Ah non, c'est un peu court, Mme Sommaruga ! (29/07/2022)

 
Sur le vif - Vendredi 29.07.22 - 05.42h
 
 
S’aligner sur l’Union européenne, pour réduire la consommation suisse de gaz de 15%. C’est tout ce qu’a réussi à nous trouver Mme Sommaruga, après avoir « renoncé à ses vacances » pour plancher en urgence sur le dossier énergétique ! Une mesure timorée, sans vision d’ensemble, sans la moindre affirmation de notre souveraineté nationale. Juste saisir l’idée des autres, se calquer, ne surtout pas déranger. Et ensuite, quoi ? On va se coucher ?
 
Mme Sommaruga n’a rien anticipé, ces dernières années, en matière de crise énergétique possible. Elle a, comme sur les toiles impressionnistes, caboté, par temps radieux, sur un étang calme. Survient la tempête, et la voilà, comme M. Cassis pour les « sanctions », qui se contente, pour tout programme, de dire « On fait comme Bruxelles ».
 
Mme Sommaruga n’est pas un capitaine de guerre. Elle n’a rien vu venir, rien anticipé, elle n’a pas l’énergie révolutionnaire pour nous sortir du pétrin. Elle ne peut continuer de gérer seule un dossier aussi stratégiquement brûlant. Il faut, en Suisse, un Comité de Salut public, pour agir en urgence extrême sur le dossier énergie.
 
D’abord, hiérarchiser les sujets.
 
Approvisionnement en énergie, dossier no 1, tous les autres loin derrière.
 
Point 2, unité de commandement.
 
Point 3, coordination entre Cantons, Confédération, fournisseurs, distributeurs.
 
Point 4, subordination immédiate de la politique étrangère suisse aux intérêts supérieurs de notre population : en cas de pénurie l’hiver prochain, les plus précaires grelotteront, c’est dégueulasse, notre cohésion sociale serait en danger, elle est le ciment de notre pays.
 
Point 5, en application du point 4 : interdiction immédiate de toute « sanction », juste décidée pour satisfaire la morale émotionnelle du Café du Commerce.
 
Point 6, mise à la retraite immédiate de tous ceux, à Berne et dans les Cantons, qui nous ont, ces dernières années, précipités dans cette crise. On remontera sur le dernier quart de siècle. Démarches judiciaires, pour impéritie. Atteinte à la sécurité de l’Etat.
 
Pont 7, qui aurait pu être le point 1, retour immédiat au nucléaire, en se tournant vers les centrales de la toute nouvelle génération.
 
Point 8, changement radical de l’enseignement de l’Histoire dans les écoles, dès le plus jeune âge. Le monde est tragique. La nature humaine, aussi. Chaque nation se bat pour sa survie. La « communauté internationale » n’existe pas. La résurgence du pire est possible à tout moment. La vision universelle est un leurre.
 
Point 9, contre-attaque intellectuelle des nationaux face aux cosmopolites. Émergence d’une nouvelle génération intellectuelle et spirituelle, en Suisse, avec qui on puisse parler Histoire, en connaissance de cause. Mais aussi, intérêt supérieur des nations. Primauté du stratégique sur les idées. Combat pour la survie de nos communautés humaines organisées, soudées sur des valeurs de cohésion interne, et non sur des rêves de communauté d’appartenance planétaire. C’est, assurément, un changement diamétral par rapport à l’idéologie de Mai 68.
 
Voilà, en quelques mots, Madame Sommaruga, ce qu’à peu près vous auriez pu nous dire. Si vous aviez, de la politique, quelque vision. Et, pour notre pays, une autre ambition que celle de se calquer sur Bruxelles, où tout est plat. Comme l’ennui. Comme la mort.
 
 
Pascal Décaillet

 
 
 
 
 

10:03 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |