du premier tour exige des Français qu'ils le "nomment Premier ministre". On ne refait pas la présidentielle, on ne refait pas un combat personnel, alors que ce dernier, celui de l'incarnation pour cinq ans, vient justement d'être tranché. Le procédé, en plus d'être d'un égocentrisme démesuré, est pitoyable de confusion, volontairement instillée, car l'homme est très intelligent.
 
Mélenchon a le droit de rêver d'une Sixième République. Mais on ne change pas les règles en cours. Pour l'heure, la France est sous la Cinquième. Hélas, cette stupidité de quinquennat fait coïncider, depuis vingt ans, le temps législatif avec le temps présidentiel. De quoi accentuer la confusion. Mais le Président est le Président. Il incarne l'Etat, pour cinq ans. En aucun cas ses mains ne sont liées, pour le choix du Premier ministre.
 
Mélenchon est un égocentrique de la toute dernière démesure. Au moment d'entamer le combat législatif, d'essence éminemment collective, il arrive encore à tout ramener à sa personne : "Elisez-moi Premier ministre !". Le jour venu, cet égo le perdra.
 
Je ne suis pas pour Macron. Mais il a été élu pour cinq ans. C'est ainsi. Il faut respecter le scrutin. Puisse-t-il, garant des institutions, préserver la France de la folie de pouvoir du Premier tambour des exécutions.
 
 
Pascal Décaillet

10:22 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |