Machine à broyer (11/05/2022)

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 11.05.22

 

Depuis des décennies, mais notamment depuis seize ans (Genève à Chaud), je donne la parole à des jeunes politiciens, tous partis confondus. Innombrables sont ceux d’entre eux qui, depuis le jour de leur première apparition radiophonique ou télévisuelle, ont fait carrière. D’autres préfèrent s’orienter vers d’autres voies, c’est la vie, chacun est libre.

Il ne s’agit pas de faire du jeunisme. La jeunesse, en politique, n’est ni vice ni vertu en soi, elle est juste une étape de la vie. Mais une petite voix, en moi, me dit depuis toujours : « Donne-leur une chance, au tout début ». Ensuite, chacun vit sa vie.

Ce qui est terrible, ça n’est pas d’être jeune, ni d’être vieux. Ni de vieillir. Non, l’horreur de la vie politique, c’est la véritable machine à broyer que constituent les partis. Avec leurs assemblées. Leurs comités. Leur lourdeur structurelle. Leurs rivalités. Leurs clans. Je les vois, les jeunes, au fil des années, blanchir lentement sous le harnais, s’incorporer dans le jeu des ambitions, perdre l’idéal, gagner en roublardise. Je n’aime pas cela. C’est triste. Parce que la vie, ça doit être le maintien en éveil des rêves de sa jeunesse.

Les partis, mais aussi les parlements. C’est triste, un jeune déjà dévasté par les tics de langage législatifs : « Comme vient de l’exprimer mon préopinant », « Vous transmettrez, M. le Président », etc. La politique, ça ne doit pas être ces passages obligés de la convenance ! La politique, ça doit être de la compétence, mais aussi du désir, du panache. Sinon, c’est la mort, par strangulation de l’ennui.

 

Pascal Décaillet

 

15:39 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |