Leipzig, les Saxons, le PDC

Imprimer

Leipzig, 16 au 19 octobre 1813… La plus grande de toutes les batailles… La « bataille des nations »… « Völkerschlacht »… Là est née l’idée de nation allemande, déjà bien chauffée, pendant l’occupation française de la Prusse, par les extraordinaires conférences de Fichte, à Berlin… « Reden an die deutsche Nation »…

 

Leipzig, amer souvenir pour l’Empereur… Leipzig, où les Saxons ont trahi… Cassée, l’allégeance à la France… La trahison des Saxons, tout un thème, un programme…

 

Je ne sais pas pourquoi, sans doute l’engourdissement dû au froid glacial de cette précoce attaque de l’hiver, mais tout cela me fait penser - un peu - à la démocratie chrétienne…

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Je dois avouer qu'il y a une certaine exubérance à comparer le petit forfait radico-libéral à la plus grande confrontation des guerres napoléoniennes...

    Guy Mettan n'est pas Napoléon, Hiltpold pas moins Blucher... Le PDC ne connaît pas d'expiation, mais simple retraite de l'Entente, car ce soir là pour elle-même :

    On ne connaissait plus les chefs ni le drapeau.
    Hier la grande armée, et maintenant troupeau.

  • Si le "forfait radico-libéral" était si petit, sans doute Monsieur Glatz en parlerait-il moins et ne poussarait pas les cris d'orfraie qu'on l'entend proférer depuis deux jours... Je dois cependant admettrre avec lui que comparer ce mineur incident de l'histoire locale avec les guerres napoléonniennes relève de l'effet de manche que vous seul, Monsieur Décaillet, avez l'aplomb de provoquer...

Les commentaires sont fermés.