Manu, Marine : il faudra un peu causer, ces prochains mois ! (12/07/2022)

 
Sur le vif - Mardi 12.07.22 - 10.44h
 
 
Emmanuel Macron est un homme intelligent, et surtout très doué pour survivre politiquement. Alors, la leçon de l'Assemblée nationale, lors du débat sur la motion de censure, il a dû la comprendre. La violence extrême de l'extrême-gauche mélenchonienne face à sa Première Ministre, le choix des mots, la déclaration de guerre totale de la cheffe des députés de La France insoumise, tout cela change radicalement la donne.
 
Quelle donne ? Mais c'est très simple : celle du rapport que les troupes présidentielles devront entretenir, ces prochains mois ou prochaines années, avec le Rassemblement national. Il faudra, pour faire passer des lois, travailler avec eux. Il n'y a, contre l'absolue folie révolutionnaire des enragés de Mélenchon, aucune autre issue. Les leçons de morale, c'est fini. Le plafond de verre a éclaté aux législatives. Le grand vainqueur de l'ensemble de l'exercice électoral, sur quatre dimanches, du printemps 2022, c'est Marine Le Pen. Depuis de longues années, elle tissait patiemment son réseau. Dans toute la France, elle semait. Le temps de la récolte approche. On ne fera pas la politique française sans elle.
 
Le danger, pour la France, c'est l'extrême-gauche mélenchonienne. Son leader charismatique, en tout premier lieu. Mais déjà, ses émules pullulent. Ainsi, la charge de cavalerie, en forme de guerre totale, disons Murat sur les glaces d'Eylau, de la cheffe de file de La France insoumise, Mathilde Panot, contre la Première Ministre, Elisabeth Borne. Sur la forme, un grand moment oratoire. Cette jeune députée, solide, brillante, précise et cristalline dans le choix des mots, syncopée dans la répétition, nous a livré un discours qui restera dans les Annales de l'Assemblée. Voilà une politicienne qui sait parler. Elle ira loin.
 
Du Mélenchon, tantôt Conventionnel, tantôt Thermidorien, jacobin jusqu'aux sommets de la Montagne, la guerre, toujours la guerre, du Clemenceau, du Tigre. D'un côté, on se réjouit que la France, après cinq ans de godillots aux ordres de Macron, ait enfin une Assemblée digne de ce nom, au sens de la Convention révolutionnaire, un espace libre pour la parole, le choc des antagonismes, la critique du pouvoir en place, et là Mme Panot a été extraordinaire.
 
Mais de l'autre côté, il y a le fond. Qu'elle déclare la guerre au gouvernement, c'est le rôle de l'opposition. Mais son programme, à elle ! Le populisme de l'extrême-gauche mélenchonienne, dans sa radicalité intellectuelle. Coupée du réel, exactement comme l'étaient les ultras-jacobins, sous la Convention. Nous sommes là dans une posture d'un tel sectarisme, au sens étymologique de la coupure, que nulle politique, nul jeu d'alliances, nulle ductilité parlementaire (dont cette Assemblée passionnante et polymorphe, très Quatrième, aurait justement le plus grand besoin) ne sont possibles. Avec Mélenchon et ses troupes, un seul choix : les aduler, ou les combattre avec la même violence que celle dont ils se drapent.
 
Face à cette absolue radicalité du dilemme, surgie des méninges et de la configuration spirituelle intérieure du gourou Mélenchon, il y a une certaine Marine Le Pen. 42% des Français pour elle à la présidentielle, du jamais vu. Aux législatives, elle a fait sauter la banque. Elle place doucement ses hommes et ses femmes aux postes qui compteront. Elle s'apprête à jouer le jeu parlementaire. Elle ne s'énerve pas. Elle maîtrise. Elle va très bien. Ca n'est même plus de la dédiabolisation, c'est du sourire et de l'aisance, au milieu de la tempête.
 
Emmanuel Macron est un homme intelligent. Il n'est ni dans la situation de von Papen, ni dans celle de Hindenburg. Pour la simple raison que nous ne sommes pas en 1932, mais en 2022. Pas sous la République de Weimar, mais dans la Cinquième République française. Et surtout, que la force montante de la droite nationale et patriote française n'a strictement rien à voir avec le mouvement qui allait s'imposer à Berlin le 30 janvier 1933. On priera donc bien gentiment les éternels hallucinés de la référence aux années trente de bien vouloir considérer les problèmes d'aujourd'hui, partout en Europe : retour des nations, besoin urgent d'un printemps des peuples, nécessité absolue de limiter drastiquement les flux migratoires, préférence nationale, emploi des jeunes, pouvoir d'achat, dignité de vie des retraités.
 
Alors, l'homme intelligent de l'Elysée n'a plus le choix. Il devra, au coup par coup, pour faire tout de même passer une ou deux lois dans cette législature difficile et périlleuse, prendre langue avec le Rassemblement national. Parce que l'ennemi commun, le seul vrai danger pour la France, c'est le modèle intellectuel de coupure du système Mélenchon. Coupure, comme secte, sectarisme, folie du Grand Soir, couteau entre les dents.
 
On a dit "République", c'est un beau mot, le plus grand de tous. On a dit "République", oui. Mais, jusqu'à nouvel ordre, on n'a pas dit "République populaire".
 
 
Pascal Décaillet
 

11:41 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |