Spe Salvi: un texte pour ici et maintenant

Imprimer

 

 

Texte publié dans le journal "Le Temps", ce matin (08.01.08)



Pascal Décaillet, journaliste, a lu la deuxième encyclique du règne de Benoît XVI. Il ne partage pas du tout les conclusions du vaticanologue italien Giancarlo Zizola, récemment publiées dans nos colonnes.



« Benoît XVI, un pape désespéré et désespérant » : c’est sous ce titre, dont vous apprécierez l’ouverture au dialogue, que le Temps a publié, ce vendredi 28 décembre, l’interprétation, par Giancarlo Zizola, de « Spe Salvi », la deuxième encyclique du pape allemand, éditée le 30 novembre 2007. Giancarlo Zizola est chroniqueur spécialisé au quotidien « Il Sole/24 Ore ».

Le moins qu’on puisse dire est que je n’ai pas l’impression d’avoir lu le même texte que Zizola. Car, oui, ce document pontifical, comme tous les autres, nous est accessible à tous, en un tour de main ! Les temps sont révolus où les encycliques n’étaient destinées qu’à la maigre élite d’une cléricature : vous foncez sur le site du Vatican, vous cliquez, et vous avez, sous les yeux, l’intégralité de la version française. Une trentaine de pages en version imprimée. Une heure de lecture, guère plus. La première des choses à faire est donc d’aller voir. Entrer dans le texte, qui n’a rien d’hermétique. Se faire son opinion.

« Spe Salvi facti sumus » : « Dans l’espérance, nous avons été sauvés ». Théologien lui-même, homme du Livre et de la rigueur des textes, le pape Ratzinger, comme toujours, part d’une citation. En l’occurrence, la célébrissime Lettre aux Romains de Saint-Paul, l’un des textes les plus importants du christianisme : on sait le rôle qu’il joua sur Luther et toute la pensée de la Réforme. L’encyclique du pape est une variation sur le thème de l’espérance. Un texte brillant, à la fois argumenté comme il sied au « logos » démonstratif, cher à Ratzinger, et inventif, avec ses chemins de traverse, ses clairières de chaleur et de lumière. A mille lieues de la « pensée abstraite » et de la « douche froide » que croit y déceler Zizola.

Un texte qui tente de définir – vaste programme – l’Espérance chrétienne. Vertu théologale, comme on sait, avec la Charité et la Foi, mais encore ? Et d’abord, que signifient ces trois mots, aujourd’hui ? C’est précisément pour les revivifier, les réactualiser, au sens où l’entendrait Brecht (très maladroitement cité par Zizola lorsqu’il évoque le sublime poème du Tailleur d’Ulm : « Bischof, ich kann fliegen… »), que le pape prend la plume. Non, Spe Salvi n’a rien d’une composition précieuse pour initiés : c’est un texte pour ici et maintenant. Pour les hommes et les femmes d’aujourd’hui. Les catholiques, les autres chrétiens, et aussi bien sûr pour les non-chrétiens. Toute personne, croyante ou non, qui voudra bien se donner la peine d’entrer dans la pensée de Joseph Ratzinger.

Car après le règne du charisme (Jean-Paul II), le monde catholique, à coup sûr, est entré, avec ce pape aussi à l’aise dans l’exégèse de Kant, Engels ou Marx (chapitres 19 et 20 de Spe Salvi) que dans celle des Pères de l’Eglise, dans l’ère de la précision et de la définition. Dessiner quoi ? Mais les contours du catholicisme! Tels que les perçoit, au plus intime de sa lecture et de son immense érudition théologique, l’actuel successeur de Pierre. Rien de plus. Rien de moins.

« Spe Salvi » : variation, oui, sur un complément d’agent à l’ablatif. Ce qui aurait pu n’être que jeux de miroirs pour doctes en soutane, se révèle, à l’usage de la lecture, un texte pour tous. « De propaganda fide », comme il sied. Chaque lecteur se positionnera face au travail de sertissage sémantique que propose Ratzinger sur le thème de l’espérance. N’est-elle pas assez ancrée, comme le regrette Zizola, dans le chemin historique des humains ? On peut en discuter. Il est vrai que Benoît XVI n’est pas Léon XIII : sa réponse à l’idée de progrès n’est pas exactement celle du lumineux auteur de « Rerum novarum » (1891), le premier pape qui sut parler de la condition ouvrière, et aussi appeler les catholiques de France à rallier la République. Mais de là à voir dans le théologien bavarois un « désespéré », encore moins un « désespérant », il y a comme un chemin d’incompréhension.

Je terminerai par le grief de froideur. Où le chef de l’Eglise catholique, c’est assez salé et paradoxal, se voit reprocher par Giancarlo Zizola un excès de pensée dialectique, voire métallique, coupée de l’extraordinaire sensualité de cette religion. Là aussi, on peut discuter : il suffit de voir Benoît XVI pour se convaincre, une fois pour toutes, qu’il ne sera jamais de la même fibre que, par exemple, son prédécesseur. Ni de celle du pape Roncalli. Mais de grâce, lisons « Spe Salvi ». Au fur et à mesure qu’avance le texte, il chemine vers la souffrance (chapitre 38), vers le feu (tout le chapitre 47), et finalement vers Marie, « étoile de l’espérance », « étoile de la mer » (Ave Maris Stella), à laquelle l’intégralité du dernier chapitre rend hommage. Dans les voies de l’irrationnel, le pape Ratzinger est sans doute moins pèlerin que son prédécesseur polonais. Mais, par le chemin du logos et de l’exégèse, ce sont, exactement, les mêmes buts théologiques qu’il poursuit. Et cette œuvre-là, Spe Salvi, d’incandescence autant que d’obscures clartés, n’a pas fini de nous marquer, au profond de l’identité catholique.

Pascal Décaillet












Lien permanent Catégories : Notes de lecture 2 commentaires

Commentaires

  • Merci, M. Décaillet, pour cette réaction qui remet en place l'intelligence et la beauté de ce texte. J'en parle d'autant plus librement que je suis une catholique non pratiquante et qu'on ne pourrait m'accuser de papolâtrie. Si j'étais capable d'écrire aussi bien que vous, j'aurais bien envoyé une lettre de lecteur à la Tribune de Genève. Vous avez exprimé magnifiquement ce que je pense, comme beaucoup d'autres. Encore merci et heureuse année.

  • Vous avez sans doute raison sur la continuité théologique entre Benoît XVI et son prédécesseur, mais sur la froideur et la désespérance, je rejoins ce Giancarlo Zizola ; au cas où ma critique de "Spe Salvi" vous intéresse : http://lapinos.hautetfort.com/archive/2008/03/25/vers-l-ouest-rien-de-nouveau.html

Les commentaires sont fermés.