Quelque part, les saints

Imprimer


Édito Lausanne FM – Jeudi 01.11.07 – 07.50h

Les courges, les potirons, les sorcières à deux francs, les monstres en massepain, c’est comme les étoiles d’été, comme les starlettes de la Croisette, comme une Harley-Davidson dans le désert du Nevada. Ça brille un instant, et puis, très vite, ça passe.

Halloween. Il y a, jour pour jour, sept ans, 1er novembre 2000, j’avais fait un commentaire pour dire mon mépris de la mode Halloween, pure entreprise commerciale, et réhabiliter la Toussaint. On m’avait traité de vieux grogneux, de vieux conservateur, bougon, complètement déconnecté de l’esprit du temps, aveuglé par son attachement viscéral au christianisme, toutes choses au demeurant parfaitement exactes.

Il n’a pas fallu sept ans pour que je sois vengé. Promenez-vous dans les rues : combien de courges, combien de folies orangées, si ce n’est dans quelque grappe résiduelle de démocrates-chrétiens genevois, avez-vous vues sur votre chemin ? Eh oui, la mode Halloween, c’est déjà fini. Alors que la Toussaint, voyez-vous, cette fête ringarde, grise comme une terre d’automne, simple et silencieuse, ce dérisoire appel des vivants à la mort, est toujours là.

C’est comme le christianisme, Mesdames et Messieurs, ou le judaïsme, ou l’Islam, mais aujourd’hui, oui, parlons du christianisme. Combien de beaux esprits, modernes comme une nouvelle génération d’I-Pod, énergumènes de cocktails accrochés comme des éphémères sur les sunlights de la nouveauté, nous annoncent la mort du christianisme ? Cela n’est pas nouveau. Cela dure depuis deux mille ans. Et cela est très bien ainsi. Il est normal, il est juste, qu’une religion, pour survivre, doive constamment se battre, s’affirmer, livrer des exemples de vie. Et ces exemples, chez les Chrétiens, cela s’appelle des saints.

J’ai sous les yeux, ce matin, un merveilleux petit bouquin, publié en 2003 par les Editions Hazan, à Paris, signé Rosa Giorgi, traduit de l’italien, et qui s’appelle « Les Saints ». Ils sont tous là, Basile, Marthe, Justine, Hippolyte, Grégoire, Ambroise, Isidore le laboureur, Eustache, Monique, Marguerite de Cortone, Charles Borromée, Marc l’Evangéliste, et tous les autres aussi. L’iconographie, de Fra Angelico et Piero della Francesca, est époustouflante de beauté. Et ces fragments de vie, tout sauf simples, avec ces moments de doute, de renoncement, de faiblesse, et tout à coup, ces fulgurances de lumière.

Voilà. Ce matin, j’ai voulu vous parler de saints. Ils sont sur nos fresques, dans des niches lointaines. Et puis peut-être, aussi, sont-ils là. Au milieu de nous. Quelque part.


Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 4 commentaires

Commentaires

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Bonjour M. Décaillet,

    effectivement nous avons des saints et des saintes dont une bien vivante et ce qui est dommage c'est que pour être sanctifié... il faut être mort.

    Soeur Emmanuelle vous connaissez ?

    J'ai eu le privilège de l'avoir à notre table, un jour... Exceptionnelle petit bout de femme pleine de bon sens, d'humilité, de détermination, qui jamais ne parle au nom de Dieu et de sa religion... mais qui agit chaque fois qu'elle peut en osmose avec sa conscience et sa conception de ce que peut être une vie dédiée aux autres.

    A mes yeux, une Sainte.

    Si seulement tous nos religieux disposaient de cette envergure d'Humanité et agissaient comme elle.

    Bien à vous,

    Stéphane

  • Cher Monsieur Décaillet,
    Je me permets de revenir sur cette affiche des moutons qu'a utilisé l'UDC durant sa campagne. Je vous invite à vous rendre sur le site www.frentenacional.es. Le "Frente Nacional" est un parti espagnol se situant à la droite... d'Attila... Voyez l'affiche utilisée pour leur campagne. Je rentre moi-même de Madrid ou j'ai assisté par hasard à une de leurs manifestations... ce ne sont pas des enfants de coeur.
    Le Pen avait déjà de l'admiration pour l'UDC, maintenant ce sont les nostalgiques du fascisme en Espagne qui les copient... Bravo ! C'est vrai qu'avec de tels admirateus, on a tout fait envie de penser que vous êtes des démocrates.
    Tout ceci me dégoûte profondément !

  • Dieu n'est pas religieux, Jésus n'est pas chrétien et n'est pas venu sur terre pour fonder une nouvelle religion, au contraire. Ce sont les hommes qui en ont fait un dogme, un de plus. La religion (latin "religare", lier, relier) n'est que la voie indirecte ET PAYANTE (!) vers Dieu. Libérez-vous de TOUTES les religions et retrouvez la voie directe : Une relation libre, personnelle et intime avec Dieu le Père à travers la prière quotidienne, la lecture régulière de sa Parole, voir le jeûne et la méditation. Quant aux saints, puisque c'est de cela dont il s'agit dans cet article, vous en serez un ou une si vous faites cela. Saint du latin "sanctis": Pur.

  • Heureusement que "Frente Nacional" est un parti...politique et non pas des groupes comme la bande à Baader, comme la bande à Carlos et autres groupes terroristes gauchistes marxistes, leninistes, trotzkystes, maoistes, communistes, socialistes...des criminels, dictateurs...

Les commentaires sont fermés.