La pointe de la dague (04/05/2022)

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 04.05.22

 

Il n’en manquait plus qu’un, et ce fut celui-là. Au moment où semblait émerger, enfin, la possibilité d’une droite unie pour Genève, il ne manquait que la pointe d’une dague : ce fut, au, douzième coup de minuit, l’étincelante lame du PDC. Toute personne, munie d’un minimum de lucidité, ayant pris connaissance des propos de la présidente de ce parti, ci-devant nommé désormais « Le Centre », a compris une chose : il n’y aura pas de droite unie, la gauche rigole déjà en coulisses, les ferments de dispersion l’emportent, la médiocrité générale peut en reprendre pour cinq ans. Que du bonheur.

 

La droite unie, pourtant, ça n’est pas l’uniformité, sinon un parti unique ferait l’affaire. Mais c’est un socle commun. Un tel projet exige, de la part de chacun (PLR, UDC, PDC, et pourquoi pas MCG, Verts libéraux) un minimum d’ampleur de vue, de sens de la synthèse, de hiérarchie des priorités, pour mettre l’accent sur ce qui rassemble, plutôt que sur les divisions. La gauche, elle, ne s’en prive pas : malgré les différences hallucinantes entre sociaux-démocrates et certains ultras de la gauche radicale, elle parvient tactiquement à trouver des compromis. La droite, jamais. C’est un peu dommage. Parce qu’elle est nettement majoritaire, dans le Canton.

 

Dès lors, que faire ? Se jeter dans le lac ? Offrir son corps à la voracité des brochets ? C’est une option. L’autre, c’est de construire un projet avec la vraie droite, celle qui ne passe pas son temps à louvoyer. Avec un axe fort PLR-UDC, et toutes les bonnes volontés qui voudront bien s’y joindre. C’est la voie du salut. Et les dagues, on les laisse au musée.

 

Pascal Décaillet

12:44 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |