La puissance discrète de l'USAM

Imprimer



Édito Lausanne FM – Mardi 29.01.08 – 07.50h



USAM : Union suisse des arts et métiers. L’une des organisations professionnelles les plus importantes du pays, depuis des décennies. Il suffit d’avoir vécu quelques années à Berne, ou de fréquenter de temps à autre la Salle des Pas perdus du Palais fédéral, pour mesurer le poids de cette association, qui regroupe plus de 200 corps de métiers. Lobby, ourdisseur de lois en coulisses, sachant affûter le référendum pour se faire entendre, l’USAM est incontournable. Il suffit de penser à Pierre Triponez, l’un de ses dirigeants, qui aura marqué la Coupole fédérale de son pragmatisme et de son intelligence politique.

Aujourd’hui, l’USAM est attaquée par l’UDC. On apprenait hier, dans le service de presse du parti, sous la plume du conseiller national argovien Lieni Füglistaller, une véritable OPA du parti de Christoph Blocher sur l’USAM, aujourd’hui en mains nettement radicales. « Ou l’USAM se dote d’une nouvelle direction et adopte une nouvelle culture, ou elle sera confrontée à une organisation concurrente et réellement combative ». Plus dur encore, Füglistaller parle d’organisation devenue gentillette et tombant dans l’insignifiance.

L’UDC, par exemple, reproche à l’USAM sa position en matière d’assurance maternité. C’est son directeur Pierre Triponez, longtemps conseiller national radical du canton de Berne, qui est le père de ce projet, voté par le peuple. Un projet qui était, par l’intelligence de la négociation entre parties adverses, un modèle de réussite politique en Suisse. Brandir cet exemple comme objectif d’attaque, c’est, résolument, vouloir durcir une organisation dont tout le charme discret passe par le pragmatisme. C’est instaurer une forme de lutte des classes dans un monde plus attentif à la feuille comptable mensuelle qu’aux grandes idéologies. C’est un jeu dangereux, qui pourrait casser quelque chose d’essentiel en Suisse.

Lien permanent Catégories : Editos Lausanne FM 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.